Energie-Santé - Rencontre des thérapeutes du corps et de l'esprit

Troubles liés à un péricarde en dysfonctionnement

Liste non exhaustive, des symptômes pouvant être générés par un péricarde en dysfonctionnement, consécutivement à des rétractations cellulaires provoquées par des chocs émotionnels, stress…

Troubles cardiovasculaires

péricardeArythmies, tachycardies, extrasystoles, tension artérielle décompensée, hypertension, souffles au cœur.
Ces phénomènes sont provoqués par une compression, un étirement ou une torsion dus à l’étirement du péricarde sur l’aorte et les grands vaisseaux. Ainsi que par une dysfonction du nerf cardiaque provenant du ganglion stellaire, directement lié au péricarde.

Œdème des bras, paresthésies des mains et membres supérieurs.
Par une dysfonction du ganglion stellaire et compression de la première côte.

Dilatation de l’aorte intrathoracique.
Par une hyperpression due à la rétraction des ligaments phréno-péricardiens.

péricardePéricardite.
Par la rétraction du péricarde qui peut exercer une contrainte mécanique directe sur le cœur entraînant frottements et inflammation du péricarde : une péricardite.

Jambes lourdes, varices, hémorroïdes.
La rétraction du péricarde et donc du diaphragme peut être à l’origine d’un étranglement de la veine cave inférieur, générant des troubles de la circulation de retour des membres inférieurs (jambes lourdes, varices, hémorroïdes).

Troubles crâniens

Le péricarde est prolongé vers le haut par un ligament qui passe par la thyroïde et s’insère par 4 expansions sur les os du crâne (sphénoïde, occipital et les 2 rochers des temporaux). Sa rétraction va donc tirer sur ces os du crâne, mettant tous les os du crâne en lésion ostéopathie, en extension.
Cette extension va rétrécir les trous crâniens déchirés postérieurs et pincer les nerfs crâniens :

  • péricardeIX nerf Glosso-pharyngien
  • X nerf vague
  • XI nerf spinal

Occlusion dentaire, syndrome ATM, bruxisme.
Par des os du crâne sont en lésion, les 2 maxillaires supérieurs en microluxation.
Corriger des lésions ostéopathies du crâne sans avoir harmonisé le péricarde et rallongé le ligament cranio-péricardien expose à des récidives rapidement.

Troubles digestifs

Dysphagie, pseudo-hernie hiatale, poids au niveau de l’épigastre, reflux acides, digestions difficiles, gastrites.
par compression du péricarde sur l’œsophage.

Douleurs précordiales au moment de la défécation.
par sollicitation du nerf phrénique.

Sensation de boule dans la gorge.
par tension médiastinale.

Œsophagite.
par irritation du filet sympathique issu du ganglion stellaire.

Troubles de l’estomac, de la rate, du pancréas, du foie, fatigue

Ballonnements et troubles de l’estomac, crises de foie, certains diabètes dus à des troubles de la rate et du pancréas.
La rétraction du péricarde peut entraîner une rétraction du diaphragme qui « étrangle » l’artère aorte générant une hypo-pression au-dessous du diaphragme.
Si le sang n’arrive pas suffisamment dans le tronc cœliaque qui vascularise des organes, ces derniers présenteront des troubles.

Pseudo Hernie Hiatale, asthmes, fatigue.
Par la rétraction du péricarde entraînant une rétraction du diaphragme, avec remontées acides dans l’œsophage pouvant entraîner des asthmes.
Par une circulation insuffisante dans l’artère sous-diaphragmatique, les glandes surrénales mal vascularisées peuvent entraîner des « coups de pompes » et des fatigues importantes.

Troubles hématologiques

Formules sanguines.
Par la rétraction du péricarde, des ligaments sterno-péricardienpéricardiens, et vertébro-péricardiens, rapprochant le sternum des vertèbres, courbant les côtes. Cette contrainte mécanique exercée sur les côtes peut perturber le travail de la moelle osseuse qui fabrique les éléments du sang (plaquettes, globules blancs et rouges).

Troubles hormonaux

péricardeThyroïde.
Par compression de la glande à travers la lame thyro-péricardien.

Incidences sur tout le système hormonal.
Par la voie du ganglion stellaire relié à l’hypophyse et au thalamus, et par celle de l’aponévrose pharyngienne reliée à l’hypophyse et l’épiphyse.

Troubles des surrénales.
Par rétraction du ligament phréno-péricardien qui ferme le diaphragme.

Troubles immunitaires

Troubles du thymus et des lymphocytes T.
Par une rétraction des ligaments sterno-péricardiens et compression du thymus

Diminution de fabrication dans la moelle osseuse des cellules sanguines.
Par une dysfonction des nerfs phréniques qui réduit les mouvements de respiration dans la grille costale.

Troubles lymphatiques

Compression de la citerne de Pecquet.
Par l’action des ligaments phréno-péricardiens sur le diaphragme.

Compression de la crosse du canal thoracique et possibilité de stagnation de la lymphe dans le médiastin avec augmentation de volume des ganglions médiastinaux.
Par l’action de la première côte gauche suite à une rétraction du péricarde qui entraîne l’artère sous-clavière.

Troubles musculo-squelettiques

Douleurs intercostales, cervicalgies basses, dorsalgies hautes (sensation de porter une lourde pierre), lombalgie, névralgies cervico-brachiales, névralgies faciales, céphalées, migraines.
péricarde
Par tension des ligaments vertébro-péricardiens.

Douleurs sternales, douleur pré-cordiale avec irradiation vers le bras.
Par rétraction des ligaments sterno-péricardiens.

Pseudo-syndrome du canal carpien, ténosynovite des fléchisseurs, syndrome cubital.
Par compression de la racine C8 par la première côte.

Troubles nerveux

Dépression, burn-out.
Lorsque nos cellules sont fermées, et que nous sommes coupés de notre âme, de l’amour et de la joie que nous sommes, lorsque nous sommes enfermés dans un comportement de survie, il est normal que la joie ou l’envie de vivre disparaisse.

Troubles neurologiques

Paresthésie des mains, engourdissements, fourmis.
Par la rétractation du péricarde, le tronc brachiocéphalique et l’artère sous-clavière sont également entraînés vers le bas. Lors de cette descente, l’artère sous-clavière est étranglée par l’anse sous-clavière, et le ganglion stellaire est stimulé.

AVC, Hémiplégie, Parkinson, Alzaheimer.
Lorsqu’il est stimulé, il peut provoquer des vasoconstrictions ou vasodilatations qui peuvent être à l’origine de ruptures d’anévrisme, ou d’insuffisances circulatoires dans le cerveau pouvant être à l’origine de troubles nerveux centraux.

Troubles posturaux

Fausse jambe courte.
par tension du diaphragme s’étendant aux psoas, bassin et membre inférieur.

Scoliose, cypho-lordose, déformations thoraciques.
selon les ligaments en rétraction, la colonne suit les mouvements du péricarde/cœur pour les protéger.

Troubles respiratoires

péricardeDyspnée, soupirs, point de côté à l’inspiration, toux sèche irritative, asthme.
Par compression du nerf phrénique, suite à une rétractation du péricarde.

Pneumothorax spontané
Dû à la rétraction des plèvres suite à une rétraction du péricarde

Trachéite
Par irritation du filet sympathique.

Troubles du sommeil

Trouble de l’endormissement, réveils la nuit…
Liés à une dysfonction des ganglions stellaires, qui liés à l’épiphyse, peuvent perturber la sécrétion de mélatonine.

Troubles visuels, auditifs…

Larmoiements, conjonctivite, perte de l’acuité visuelle.
Par inhibition ou excitation des filets nerveux sympathiques provenant du ganglion stellaire, directement relié aux mouvements du péricarde.

Acouphènes, hypoacousie fonctionnelle, otalgies.
Par l’action des muscles scalènes et du sterno-cléido-mastoïdien, avec des répercussions sur le rocher du temporal à l’intérieur duquel passe le nerf auditif VIII, gérant l’audition et l’équilibre.

péricardeTous ces symptômes, ne sont… que de symptômes, correspondant à la personnalité de chacun, à la manière personnelle de réagir face à un stress, à un choc émotionnel.

Nous sommes tous différents quand à nos fragilités psychiques et fonctionnelles, notre point commun, c’est notre péricarde, le « bouclier » de notre cœur, dont le rôle consiste à absorber les agressions émotionnelles.
Le libérer en y faisant à nouveau circuler la Vie par le rétablissement des micro-mouvements ondulatoires sera donc le premier pas vers la libération de notre énergie vitale, de notre lumière intérieure, de notre plaisir de vivre.

Puis, en prenant conscience et en intégrant la problématique à la source du dysfonctionnement du péricarde, généralement un stress émotionnel mal géré, cette problématique pourra être réglée définitivement par l’Âme qui effectuera en quelque sorte une véritable transmutation en Lumière, impliquant la guérison du corps physique…

Article complémentaire :

Bioénergie Cellulaire Cœur-Péricarde

Jean-Paul Thouny
Thérapeute énergéticien, Voiron (Isère) France
Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et citez la source : www.energie-sante.net
Si vous aussi, souhaitez vous exprimer et être présent sur Energie-Santé, Contactez-nous

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.