Energie-Santé - Rencontre des thérapeutes du corps et de l'esprit

Le toucher c’est la vie !

Le toucher est l’acte le plus essentiel de l’être humain; mais il a été jusqu’ici fort peu étudié, compris et utilisé. Le toucher est partout : dès le matin, je touche mon corps en me lavant, je prends les aliments de mon petit-déjeuner, et je serre la main de mes collègues de travail…

toucherChacun de nous est positionné vis-à-vis de lui, consciemment ou non : j’accepte la bise de mes proches, je me détourne de quelqu’un d’antipathique, et je tape dans le dos de mes amis.

Certains aiment le toucher et d’autres le rejettent, mais il concerne tout le monde. Il est présent dans toutes les activités humaines, de la naissance à la mort, dans tous les milieux, et dans tous les domaines de la vie, familial, professionnel, social, intime. Le toucher a un poids affectif inestimé et inestimable.

Le toucher est un besoin physiologique

Bien qu’il imprègne notre vie de tous les jours, et malgré les recherches, le toucher reste mystérieux. Les études sont relativement récentes et le champ d’investigation est encore grand ouvert. Aux États-unis, les premiers instituts de recherche pluridisciplinaires sur le sujet ont apporté des preuves scientifiques, mesurées, des effets du toucher, et ont démontré sa valeur dans de nombreux domaines, qu’il s’agisse de l’enfance prématurée, des personnes âgées ou de certaines maladies.

Il ne fait plus de doute que l’enfant a besoin du toucher pour se développer. On sait aujourd’hui qu’un enfant qui n’est pas touché ne se développe pas normalement. L’expérience encore proche des orphelinats roumains a démontré que l’absence complète de toucher entraînait des retards de croissance importants et des altérations des facultés mentales. Plusieurs études dans le monde ont prouvé que les prématurés prennent environ 50% de poids supplémentaire lorsqu’ils sont touchés. On a par ailleurs récemment découvert un gène assurant le lien entre la croissance et le toucher ! (données tirées du livre « Les bienfaits du toucher«  de Tiffany Field – Payot)

Le toucher de la peau donne la conscience de la matière du corps et le corps ne peut se développer sans le toucher. Un enfant non touché ne peut entrer dans la conscience de son incarnation et développer ses ressources pour grandir. L’être humain a donc besoin de l’autre pour prendre conscience de lui-même ; et par là, il gagne la conscience de la relation.

Le toucher est le sens premier. Je peux évoluer sans voir ni entendre mais je ne peux vivre sans être touché. Le toucher conduit l’être vers la communication avec l’extérieur, et vers la relation aux autres. Par le toucher tactile, le corps s’éveille. Il apporte à l’enfant la sécurité affective ; il réduit ses pleurs, améliore son sommeil et le rend calme, actif, et sociable. Il l’apaise parce qu’il lui rappelle la sécurité du lien à la mère et le relie à la relation d’origine. A l’extrême, on peut affirmer selon l’expression consacrée que « l’absence de toucher tue ou affecte gravement la santé physique, mentale et relationnelle« .

Des études montrent les effets positifs du toucher

Le toucher ne profite pas seulement aux enfants. C’est un facteur réel et vérifié de diminution de l’angoisse et d’amélioration du système immunitaire. Ainsi, à l’heure où 75% des salariés se considèrent stressés, le toucher est une solution efficace et concrète contre ce fléau. Si bien souvent on ne peut réduire les causes extérieures de tensions, le toucher est un moyen sûr d’améliorer la capacité d’adaptation des individus : automatiquement, à la suite d’une séance, les hormones anti-stress diminuent et une catégorie de lymphocyte T augmente.

toucher
Toucher terre

Les services de relaxation par le toucher qui se répandent dans les entreprises répondent donc parfaitement à ce besoin.
Les études ont montré également une amélioration de la vigilance et de l’attention et de nombreux métiers bénéficieraient des soins du toucher : que se soient les métiers qui demandent une attention soutenue, les métiers physiques, tels que bouchers, boulangers; les métiers à risques ou ceux ou le don de soi est important tels que pompiers, infirmières, enseignants, éducateurs.

Le toucher est un véritable acte de prévention de santé parce qu’il augmente les capacités de défenses de l’organisme et qu’il relance globalement l’ensemble des fonctions du corps; mais plus profondément encore, il reconnecte au sentiment de bien-être parce qu’il relie l’individu à lui-même, aux autres et à la réalité de son environnement

Des chercheurs ont apporté la preuve du lien entre le toucher et le cerveau affectif. Ils ont découvert un nouveau réseau de fibres nerveuses appelées C, plus fin et indépendant du système majeur, qui active directement le cerveau le plus profond, le cerveau émotionel.

Ils l’ont étudié sur une personne dont les nerfs du bras étaient sectionnés et qui pourtant ressentait les sensations d’une plume à la surface de sa peau. Cette découverte est extraordinaire car elle apporte l’explication scientifique du sentiment de bien-être éprouvé avec le toucher et elle justifie l’importance et le rôle du toucher relationnel pour l’être humain.

Le plus étonnant est que la médecine chinoise, vieille de 5000 ans possédait déjà cette connaissance. Dans le système analogique d’explication du fonctionnement de l’univers, le système des ‘5 éléments’, elle associe déjà le sens du toucher à l’organe du cœur. Comme le dit l’expression, on a tous « le cœur sur la main« . Mais encore faut-il que la main soit ouverte !

toucher
Toucher numérique

Le toucher ne profite pas seulement à celui qui le reçoit ; il bénéficie aussi à celui qui le donne. Ainsi, les femmes dépressives qui donnent du toucher à leur enfant voient leur état s’améliorer et tissent une meilleure relation avec lui.

Des personnes âgées qui massent régulièrement des bébés y trouvent un bénéfice plus grand que si elles étaient massées elles-mêmes. Le toucher est donc un domaine de gagnant-gagnant. Tout le monde y trouve son compte et le masseur reçoit autant que le massé. On peut donc penser que le toucher affecte aussi le cerveau émotionnel de celui qui touche.

Le rôle du toucher

Le toucher est la première nourriture du corps.
Il est essentiel à la construction de la personne parce qu’il nous révèle à notre humanité ; c’est-à-dire à la réalité de notre conscience physique. Un enfant non touché n’a pas conscience de son incarnation. Sans toucher, il ne peut y avoir de présence à la matérialité du corps. Il en est le déclencheur. Il révèle à la conscience de la matière. Le corps est conçu pour le toucher. Le corps est toucher (puisque s’il n’est pas touché, il n’est pas). En ce sens, le toucher donne la vie, puisque le corps ne vient à s’épanouir que grâce à lui.

La conscience du toucher

Le rôle du toucher est d’éveiller le corps pour informer la conscience.
En étant touché, l’être prend conscience de lui-même au travers de ses sensations. Par le toucher, il se relie à son corps, le reconnaît et peut dire « je suis mon corps, mes sensations, mes émotions, mes sentiments, mes pensées ».

Le corps développe alors son rôle de transmission de données nouvelles, intérieures et extérieures : « Je peux sentir mes états d’âme, comme je peux percevoir la température qu’il fait ». Le corps touché est la caisse de résonance, le réceptacle qui produit les informations de la conscience. Il n’y a pas de corps sans informations ni de transmission sans corps. C’est le lieu d’échanges entre moi et le monde, visible et invisible. Par les sensations, le corps guide le soi dans le monde. Par la sensibilité : le corps permet l’expérience du moi en lien avec le tout.

Le corps ne peut développer ces qualités que s’il est exercé au toucher. Le toucher engendre la sensibilité du corps et de la conscience parce qu’il les joint et qu’il développe les perceptions, c’est-à-dire la capacité de voir au travers. Il conduit à faire les liens entre moi et mon corps, moi et l’autre, l’intérieur et l’extérieur de moi…

Du toucher tactile au toucher vibratoire,
pour une nouvelle approche du toucher.

Le toucher se définit, de manière commune, comme le contact de la peau par des stimuli mécaniques, thermiques, chimiques, électriques provoquant les sensations, de pressions, de température…

toucher
Toucher virtuel

Il s’agit là de la conception classique, celle du toucher tactile. Mais le toucher ne se limite pas à l’approche matérielle de la sensation. Dans le langage courant, le mot toucher révèle d’autres dimensions et donc un contenu bien différent, beaucoup plus attractif. Ne dit-on pas, cette musique, ce livre, ce film ou votre attention m’ont touché. Dans ce cas, de quel toucher s’agit-il ? Quelle est cette dimension du toucher qui ne concerne pas la surface du corps mais qui implique tous les sens. C’est le toucher intérieur; celui du toucher du cœur de l’être, relié à tout dans la profondeur de ses sens et de ses sensations. Paradoxalement, ce toucher n’est pas tactile; mais il est palpable vibratoirement.

Ce « vibratoire », tout le monde en fait l’expérience, avec plus ou moins conscience. Il s’exprime par le fait que personne n’est attiré par la même chose, ni ne réagit de la même façon. Pour les vacances, chacun choisit sa destination et ses contenues. Certains privilégient la famille, les hobbies, la pêche, le sport, d’autres les visites culturelles, l’isolement, le travail, la fête ou bien la lecture. Personne n’est touché par la même chose et de la même façon. La vibration est le produit du toucher; le corps vibre au toucher.

C’est une sensation physique, émotionnelle, personnelle. Le toucher se définit alors comme la rencontre de deux informations, celle de l’impulsion intérieure de l’individu en contact avec tout autre donnée le concernant. Le vibratoire, c’est le lieu de la rencontre entre la référence du Soi et les informations du corps. Cette rencontre produit un mouvement vibratoire qui révèle l’individualité. Cette définition du toucher englobe à la fois les informations de l’intérieur et de l’extérieur du corps je peux être touché par la joie, la grâce ou une vérité intérieure. Par ce concept du vibratoire, nous pouvons aborder l’être humain dans sa globalité et dans sa spécificité de toucher; et comprendre, par exemple, pourquoi les praticiens d’une technique de toucher identique obtiennent des résultats différents. Cette conception du corps a des répercutions et un intérêt considérable. Elle fait du toucher le centre de l’activité humaine. Elle prend en compte la réalité matérielle et immatérielle de la personne. La vibration est d’ailleurs bien scientifiquement onde et particule, espace de rencontre de la matière et de l’immatière. Le « vibratoire« , est alors le domaine scientifique de la résonance corps-esprit.

Le vibratoire, c’est tout ce qui n’est pas tactile et qui produit une vibration.
C’est le contact corporel invisible. Tout le monde le pratique, le parle et y fait référence sans le savoir. L’intérêt c’est qu’il y a un contenu du vibratoire qui est propre à chacun et qui recèle le cœur de l’individu, sa spécificité la plus secrète et la plus profonde, son unicité, ce pour quoi il est le plus naturellement doué, son sens. Ce vibratoire, est une réalité physique, « sensationelle », qui comporte la structure de fonctionnement de chacun. Il s’apprend. Il est possible d’entrer dans la connaissance de son propre toucher vibratoire et cette démarche provoque l’évolution de la conscience de soi et de la relation à son corps.

La méthode de « parole » du toucher

Cette méthode la « Connexion Individuelle de la sensibilité » fait l’analyse de la structure de sensibilité qui nous est propre, c’est-à-dire de notre fonctionnement de toucher, et elle révèle le contenu de notre vibratoire. Ce n’est pas l’évènement en lui-même qui touche l’individu : il est touché, dans la relation à l’évènement, fonction de ce qu’il contient. Cela explique que des enfants d’une même famille évoluent totalement différemment ; que des personnes ayant subies des traumatismes s’en relèvent et d’autres non ; qu’un individu ayant vécu une enfance heureuse, « sans histoire », a du mal à vivre parce qu’il n’a pas pu s’exprimer dans ce qui le motive vraiment.

Dans ce qui me touche, il y a autant le contenu de mon histoire, que le contenu de ma motivation à vivre, de ce qui me passionne et de ce pour quoi je suis fait. Ex : « j’ai des difficultés à m’exprimer dans ma parole, parce que je n’ai pas pu parler; mais surtout parce que ma raison de vivre est de dire quelque chose ».

toucher
Toucher de lumière

L’intérêt essentiel d’une personne est d’exprimer sa vérité propre. Personne n’a le même corps, parce que chacun est destiné à exprimer quelque chose de particulier. Le corps fonctionne parce qu’il exprime le contenu de la personne; et là où elle ne s’exprime pas dans son intention, elle ne s’exprime pas dans son corps : « j’ai à donner ma version de l’amour en relation ». Aussi, les blessures de toucher sont le résultat de la rencontre des événements avec ma sensibilité; mais elles ne s’intègrent vraiment que lorsqu’elles sont reliées à mon contenu vibratoire : « j’intègre le sens de ce que j’ai vécu lorsque je comprends comment je fonctionne dans le toucher et que je fais monter à ma conscience le contenu de mon individualité. Je fais le lien entre ce que j’ai vécu et le comment je sais vivre ».

La conscience du toucher vibratoire passe par la parole du corps. Elle suppose de nommer les ressentis et de rejoindre, au plus profond, le sentiment de soi, la vibration du toucher. La Connexion met le corps en lien avec son mouvement d’origine, adapté à son contenu intérieur, pour guider la personne dans l’exactitude de sa communication avec l’extérieur. Grâce à ce travail, chaque individu peut progresser dans la conscience de lui-même et rejoindre le sens profond de toutes les informations de son corps. Les tensions et les blocages corporelles sont, par exemple, la manifestation d’une parole qui n’a pas pu s’exprimer dans ce qui m’a touché, en lien avec ce qui me touche.

La Connexion donne les réponses intérieures de la personne à toutes sortes de situations et entraîne des changements de tous types, physiques, relationnels, comportementaux…Elle nourrit l’intelligence parce qu’elle fait surgir la cohérence de l’individu en reliant des données apparemment opposées ou différentes. Elle permet d’intégrer les contradictions du corps en accédant à une conscience supérieure des situations.

En faisant se rejoindre les opposés en soi, elle apporte une cohérence relationnelle intérieure qui produit une ouverture aux autres. Elle relie à la profondeur du Soi et procure un état de satisfaction durable, la sensation de se retrouver unité corps/esprit.

Cette approche du toucher vibratoire donne une autre dimension sur le rôle du toucher tactile. Si le tactile amorce le développement du corps et manifeste la relation, le vibratoire amène à la conscience du Soi en relation, c’est-à-dire à la conscience de moi en relation avec mon corps et dans le monde. Le vibratoire est la perception de l’invisible de la relation, sa conscience dans le corps. Il ne suffit donc pas de toucher tactilement pour être en relation. Malgré tout, bien des êtres ont été touchés tactilement mais ne se sont pas senti accueilli dans leur vibratoire. En fait, c’est l’ajustement au vibratoire du toucher qui donne la justesse du toucher tactile : « je touche véritablement en conscience de la relation lorsque je suis conscient de mon contenu vibratoire. Et là, je ne suis plus dupe des manques, des transferts ou des projections et je peux aider véritablement l’autre dans son évolution ».

Hervé Péchot

Un livre pour aller plus loin :

Les bienfaits du toucher
de Tiffany Field – Payot éditeur

Comment un massage adapté permet-il de réduire le stress, la dépression, la douleur, ou de soulager les personnes souffrant d’asthme, d’autisme, de désordres alimentaires, etc. ? En quoi le toucher est-il important pour le développement de l’enfant et le bien-être de l’adulte ? Quelles sont les principales thérapies par le toucher et quels bienfaits chacune d’entre elles peut-elle nous procurer ? S’appuyant sur les études scientifiques menées dans de nombreux pays sur des nourrissons, des enfants, des adolescents et des adultes, Tiffany Field montre à quelles conséquences physiques et mentales peut conduire une  » déprivation sensorielle  » et nous rappelle que si la nature nous a dotés de deux mains, c’est aussi pour que nous puissions nous transmettre bien-être, chaleur et affection.

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et citez la source : www.energie-sante.net
Si vous aussi, souhaitez vous exprimer et être présent sur Energie-Santé, Contactez-nous

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.