La mycothérapie et ses vertus

La mycothérapie est l’une des thérapies les plus anciennes et les plus efficaces en naturopathie.
Elle trouve son origine dans la médecine traditionnelle chinoise.

Qu’est-ce que la mycothérapie ?

mycothérapieLa mycothérapie est une approche thérapeutique non conventionnelle utilisant des champignons médicinaux ou des extraits de ces champignons à des fins curatives. Elle s’appuie sur les éléments bioactifs des champignons médicinaux pour soigner certaines maladies et restaurer l’équilibre des microbiotes.

La mycothérapie se concentre sur les champignons médicinaux ; parmi des 15 000 espèces de champignons identifiés dans le monde, seulement 650 environ ont une valeur thérapeutique et considérés comme des champignons médicinaux. Les plus réputés sont les champignons asiatiques comme le reishi, le shiitaké, le maitaké ou le cordyceps.

Le monde des champignons est un règne à part. Ils sont organisés en réseau sous-terrain permettant la communication des arbres entre eux. C’est un véritable écosystème mutualiste de la forêt. Le champignon représente à la fois le système immunitaire, le système digestif et le système nerveux de la forêt.

Ce qui est fascinant est que le génome des champignons est très proche du génome humain. Nous sommes donc très réceptifs à la mycothérapie, bien plus qu’aux plantes dont le génome est plus éloigné. Ceci explique les effets très bénéfiques sur le corps humain. Les études cliniques se multiplient pour tacher de démontrer les grandes capacités curatives des champignons.

Pour optimiser les vertus de la mycothérapie, il est nécessaire que le champignon soit pur, pour que le chapeau, le pied et surtout le mycélium soient utilisés. Il est également important que les écorces sur lesquelles ils poussent soient bien choisies pour leur richesse en micro-organismes.

En effet les champignons captent l’ensemble des substrats bénéfiques présents dans les écorces comme par exemple le sélénium ou encore les polyphénols, ce qui offre une synergie encore plus bénéfique.

Ils sont utilisés depuis des milliers d’années en médecine chinoise pour leurs nombreuses vertus sur la santé.

La petite histoire de la mycothérapie

mycothérapieL’usage des champignons médicinaux est probablement très ancien. La découverte en 1991 d’Ötzi, Homo sapiens européen de plus de 5000 ans, révèle que cet homme préhistorique transportait dans son sac des polypores du bouleau, probablement à usage médicinal (consommés pour ses propriétés antibiotiques, vermifuges et vulnéraires).

Le soin par les champignons est une des branches essentielles de la phytothérapie extrême-orientale.
Ainsi, le Reishi est utilisé dans la médecine traditionnelle chinoise et japonaise il y a plus de 2000 ans avant J.-C.

L’emploi de champignons médicinaux est attesté dans la civilisation gréco-romaine et égyptienne. Ils sont également employés en médecine populaire dans l’Occident médiéval. Cette médecine se développe particulièrement en Europe de l’Est. Ainsi, le chaga utilisé depuis le XVIe siècle, fait l’objet d’importantes recherches au XXe siècle afin d’identifier ses composés bioactifs.

La légitimité acquise par la médecine allopathique au XXe siècle a rangé aux oubliettes la mycothérapie, même si certains champignons ont fourni d’importants moyens de traitement médical (levure Saccharomyces boulardii découverte en 1920, pénicilline découverte en 1928 par Alexander Fleming à partir de Penicillium notatum).

Dès la fin des années 1990, les chercheurs se sont intéressés au traitement par les champignons et notamment aux propriétés du mycélium qu’ils contiennent. Ils ont découvert notamment que les champignons peuvent être immunostimulants, et par ce biais d’excellents antiviraux.

La recherche contemporaine

Pionnier dans ce domaine, le Dr Bruno Donatini a exploré les vertus des champignons médicinaux dès la fin des années 1990. Il forme aujourd’hui des centaines de thérapeutes par an.

Il a rédigé un ouvrage de référence sur le sujet et élaboré de nouvelles techniques de culture. En sélectionnant des écorces (bouleau, saule, frêne…), il utilise par exemple des champs magnétiques pulsés pour en accélérer la maturation : « Les écorces ayant beaucoup plus d’endobactéries, des micro-organismes naturellement présents dans le sol, on met en valeur une synergie particulière entre le mycélium et la terre, une signature à la fois organique et vibratoire, qu’on ne retrouve pas dans les champignons cultivés hors-sol. Par ailleurs, les champignons concentrent les substrats des écorces sur lesquels ils poussent, qu’il s’agisse de sélénium, de lignanes ou de polyphénols spécifiques selon les espèces ».

La mycothérapie au service de l’immunité

mycothérapieLa mycothérapie ne bénéficie pas toujours d’un réel engouement comme d’autres produits naturels auprès des thérapeutes et des diététiciens, contrairement à la phytothérapie qui est reconnue par le monde médical et appréciée du grand public. Nous sommes portés à sous-estimer la véritable capacité curative de la mycothérapie.

Et pourtant… les champignons contiennent plus de 150 éléments bioactifs dans leur structure !

Leur consommation nous fournis des vitamines, des acides aminés, des oligoéléments, des minéraux (tels que le sélénium et le zinc), des fibres, des phénols, des enzymes, des probiotiques, des antibiotiques naturels, mais aussi des chaines de sucre, les alpha et les béta-glucanes, éléments exclusifs aux champignons. Autant de nutriments qui aident à ce que l’on appelle l’homéostasie du corps.

Les champignons contiennent de plus une grande concentration de bêta-glucanes spécifiques qui se fixent sur les récepteurs immunitaires, ce qui favorise grandement l’action de ces cellules. Les bêta-glucanes activent de fait le système immunitaire. Les champignons les plus riches en bêta-glucanes sont le shiitake, le maitake, le reishi et le pleurote.

Le glucane est un polymère du glucose. C’est donc un polysaccharide qui agit comme un activateur de cellules immunitaires.

Les vertus innombrables de la  mycothérapie

La mycothérapie s’associent parfaitement avec l’allopathie et la phytothérapie. Les crises curatives sont rares et il n’y a pas d’interactions avec les médicaments, notamment avec la chimiothérapie.

Ce sont des super-aliments, adaptogènes et immuno-modulants.
Ils ont une action antibactérienne, antiacide, antimycotique et immuno-modulatrice sur les cellules immunitaires. Ils augmentent les anticorps et font baisser les cytokines.

Les champignons ont une action à la fois sur les réactions exagérées du système immunitaire comme les allergies ou les maladies auto-immunes, et les réactions freinées comme les infections et les maladies chroniques.
Les champignons sont particulièrement intéressants dans l’accompagnement du cancer, ils sont protecteurs cardio-vasculaires et régénérant du système nerveux.

Les champignons fréquemment utilisés en mycothérapie

Le Reishi, le champignon de l’éternité

mycothérapieLe Reishi, de son nom latin Ganoderma lucidum, est considéré comme le socle des champignons. Si on devait en utiliser qu’un seul, ce serait sans aucun doute celui-là.

Avec plus de 130 principes actifs dans sa composition, il est le champignon qui en contient le plus. De ce fait, il est idéal pour restaurer ce que l’on appelle l’homéostasie du corps, ou de manière plus générale, l’équilibre.

Le Reishi trouvera alors sa place pour rééquilibrer le corps dans les domaines psychologiques (stress et anxiété, insomnies, …), neurologiques (migraines…), endocrinologiques (thyroïde…), immunologiques (candidoses, maladies auto-immunes, …), génito-urinaires (ménopause et prostatite), ostéo-articulaires (inflammations…), cardiovasculaires (palpitations…), dermatologiques (eczéma, psoriasis, …), ORL et pneumologiques (asthme et bronchite), ou encore cancérologiques (anti-prolifératif tumoral, complément des traitements, …).

En résumé, si vous voulez essayer la mycothérapie mais que vous ne savez pas lequel prendre parce-que vous ne vous y connaissez pas, le Reishi est fait pour vous.

Le Shiiitaké, l’élixir de vie

mycothérapieDeuxième champignon le plus consommé dans le monde pour son apport protéique très élevé, le Shiiitaké, Lentinula edodes, trouvera sa place dans votre quotidien pour de nombreuses raisons.

Tout d’abord, son action immunomodulatrice lui confère une grande action antivirale, ainsi que bactéricide. Il pourra donc être utilisé pour inhiber le VIH.
Au niveau cardiovasculaire, il permet de diminuer le cholestérol (en augmentant le bon cholestérol HDL), et de traiter les situations à risque (plaque d’athérome, thrombose, …).
Il est aussi intéressant en cas de tendinites, ou d’altérations des structures cartilagineuses.

Mais il est surtout réputé pour son action hépatique. Il exerce un rôle hépatoprotecteur et permettrait de traiter l’hépatite B. Le Shiitaké présente donc un tropisme immunitaire, hépatique et cardiovasculaire.

Le Cordyceps, le champignon de l’énergie

mycothérapieCe champignon, Cordyceps sinensis, est très connu des sportifs, ou en tout cas mériterait de l’être. Tout d’abord de par son action sur le muscle où il permet d’augmenter la puissance musculaire, ainsi que la récupération musculaire. Ensuite, grâce à son action sur le système cardio-vasculaire où il permet d’augmenter l’utilisation de l’oxygène. Enfin, au niveau pneumologique où il augmente la capacité respiratoire. Ainsi, pour le sportif, c’est un pari gagné pour augmenter la performance, la récupération et l’endurance.

Mais il sera aussi intéressant de l’utiliser en cas de dépression, d’insomnie, de déficit de concentration ou de très grande fatigue (après un épisode de grippe, par exemple).
Au niveau génito-urinaire, on pourra l’utiliser en cas de troubles menstruels, de troubles de la libido et de problèmes de fertilité.

Enfin, il possède une grande action antivirale, un effet hépato-protecteur, et trouvera un intérêt en cas d’insuffisance rénale.

Le Maitaké, ou la lutte contre le cancer et le surpoids

mycothérapieCe champignon, de son nom latin Grifola frondosa, est tout d’abord connu pour son action anti-tumorale. En effet, il présente des polysaccharides ayant une action immunomodulatrice significative. Il permet ainsi de ralentir la progression des cellules malignes, et ce grâce à sa lutte contre les métastases. De plus, comme beaucoup de champignons, il stimule les macrophages, ainsi que les cellules de l’immunité. Tout ceci lui confère une action d’atténuation des effets secondaires de la chimiothérapie et de la radiothérapie. Il présente donc un grand intérêt, en tant que thérapie synergique de ces dernières thérapies médicales.

Mais le maitaké a aussi un intérêt métabolique puisqu’il présente une action hypocholestérolémiante, ainsi qu’une action hypotriglycéridémiante. Il permet aussi de diminuer la pression artérielle. Ces deux activités, prises conjointement, permettent de diminuer le risque cardiovasculaire, notamment chez les personnes présentant des risques, comme les personnes obèses ou sédentaires.

Enfin, il présente un intérêt dans le contrôle du poids en augmentant l’activité métabolique, en diminuant la synthèse d’acides gras et en inhibant l’évolution des adipocytes. Il contrôle ainsi le métabolisme lipidique et prévient l’obésité.

L’Agaricus, le champignon du soleil

mycothérapieL’Agaricus blazei est tout d’abord connu et reconnu pour ses vertus sur le système immunitaire ainsi que comme anti-tumoral. En effet, il sera utilisé en cas de déficit immunitaire, mais aussi de maladies auto-immunes, d’allergies, d’asthme ou encore d’infections récidivantes. De plus, il présente de grandes capacités antiprolifératives et angiogéniques. Il permet aussi d’aider au traitement des cancers et de traiter les effets chimio-induits.

Il présente aussi un tropisme hépatique où il permet de réduire les transaminases chez les patients atteints d’hépatite B. De plus, il présente une certaine capacité fongicide. Il combat le Candida albicans, en augmentant la production de peroxyde d’hydrogène des cellules macrophages. Enfin, son action sur le métabolisme lui permet de prévenir l’obésité ainsi que d’aider au traitement du diabète de type II.

La crinière du lion, l’Hericium

mycothérapieCe champignon, Hericium erinaceus, est le champignon du système digestif par excellence. Avec son action régénératrice des muqueuses gastriques et intestinales endommagées, il trouve sa place dans l’arsenal thérapeutique des gastrites, ulcères, reflux gastro-oesophagiens, ou encore dans le traitement de l’infection à Helicobacter Pylori. Il permet aussi de soulager les allergies et intolérances alimentaires, en ayant une action sur la perméabilité intestinale. Enfin, il est également utile en cas de MICI (Maladies Inflammatoires Chroniques de l’Intestin), telles que la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique.

Mais c’est aussi le champignon des maladies dégénératives. Il pourra ainsi être utilisé en cas de maladie d’Alzheimer, de Parkinson, de démences. Mais également en cas de sclérose en plaques, de par son action sur les gaines de myéline. L’Héricium a donc un tropisme neurologique, psychologique et gastro-intestinal.

Le Polypore, le champignon des fluides

mycothérapieLe polypore, Polyporus umbellatus, est le champignon de tous les fluides. Il apporte en effet une action diurétique 60% plus importante que le café. Il présente donc de grands intérêts, dès lors que des fluides doivent être éliminés.

Ainsi, il sera utile en cas d’infections urinaires récidivantes ou de rétention des fluides, mais aussi en tant que mucolytique dans les affections bronchiques, ou encore en cas d’Hypertension Artérielle. Dans ce dernier cas, il joue le rôle d’antihypertenseur en contrôlant cette pression artérielle de par son action diurétique.

Enfin, il présente un grand intérêt en cancérologie, notamment lors d’œdèmes (lymphœdème, métastases à propagation lymphatique, cancer du sein, ou drainant du système lymphatique après des séances de chimiothérapie).

Le Pleurote en forme d’huitre

mycothérapieC’est un prébiotique, riche en bâta-glucanes, vitamines et minéraux. Il est apprécié pour renforcer le système immunitaire en cas d’infections virales et chroniques, en cas de mycoses et pour renforcer l’ensemble de l’organisme. Il comporte des antioxydants, a des vertus anti-tumorales et régule le cholestérol.

Les bienfaits de la mycothérapie sur notre santé

De la simple infection urinaire à la complexe maladie de Charcot, en passant par la sclérose en plaques, la polyarthrite rhumatoïde, ou encore l’ulcère gastrique, les champignons ont fait leur preuve.

Bien sûr, ce n’est pas en quelques semaines que l’on arrive à un résultat satisfaisant. Cela a un coût, financier tout d’abord, et puis temporel, parce que c’est long…

Mise en garde

Cette thérapie ne prétend pas être une alternative à la médecine allopathique, mais peut être d’une aide précieuse pour compléter cette dernière.

Jean-Paul Thouny
Thérapeute énergéticien, formateur - Voiron (Isère) France

Principales sources

• Annuaire Thérapeutes : www.annuaire-therapeutes.com
• Bio Infos Santé : www.bio-infos-sante.fr
• Korpus Energy : www.korpusenergy.com
• Mycelab : www.orandia.com
• Plantes & Santé : www.plantes-et-sante.fr
• Santé Log : www.santelog.com
• Santé Naturo : www.santenaturo-revue.fr
• Thérapeutes Magazine : www.therapeutesmagazine.com
• Wikipédia : www.wikipedia.org

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et citez la source : www.energie-sante.net
Si vous aussi, souhaitez vous exprimer et être présent sur Energie-Santé, Contactez-nous Print Friendly and PDF

Pour en savoir plus

Les vertus médicales des champignons
de Bruno Donatini, aux Éditions Terran.

mycothérapie

Certains champignons comestibles possèdent des vertus thérapeutiques époustouflantes. Ils méritent d’accéder à la première place du hit-parade des « alicaments » : aliments aux vertus thérapeutiques démontrées. Plusieurs centaines d’études publiées dans des revues scientifiques internationales n’accordent aucune hésitation. Certains champignons sont les plus puissants immunostimulants connus. D’autres traitent l’hypertension artérielle, l’excès de cholestérol ou le diabète. On citera également leurs propriétés amaigrissantes, stimulantes ou antibiotiques. Des arguments émergent en faveur de la prévention de l’allergie, de la démence ou de la dégénérescence rétinienne. Si les publications scientifiques disent vrai, avec quelques champignons pris régulièrement nous diviserons par environ 20 nos risques de cancer, par au moins 4 à 10 nos risques d’accidents cardio-vasculaires, d’allergie ou d’infection. Nous gagnerons de 10 à 15 années de vie, et améliorerons notre forme. Ceux soucieux de leur ligne pourront perdre au moins 10% de leur poids. Ce livre vous aidera à optimiser votre prévention grâce à des champignons savoureux ou des extraits secs. Il vous permettra d’éviter les cocktails d’aliments ou de compléments alimentaires redondants ou antagonistes. Il vous aidera aussi à éviter les champignons comestibles contaminés par des métaux lourds ou d’autres polluants agro-industriels. Ne soyez pas sceptique. Le seul frein à l’usage des champignons comestibles en thérapie s’explique par l’absence de marché – donc de recherches scientifiques et de publicité massive.

La mycothérapie – propriétés médicinales des champignons
de Alain Tardif, aux Éditions Amyris

mycothérapie

Si la phytothérapie a depuis longtemps acquis ses lettres de noblesse, le champignon est souvent méconnu dans le domaine des soins naturels. Pourtant, certaines espèces de champignons sont employées depuis des millénaires en Chine et au Japon non seulement comme aliments de longue vie, de vigueur sexuelle et de tonus général, mais également pour leurs incontestables propriétés thérapeutiques. Le présent ouvrage décrit, photographies à l’appui, les principales espèces de champignons médicinaux, et indique leur principe d’action, leurs indications thérapeutiques, leur mode d’emploi ainsi que les précautions d’usage. On y trouvera encore un tableau qui récapitule les propriétés des différentes espèces citées, et de nombreux conseils d’usage diététique. Un ouvrage qui séduira aussi bien le mycologue que le consommateur de champignons, tous désireux d’entretenir leur santé.

Près de 700 espèces de champignons, d’après les chercheurs japonais, ont des propriétés contre le cancer et contre toutes sortes de maladies ! En fait, nous redécouvrons à peine ce que savaient déjà les Anciens, qui ont utilisé les champignons pour se soigner depuis les temps les plus reculés. Découvrez donc dès à présent tous les bienfaits des champignons.

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.