Energie-Santé - Rencontre des thérapeutes du corps et de l'esprit

La poire

Dans le panier d’automne on retrouve également un fruit très savoureux et aux arômes très subtils. Je veux parler de la poire et de ses nombreuses variétés. Tout comme la pomme et l’abricot la poire est un fruit de la famille des rosacées.

La petite histoire de la poire

poireLe nom Poire est un dérivé du nom latin Pyra et apparaît dans la langue française au XIIe siècle.
On retrouve les origines de la poire fruit du poirier (Pyrus communis) en Asie Centrale et en Europe Occidentale dès l’époque du néolithique où on a retrouvé des pépins dans des nombreux sites préhistoriques.

Des agriculteurs auraient domestiqué le poirier il y a environ 7000 ans mais c’est un certain chinois Feng Li qui aurait se serait consacré à ce fruit en effectuant des greffes et ce il y a plus de 4000 ans avant notre ère. La poire n’avait pas l’aspect que nous lui connaissons aujourd’hui, le fruit était petit et amer.

On trouve d’ailleurs encore des espèces sauvages en Asie centrale et en Extrême-Orient. Leurs fruits sont petits et peu nombreux, si bien qu’ils ne sont cueillis que par les oiseaux. On retrouve des traces de la poire il y a deux milles ans sur les tablettes d’argile sumériennes, aux côtés du thym et des figues.

poireLes Grecs quant à eux étaient très friands de ce fruit et Homère l’avait baptisé « cadeaux des Dieux ». C’est cependant aux Romains que nous devons le développement de nombreuses variétés. La poire était un de leur fruit favori et ils le consommaient, cuit, cru séché. Ils pratiquaient systématiquement la greffe et développèrent de nombreuses variétés : Caton n’en cite que six alors que le fameux Pline lui en dénombre plus de quarante et à la fin de l’empire romain on en recensait une soixantaine.

L’arrivée de la poire dans toute l’Europe se fit de façon progressive. À L’époque médiévale, soit au XVIe siècle elle semblait guère goûteuse d’après les noms qui lui étaient attribués « caillou rosat » ou encore « poire d’angoisse » qui se consommaient surtout cuites.

C’est Jean de la Quintinie, jardinier de Louis XIV qui fera de la poire un fruit royal avec la création de nombreuses variétés (on en recensait 500) aux noms évocateurs comme : « Muscate », « Bergamote », « Frangipane », « Cuisse Madame ». Le XVIIIe siècle verra l’amélioration de la saveur et de la texture du fruit. Fruit Royal, la poire était offerte en cadeau avec une coupe de champagne lors de leurs sacres à Reims (Louis XV, Louis XVI et même Marie Louise ou Charles X) : « Nous vous offrons ce que nous avons de meilleur : nos vins, nos poires et nos cœurs » ponctuait le maire lors de la cérémonie.

De nos jours on dénombre plus de 2000 variétés mais seules une dizaine se retrouve sur nos étals. La plupart ont vu le jour entre le XVIIIe siècle et le XIXe siècle.

poire
Elles sont toutes le résultat de sélections attentives :
  • La Guyot : gros fruit à peau jaune, sa chair est parfumée et juteuse.
  • La Williams : trapue, elle est brillante, jaune à vert clair ou rouge écarlate à la peau mate.
    Ce sont des poires d’été, produites avant tout dans le sud-est de la France et en Espagne. Elles sont disponibles entre mi-juillet et octobre :
  • L’Alexandrine : peu juteuse, elle est jaune doré à légèrement rosée. Elle est disponible entre septembre et novembre.
  • La Beurré Hardy : sa peau est épaisse et vert-olive, parsemée de rouge sombre. Elle est récoltée de septembre à novembre.
  • La Louise Bonne : sa peau verte est fine, avec des taches brunes. On trouve sa chair fine et acidulée entre septembre et novembre également.
  • La Comice et la Doyenné du Comice : la première a le nez pointu, la seconde est bosselée aux deux extrémités. Leur chair est fine et sucrée, juteuse et fondante. Entre octobre et avril apparaissent leurs épidermes vert jaune légèrement rosés, parfois couverts de taches de rousseur.
  • La Passe-crassane : peau jaune marbrée une chair juteuse et granuleuse. On la reconnaît facilement au bouchon de cire rouge à l’extrémité de son pédoncule qui, en évitant l’évaporation de l’eau, ralentit le mûrissage du fruit. Elle se récolte de décembre à avril.
  • L’Angélys : une nouvelle variété issue du croisement de la Doyenné et de la Passe-crassane a été créée en 2000. Protégée par une peau épaisse, elle se conserve jusqu’à trois semaines à l’air ambiant.

La France est le troisième producteur européen après l’Italie et l’Espagne.

La poire et notre santé

poireLa poire est un fruit riche en eau et peu calorique ; 180 g de poire ne fournissent que 85 cal. L’eau qu’elle contient est riche en oligo-éléments et minéraux comme le potassium 125 mg/100g mais également du magnésium et du calcium, un apport en fer non négligeable, (0,2g/100g) des nutriments indispensables au bon fonctionnement des cellules.

La poire renferme également un éventail de vitamines variées. On retrouve de la vitamine C, 5 g/100g, vitamine B, provitamine A et vitamine E et du carotène. Ce sont tous des antioxydants qui préviennent du vieillissement prématuré des cellules

On retrouve également dans ce fruit, un taux élevé d’acide phénolique surtout présent dans la pelure et des flavonoïdes qui joue un rôle important dans le bon fonctionnement neuromusculaire.

Le taux élevé de fibres alimentaires (2,3 g pour 100 g) présent dans la poire a la propriété de stimuler efficacement le transit intestinal.

On retrouve également dans la poire du sorbitol et du fructose, des types de sucres qui peuvent occasionner des malaises gastro-intestinaux (gaz, ballonnements, douleurs abdominales,diarrhée) chez les personnes sensibles. Les individus souffrant du syndrome de l’intestin irritable sont particulièrement vulnérables. on recommande de choisir des variétés de poires fondantes (et non des poires à chair granuleuse), dont les fibres sont très bien supportées.

Les bienfaits de la poire sur notre santé

Cancer
Grâce à son apport d’antioxydants, la poire, peut réduire les risques de certains types de cancers.

Maladies cardiovasculaires
La pelure des poires, réduirait l’augmentation des lipides sanguins et augmenterait la concentration en antioxydants du sang.

La poire en cuisine

poireLa poire se consomme cuite ou crue et supporte très bien le mélange sucré salé.
Nous connaissons tous l’expression qui nous vient des XIV et XVI siècle « Entre la poire et le fromage » où on avait coutume de faire une pause durant le repas avant le fromage et de consommer une poire pour rafraîchir le palais.

Elle accompagne à ravir, une viande, volaille ou gibier.
On s’en régalera également en salades composées, avec des noix, du fromage notamment le bleu comme le roquefort.

En sorbet ou tarte. Nappée de chocolat surmonté d’une boule de glace, confite, pochée au vin rouge, en bavarois ou charlotte. En salade de fruits et en compote épicée ou en confiture aromatisée à la badiane et à la cardamone.

On réalise également la poire à l’eau-de-vie et un excellent jus du fruit.

La poire se conserve jusqu’à une semaine dans la coupe à fruit. C’est un fruit très fragile qui craint les chocs aussi faut-il la manipuler avec précaution car elle aura alors tendance à noircir.

Quelques recettes avec la poire

Confiture de poires

poireIngrédients (pour 3 pots)
  • 1 kg de poires
  • le jus d’un citron vert
  • 400 g de sucre
  • 1 bâton de cannelle
  • 1 gousse de vanille
  • 1 étoile de Badiane
Préparation
  • Épluchez et coupez vos poires en petits dés.
  • Mettez-les dans un faitout.
  • poireAjoutez le jus de citron vert et bien remuer.
  • Ouvrez en deux la gousse de vanille et récupérez les grains à l’aide d’un couteau pointu.
  • Ajoutez le sucre, la cannelle, la vanille et remuez à nouveau.
  • Laissez cuire à feu doux après ébullition pendant 45 min., puis mettez en pots.

Tarte aux poires, épinards et gorgonzola

Ingrédients (pour 4 personnes)
  • poire1 pâte brisée maison
  • 200 g de farine
  • 100 g de beurre
  • 5 cl d’eau
  • 1 œuf
  • 1 pincée de sel
  • 250 g d’épinard congelés ou frais
  • 1 c à c de crème
  • 1 poire
  • 1/2 citron
  • 200 g de gorgonzola
  • poire30 g de pignons
  • huile d’olive
  • Sel et poivre du moulin
Préparation
  • Épluchez les poires avec un couteau économe en laissant la queue.
  • Faites un sirop avec l’eau et le sucre. On peut aromatiser ce sirop avec du sucre vanillé, ou des épices (cannelle, gingembre).
  • A l’ébullition, pochez les poires environ 10 min.
  • Vérifiez la tendresse de la poire avec la pointe d’un couteau. Ce temps peut passer à 15 min voire plus selon le degré de maturité des poires. Le but est d’obtenir des poires bien tendres dans lesquelles la cuillère à dessert entre toute seule.
  • Disposez les poires dans des coupelles individuelles. Pour qu’elles tiennent bien debout, on peut couper une petite tranche en dessous horizontalement.
  • Laissez refroidir les poires.
  • 10 min avant de servir, faites fondre le chocolat au bain-marie, tout doucement. Il faut un chocolat liquide qui glisse sur la poire en la couvrant.
  • Couvrez les poires avec le chocolat.
  • Pour la décoration : quelques amandes effilées passées à la poêle, ou un soupçon de poudre d’amandes, ou ce que vous voulez selon l’inspiration.
  • Servez de suite, quand le chocolat est encore fumant.

Cake poire chocolat

Ingrédients (pour 8 personnes)
  • poire120g de sucre
  • 150 g de farine
  • 3 œufs
  • 2 c à s de cacao en poudre, type Van Houten
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • 1 pincée de sel
  • 10 cl de crème fraiche
  • 150 g de beurre
  • 150 g de chocolat
  • 3 poires
Préparation
  • poireDans un saladier, battez les oeufs avec le sucre et la crème.
  • Ajoutez la farine et la levure plus le cacao. Bien mélanger.
  • Incorporez ensuite le beurre fondu.
  • Faites fondre le chocolat au bain-marie et intégrez à la pâte chocolatée.
  • Préchauffez le four à 170°
  • Epluchez les poires en conservant la queue. • Coupez légèrement la base du fond pour qu’elles restent droites.
  • Versez la préparation dans un moule beurré et fariné si vous n’utilisez pas de moule en silicone.
  • Plongez les poires dans la pâte.
  • Mettez au four réduit à 150° pendant environ 45mn.
  • Surveillez la cuisson.
Jackie Thouny
Conseillère en loisirs culinaires, Voiron (Isère) France

Principales sources

• Cuisine Journal des Femmes : www.cuisine.journaldesfemmes.com
• Gerbeaud : www.gerbeaud.com
• La Nutrition : www.lanutrition.fr
• Passeport Santé : www.passeportsante.net
• Wikipedia : www.wikipedia.org

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et citez la source : www.energie-sante.net
Si vous aussi, souhaitez vous exprimer et être présent sur Energie-Santé, Contactez-nous

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.