Energie-Santé - Rencontre des thérapeutes du corps et de l'esprit

Le lait maternel : l’amour en version liquide pour l’allaitement !

L’allaitement maternel ne va plus de soi, la transmission de génération en génération s’est quelque peu perdue. Les jeunes mères rencontrent des difficultés pour allaiter.

Il nourrit l’humanité depuis des millénaires. Il est source de questionnement et d’interrogations, de remise en cause depuis une petite centaine d’années.

L’allaitement

Pourtant si le mode d’emploi est relativement simple, il y a quelques règles de fonctionnement à connaître…
Voici quelques points importants qui faciliteront grandement le démarrage :

  • allaitementLe lait de femme est l’aliment prévu par la nature pour nourrir le petit d’homme.
    (les préparations pour nourrissons sont faites à partir de lait de vache ou de chèvre, de brebis et sont donc très éloignées de la composition du lait humain)
  • Toutes les femmes à quelque très rare exception peuvent allaiter leur enfant même avec un seul sein : -)
    Lors des visites avant l’accouchement, c’est un point à vérifier avec la sage-femme, le gynécologue… si vous avez un doute, si vous avez subi une chirurgie au niveau de la poitrine, il sera possible d’allaiter avec un accompagnement particulier.
  • Le petit d’homme n’est pas fini à la naissance ; les autres mammifères marchent quelques heures après leur naissance, le petit d’homme mettra 10 à 24 mois à marcher (selon le Dr Emmi Pickler) et il est naturellement programmé pour être allaité… jusqu’à perte des dents de lait (ce qui reste extrêmement rare dans les sociétés occidentales, j’en conviens)
  • allaitementL’être humain n’est pas nidicole, il ne laisse pas ses bébés dans un nid en les nourrissant une à deux fois par jour. Le nouveau-né a besoin d’être nourri toute la journée.
  • L’estomac d’un nouveau-né à la taille d’une bille à la naissance, la taille d’une balle de ping-pong après quelques jours
  • Le lait maternel se digère en 30 à 40 minutes. (le lait de vache en 1h30 à 2h imaginez l’énergie déployée par l’organisme pour un tel travail !)
  • Les tétées ne sont pas qu’alimentaires, elles servent aussi pour le bébé à se rassurer, à se calmer, à diminuer une douleur….
  • Plus le bébé tête plus le corps produit du lait.
  • Les pleurs sont le stade ultime de la demande.
  • Pleurer pour un bébé c’est une très grosse consommation d’énergie donc certains ne pleurent pas.
  • Un nouveau-né peut se laisser mourir de faim ainsi, il ne va pas pleurer, il tétera de moins en moins, de moins en moins efficacement, aura moins de lait donc moins de force… le premier mois est primordial pour la suite de l’allaitement.

Le démarrage de l’allaitement

Les difficultés de démarrage sont souvent là, dans la méconnaissance du fonctionnement physiologique et naturel d’un nouveau né.

Un bébé a besoin d’amour, de lait. Comment on ressent l’amour quand on est un tout petit ?
En étant en contact physique, visuel, tactile avec sa mère. C’est par des mimiques, des regards qu’il va montrer qu’il est disposé à téter.

allaitementEn étant écouté, reconnu dans ses émotions ; il sera confiant et sécurisé. Les parents sont parfois démunis devant un bébé en pleurs ne sachant que faire, que dire… Le bébé sera sécurisé par un parent confiant même s’il ne sait pas répondre à son besoin. Être présent à son enfant est important, le prendre dans ses bras, lui dire simplement « je vois que tu pleures, que tu as quelque chose qui ne va pas, et malheureusement, je ne sais pas ce que c’est. Je peux juste te dire que je suis là, que je t’aime et que je vais faire tout mon possible pour te comprendre. » Peut-être est-ce autre chose que la faim ? il y a tellement de possibilité !

Mais revenons-en à l’allaitement, un bébé sait naturellement téter, il a le réflexe, sauf quand les conditions de naissance perturbent ce réflexe, ou que l’accueil après la naissance n’est pas optimum. Dans ce cas le peau à peau est important pour le bébé qui va diminuer sa consommation d’énergie et réduire son stress. Un bébé qui ne tête pas va perdre de l’énergie et aura moins de force pour téter. Un point important, la mise au sein peut se faire dès la naissance sans attendre même dans le cas d’une césarienne. Il suffit d’en parler avant avec le personnel afin que votre demande soit entendue et respectée.

allaitementIl peut avoir un frein de langue qui l’empêche de téter correctement. Un moyen qui permet de vérifier en premier lieu, faire un concours de grimace avec votre bébé. Et oui ! vous allez voir comme c’est amusant ! Tirer la langue en le regardant et en l’incitant à faire pareil, vous verrez ça marche ! Ayez en tête la photo d’Einstein 🙂 Si vous trouvez que la langue ne sort que très peu, demander l’avis d’un(e) professionnel (le) formée en allaitement, il y en a de plus en plus dans les maternités.

Il peut être bloqué au niveau de la nuque, avoir une douleur qui l’empêche de bien se placer : une visite chez l’ostéopathe dans les 15 premiers jours de vie voir, dans les 8 premiers jours même à la maternité permet de vérifier la « mécanique ».

Les 3 à 5 premiers jours, le corps de la mère produit du colostrum, c’est le supercarburant du démarrage ! Le bébé en a besoin pour la mise en route de son circuit digestif ; le colostrum va permettre l’évacuation du méconium (les selles qu’il a conservées le temps de la gestation).

Les premiers jours le bébé a besoin de téter très souvent 8 à 12 fois par 24 heures voir plus ! mais surtout pas moins. C’est important pour lui de recevoir les quelques gouttes de colostrum à chaque fois et c’est important pour la mise en route de la lactation chez la mère.

Quand on a eu connaissance du fonctionnement, du mode d’emploi il n’y a quasiment plus de difficultés.
La maman est fonctionnelle, le bébé aussi. Mécaniquement tout est en état pour un allaitement optimum.

Où sont les difficultés ?

Dans les points suivants en grande partie :
  • Les croyances du style :
    allaitement« Je n’arriverai pas à allaiter, ma mère et ma grand-mère n’ont pas pu, c’est de famille. »
    « j’ai raté pour le premier, ce n’est pas la peine que j’essaye. »
  • Les fréquentations :
    Les mauvaises langues : « ah tu vas allaiter ! je te souhaite bien du courage qu’est ce que c’est galère ! »
    Les récits de catastrophes : « ah ma pauvre ! j’ai eu des crevasses durant 3 semaines qu’est ce que j’ai eu mal !!! »
    Évidemment, c’est à fuir !
  • Le manque de confiance en soi, manque de confiance dans les capacités de son bébé.
  • Une mère est naturellement programmée par la nature pour allaiter.
  • Le bébé pareil, cela fait partie de ses réflexes naturels.
  • L’humanité a été allaitée au sein depuis des millénaires et si nous sommes toujours là c’est bien grâce à cela malgré la place importante des préparations pour nourrissons.
  • Le manque de modèle, d’encadrement et de soutien, le manque de formation des professionnels de santé mais pas que, le personnel de chambre aussi a besoin d’être formé et les maternités font de plus en plus d’effort à ce niveau.

Il y a des groupes de mères un peu partout en France organisés par des associations, des temps d’informations et de partage organisés par les PMI, les maternités… autant d’occasions de rencontrer des femmes qui allaitent et de recevoir du soutien.

Le besoin d’intimité, de sécurité

allaitementAllaiter ne veut pas dire être torse nu, la poitrine à la vue de toutes et tous. Il est tout à fait possible d’allaiter discrètement une fois le démarrage assuré. Les premières tétées sont parfois un peu compliquées, la mère ne sait pas comment se placer, comment être à l’aise. Pour le bien-être de la maman, une personne pourra être la gardienne de cette intimité, si elle en fait la demande, la protection du couple mère-bébé. Lors du séjour en maternité, cela peut être le personnel soignant que la mère appelle pour inviter les visiteurs à quitter la chambre pour le temps de la tétée ou le conjoint qui joue le garde du corps. Il est important de prendre soin de ces premiers instants, des premières mises au sein pour être pleinement à l’aise.

Malgré toutes les informations reçues avant la naissance, malgré le soutien adéquat au démarrage, il arrive que des difficultés se présentent. Elles pourront se régler assez rapidement et simplement bien souvent grâce à une seule consultation même par téléphone.

Allaiter c’est une expérience unique. Une femme m’a dit un jour « si je n’avais pas allaité, je n’aurais pas découvert cette part de ma féminité ». Je l’avais accompagnée pour l’allaitement de son quatrième et dernier enfant, les trois premiers n’ayant pas été allaités.

C’est une expérience unique aussi parce que chacune choisit son objectif. J’ai accompagné une femme qui voulait allaiter jusqu’à deux mois et demi, date de la reprise du travail. Arrivée à cette échéance, elle n’avait pas envie de sevrer, elle a continué jusqu’à 4 mois avec bonheur, heureuse d’avoir donné de son mieux pour son enfant.

Conclusions

allaitementPour l’enfant comme pour la mère, tant de bienfaits au niveau de la santé, tant de confiance développée qu’il serait bien dommage de s’en priver.

L’être humain est naturellement prévu pour grandir avec cet ingrédient unique qu’est le lait de femme. Il est impossible à reproduire tellement il est complexe dans sa composition, aucun substitut ne lui est équivalent.

De mon point de vue, il est tellement plus agréable d’informer, de (re)donner confiance à la mère, au couple avant la naissance plutôt que de réparer les dégâts après, prenez le temps de vous renseigner, de consulter avant, ainsi les aléas de l’allaitement seront vécus beaucoup plus facilement et avec sérénité.

Les bébés sont des merveilles de la nature, donnons leur ce qu’il y a de meilleur : de l’amour et du lait maternel.

Marie-Christine Eustache
Accompagnatrice à la parentalité
Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et citez la source : www.energie-sante.net
Si vous aussi, souhaitez vous exprimer et être présent sur Energie-Santé, Contactez-nous
4 Commentaires
  1. Vignon renee dit :

    J’ai allaité mon 2ème enfant avec grande difficulté après une césarienne non prévue et une grande souffrance maternelle et foetale : mon bébé en réanimation, moi ayant 40 de fièvre. On m’a interdit d’allaiter tant que mon bébé et moi n’allions pas mieux ! J’étais très demandeuse d’allaitement car j’avais eu 1 premier bébé normal avec beaucoup de lait ! J’ai persévéré et fini par lâcher le biberon au bout de 6 semaines d’acharnement et sevré mon bébé à 6 mois. Au bout d’un an mon bébé était totalement guéri et moi aussi. Ne jamais désespèrer !!!

    1. Marie-Christine Eustace dit :

      Bravo pour votre persévérance 🙂

  2. gomet dit :

    c’est le plus beau cadeau d’une maman a son bébé……le premier

    1. Marie-Christine Eustace dit :

      Et pour que la maman puisse le faire elle a besoin d’un accompagnement spécifique, professionnel et bien sûr bienveillant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.