Energie-Santé - Rencontre des thérapeutes du corps et de l'esprit

Le coing

Mon exploration du panier d’automne se poursuit avec un fruit que j’apprécie beaucoup, notamment en gelée et mon deuxième fiston a toujours adoré. Je veux parler du Coing.

La petite histoire du Coing

Le coing serait originaire des Balkans ainsi que des bords de la mer Caspienne.
coingIl était déjà connu sous l’Antiquité et cultivé 4000 ans avant notre Ère. Très apprécié des Romains, on lui doit son nom de « Poire de Cydonie » ou « Pomme de Cydon » (Cydonia vulgaris en latin) à la production de ce fruit dans cette région de Crête. Les Romains le mangeaient avec du miel on retrouve d’ailleurs dans Le livre de cuisine romaine d’Apicius des recettes de ragoût de coing avec du miel. Ils l’utilisaient également en parfumerie.

Chez les Grecs anciens, le coing était un cadeau rituel fait à l’occasion de mariages. Plutarque rapporte même qu’une mariée grecque grignotait un coing pour parfumer son baiser avant d’entrer dans la chambre nuptiale, « afin que le premier salut ne soit ni désagréable, ni déplaisant ».

Progressivement l’appellation a évolué. Introduit en Italie sous le nom de « Malus cotoneum » (pomme cotonneuse), puis en France en Provence sous le nom provençal de « coudougnat » et « coudougn » (dérivé du latin cotoneus) qui désignait dans la langue d’Oc : le coing.

Dès son introduction en France au XVe siècle, notamment en Provence il fut très vite apprécié. Il était employé en cuisine et ses pépins étaient utilisés en parfumerie et en médecine.

Il était planté dans des haies qui servaient à délimiter des parcelles. On en vint à utiliser le mot « cognassier » comme synonyme de limite, dans le sud-ouest.

Un peu de botanique

coingLe coing est le fruit du cognassier, il fait parie de la famille des Rosacées, comme le prunier, le pommier, le prunier ou le cerisier. Il se présente sous la forme d’une grosse poire ventrue et velue de couleur jaune et est généralement assez lourd. C’est un fruit plus ou moins boudé par les consommateurs. Sa chair est assez ferme et comestible seulement cuite.

On récolte le coing à l’automne, il est produit dans des vergers de petits producteurs du Sud-Est et du Nord-Est de la France. Il n’existe pas de cultivars à grande échelle. Les principales variétés sont : le Champion, le géant de Vranja et le Coing du Portugal.

Le coing et notre santé

coingLe coing est un fruit très peu calorique : 28 kcal aux 100 g. Il est peu chargé en glucides, les protéines y sont peu abondantes et les lipides ne sont présents qu’à l‘état de traces.

La chair du coing renferme de nombreux minéraux et oligo-éléments comme du potassium en abondance (200 mg aux 100 g), du phosphore, du calcium, du magnésium, du fer et du cuivre, et des traces de zinc, de cuivre, de manganèse, de fluor.

Pour conserver un maximum de minéraux, il est préférable de cuire le coing à la vapeur car la cuisson à l’eau entraîne une dissolution des minéraux dans le jus de cuisson.

Les vitamines du coing sont bien diversifiées. Le taux de vitamine C, 15 mg en moyenne, détruite en grande partie lors de la cuisson. Le coing renferme également des vitamines du groupe B, B1 et la vitamine B2, B3, B6. et également en petite quantité, de la provitamine A (0,03 mg aux 100 g).

Toutes ces caractéristiques nutritionnelles jouent un rôle important sur notre santé.

Excellent pour les intestins
Les fibres du coing (tanins et pectines) ont des propriétés anti-diarrétiques, une action protectrice de la muqueuse qui permet de resserrer les muqueuses des tissus, quant aux pectines aux propriétés antiseptiques, elles favorisent la rétention d’eau. C’est d’ailleurs du coing que Don Quichotte incite Sancho Pança à consommer pour enrayer des problèmes de digestion.

Anticholestérol
Les fibres sont également très présentes (6 g aux 100 g) (pour + de 75% ce sont des fibres insolubles) et associées aux pectines, elles favorisent la baisse du taux de cholestérol, en ralentissant l’absorption des lipides et en augmentant leur élimination.

Anticancer
Sa forte teneur en tanins et en fibres peut également prévenir contre le cancer du colon, permettant de réduire la concentration et la stagnation de substances potentiellement cancérigène.

Dans le cadre d’un régime amaigrissant le coing est un allié non négligeable de par sa pauvreté en calories comme nous l’avons vu ci-dessus : 30 klcal/100g

Le coing en cuisine

coingLe coing se mange toujours cuit, sa chair ferme et dure ne s’attendrit qu’à la cuisson. Une fois épluché, le coing s’oxyde très vite. Citronnez-le rapidement.

C’est un fruit mal connu et que les enfants ne connaissent pas vraiment car il ne se mange pas seul et est souvent associé aux compotes, avec des pommes ou des framboises, voire même des poires et des bananes. On l’utilise également en confiture ou en gelées. Des confiseries comme la pâte de coing au goût très subtil.
Il permet également de réaliser des liqueurs, comme le ratafia
Il peut également accompagner des plats salés, comme des gibiers et de la volaille, comme le canard.

En Orient on le retrouve également farci, en tajine ou en ragoût. Les épices lui vont à ravir. On l’associera à la cannelle, la badiane…
La pâte de coing est un délicieux accompagnement aux fromages forts.

Le saviez-vous ?

Le terme « marmelade » signifiait, à l’origine, « confiture de coing ».
Le coing se choisit bien mûr, lorsqu’il arbore sa belle couleur jaune et dégage un arôme très agréable. Il se conserve facilement pendant plusieurs semaines dans un endroit frais.

Recettes avec le coing

Confipote de coings aux épices de Noël

Ingrédients (pour 5 pots)
  • coing1,5 kg de coing soit 1,4kg de coing épluchés
  • 1 c à c de d’épices de Noël
  • 500 g de sucre allégée
  • 1 jus de citron.
Préparation
Temps de préparation : 20 minutes
Temps de cuisson : 60 minutes
  • Pelez les coings à l’aide d’un couteau économe.
  • Frottez-les avec un citron pour ne pas qu’ils noircissent.
  • Coupez-les en morceaux, et… attention de ne pas vous blesser, car la peau ces coings est très dure.
  • coingPlacez les quartiers de coings dans une casserole et couvrez d’eau.
  • Montez à ébullition et laissez cuire 30 min.
  • Egouttez-les pour récupérer les fruits. Avec le jus vous pouvez faire de la gelée 
  • Pesez-les, j’ai obtenu 1kg environ.
  • Ajoutez 500g de sucre allégé, le jus de citron et la cuillère à café d’épices de Noël.
  • Faites cuire durant 30 min environ à petite ébullition.
  • Il faut bien remuer et surveiller car le fond à tendance accrocher.
  • Mixez ensuite pour réduire en compote ou pas. Moi je l’ai fait.
  • Ébouillantez vos pots et retournez-les sur un torchon pour les sécher.
  • Remplissez immédiatement les pots stérilisés avec la confipote de coings, bouillante.
  • Fermez et retournez les pots et laissez tiédir.

Magret de canard aux coings

Ingrédients (pour 2 personnes)
  • coing1 magret de canard
  • 2 coings
  • 1 citron
  • 1 branche de romarin (du jardin pour moi)
  • 1 c à s de miel
  • 30 g de beurre
  • sel et poivre du moulin
Préparation
  • Épluchez les coings.
  • Coupez-les en quartiers et enlevez le coeur.
  • coingMettez les coings dans une poêle avec le beurre et le miel le jus de citron et un petit verre d’eau.
  • Disposez la branche de romarin sur le dessus et laissez cuire à feu très doux 15 mn.
  • Incisez la peau du magret en formant des croisillons.
  • Faites chauffer votre poêle sans matière grasse.
  • Déposez le magret de canard côté peau pendant 10 mn (Enlevez la graisse au fur et à mesure de la cuisson), puis retournez-le et poursuivez la cuisson encore 5 mn.
Dressage
  • Coupez le magret en tranches fines.
  • Disposez-les sur une assiette chaude, entourés des tranches de coings.

Pâte de coings

coing

Ingrédients (pour 2 personnes)
  • 1 kg de coings
  • 1 kg de sucre
Préparation
  • Essuyez les coings en les frottant avec un chiffon pour enlever le duvet et coupez-les en quatre.
  • Réservez les cœurs et faites cuire couvert d’eau, en ayant eu soin de mettre tous les cœurs dans un petit sac.
  • Lorsqu’ils sont devenus tendres, retirez les cœurs et égouttez le tout soigneusement.
  • Passez les coings au moulin à légume ou mixer. Pesez la purée obtenue et ajoutez le même poids en sucre.
  • Mélangez et faites cuire dans une casserole en remuant sans cesse.
  • La pâte est cuite lorsqu’elle est translucide et qu’elle se détache en masse.
  • Etalez dans un moule.
  • Laissez refroidir et dessécher pendant un ou deux jour dans un endroit frais.
  • Découpez en morceaux, roulez dans le sucre cristallisé et servez.
Jackie Thouny
Conseillère en loisirs culinaires, Voiron (Isère) France

Pour en savoir plus :

Coing & Rhubarbe
de Clea (Auteur) et Linda Louis (Photographe) – Le Livre de Poche

mirabelle

Le coing et rhubarbe partagent les mêmes caractéristiques qu’un coupe-faim : beaucoup de fibres, peu de calories. Avec ces 30 recettes, autorisez vos papilles à se régaler de tartes acidulées, de tajines sucrés-salés et de fondants plus-que-fondants. 

La rhubarbe est la reine du printemps et le coing la star de l’automne. Tous deux croissent au jardin sans aucune intervention extérieure et autorisent nos papilles à se régaler de crumbles parfumés, de tartes savoureuses, de tajines envoûtants, et de fondants plus-que-fondants.

Clea nous propose une trentaine de variations gourmandes autour de ces deux fruits/légumes :
Avec des coings : 
• Tajine de coings au potiron et aux châtaignes
• Fondant renversé au coing et à la pâte d’amande
• …
Avec de la rhubarbe : 
• Salade de rhubarbe rôtie à la roquette et aux framboises
• Cheesecake express rhubarbe-spéculoos
• …

Principales sources :

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et citez la source : www.energie-sante.net
Si vous aussi, souhaitez vous exprimer et être présent sur Energie-Santé, Contactez-nous
4 Commentaires
  1. bendjelid zouzou dit :

    jai un probleme je suis diabitique esce que je peut manger le coing merci pour les recettes

  2. Jackie dit :

    Oui, vous pouvez tout à fait manger les coings avec la peau, mais cuits cela de soi.
    En ce qui concerne la demande pour la chaux vive sur les troncs, il serait préférable de demander conseils à un jardinier spécialiste des arbres fruitiers.
    Merci de votre visite sur energie-santé.

  3. rabourt dit :

    bien sur , cuit avec la peau , dans la soupe ou dans la potée de légumes , c’est extra…!!!!!
    mais , j’ai un problème , j’ai loué un jardin et il y a des cognassiers mais tous véreux alors cet hiver je les ait taillés serieusement pour que l’interieur soit bien aéré mais ça n’a pas suffit ,cette année , pareil tous véreux ; donc , je compte y mettre la chaux vive sur les troncs et sur la terre au pieds des arbres , cela serat il suffisant ??????

  4. Nadine dit :

    et bien cela parait très délicieux mais peut on manger le coing cuit sans l’éplucher ? Merci pour les recettes. Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.