Brûlures d’estomac, reflux, ulcères…

Contrairement à beaucoup d’idées reçues,
nous sommes responsables de nos problèmes digestifs,
qu’il s’agisse de brûlures d’estomac, de reflux gastriques ou d’ulcères.

brûlures d'estomacPour le moins que nous puissions dire, nous développons de mauvaises habitudes nutritionnelles.

En effet, nous consommons souvent sans discernement et simultanément, des aliments chauds, froids, épicés ou non, alcoolisés, sans nous préoccuper si notre estomac pouvait accepter tout cela.

Lorsque les brûlures et autres douleurs se manifestent, nous sommes convaincus qu’un simple « pansement » gastrique, une pastille « magique »… et hop toute gène est effacée…. Et bien non, il n’en est rien !

Qu’est-ce qu’une brûlure d’estomac ?

Les sensations d’aigreur ou de brûlure sont les maux d’estomac les plus fréquents. Lorsqu’elles sont occasionnelles, après un repas copieux par exemple, ces sensations n’ont rien d’alarmant. Mais si elles se produisent régulièrement après chaque repas, elles justifient une consultation médicale. Au-delà de l’âge de 50 ans, près de la moitié de la population en souffre. Dix pour cent des adultes décrivent des brûlures d’estomac au moins une fois par semaine et 2 à 5 % une fois par jour.

Lorsque l’on parle des maux d’estomac (ulcère, brûlure, reflux…), on évoque toujours une cause plus ou moins psychologique (« Arrête de t’énerver tu vas attraper un ulcère »). Dans l’ulcère, les spécialistes incriminent le stress ou le comportement d’un proche que l’on n’accepte pas. Est-ce suffisant pour expliquer pourquoi un tiers des Français souffrent de maux d’estomac ? S’il y a là un des facteurs explicatifs, il faut bien reconnaître que l’on néglige cet organe essentiel.

brûlures d'estomac

Peu considéré, l’estomac est un organe hautement sophistiqué

Bien plus qu’un simple réceptacle à nourriture, destiné à un travail de gros œuvre, l’estomac est un véritable chef d’orchestre, assumant un rôle central dans le traitement des aliment nécessaires au fonctionnement de tout notre corps.

Parmi les importantes fonctions indispensables qu’il assure, l’estomac prend en charge l’élimination des bactéries nocives et la transformation des protéines en acides aminés qui vont construire nos tissus et nous fournir en énergie. Ce rôle est un travail d’orfèvre, qui va déterminer celui de tous les autres organes impliqués dans la chaîne de la digestion. Au final, de nombreux paramètres de santé dépendent de la qualité de son travail, de notre équilibre nerveux à notre équilibre psychologique en passant par la santé de notre pancréas, de nos intestins et même de nos vertèbres…

Trois litres d’acide par jour

brûlures d'estomac

En plein milieu de l’abdomen, cette usine de traitement des aliments emploie des produits chimiques d’une agressivité peu commune : on y mettrait la main, elle serait dissoute !Grâce à ce qui n’est quasiment que de l’acide chlorhydrique pur, cette usine est capable de transformer tout ce que nous absorbons en une pâte mi-solide mi-liquide : le chyme alimentaire. Afin d’assurer cette mission, l’estomac sécrète environ 3 litres d’acide par jour. Il s’auto-protège grâce à la production d’un liquide protecteur, le mucus qui tapisse ses parois internes.

Normalement, l’acide doit demeurer dans l’estomac grâce à la fermeture d’un sphincter, un muscle circulaire situé entre l’estomac et l’œsophage : le cardia. Et il pénètre plus bas dans le duodénum en petites quantités, en même temps que la nourriture digérée. Grâce au pancréas, qui sécrète les sucs pancréatiques (basiques), cette acidité est modérée et l’intestin peut correctement faire son travail.

Quand les acides attaquent !

Tout le monde le sait : l’œsophage est un conduit reliant la bouche à l’estomac qui permet le transport de la nourriture. Mais on méconnaît souvent ce qui se passe après. Le sphincter qui sépare l’estomac de l’œsophage n’est censé s’ouvrir que pour laisser descendre les aliments et empêcher le contenu de l’estomac de remonter dans l’oesophage. Mais si ce sphincter entre l’estomac et l’œsophage fonctionne mal, l’acidité de l’estomac reflue au niveau de la paroi intérieure de l’œsophage, ce qui entraîne des symptômes de brûlant souvent accompagnés d’un goût acide en bouche.

Les régurgitations acides et les brûlures ou aigreurs d’estomac sont deux symptômes particulièrement fréquents. Et en règle générale, pour désagréables qu’ils soient, ils restent banals et bénins, liés au stress, à une trop grande ingestion de protéines, d’alcool ou de certains médicaments comme l’aspirine ou les anti-inflammatoires. Mais si ces symptômes perdurent, les vrais ennuis commencent…

Reflux anormal du contenu de l’estomac

Lorsqu’il rejoint l’estomac, l’œsophage traverse le diaphragme, un grand muscle en forme de dôme qui sépare les organes de l’abdomen de ceux de la cage thoracique. Le diaphragme forme à cet endroit une sorte de cravate qui, accompagnée d’un muscle en forme d’anneau (sphincter), le cardia, empêche le contenu de l’estomac de refluer vers l’œsophage. Lorsque ce mécanisme ne fonctionne plus normalement, les sucs gastriques remontent depuis l’estomac vers l’œsophage, irritant la paroi de ce dernier.

Quels sont les symptômes des brûlures d’estomac ?

Les brûlures et les régurgitations se manifestent par une sensation douloureuse dans la région de l’estomac, après un repas. Ces douleurs irradient parfois derrière le sternum, voire dans la gorge. Les aigreurs sont souvent accompagnées de renvois acides ou d’accès de toux, en particulier la nuit. Parfois, les douleurs sont plus fortes lorsque l’on se baisse, que l’on se penche en avant, que l’on se couche, ou lors d’un effort physique. Chez des personnes affaiblies, le reflux peut pénétrer dans les voies respiratoires et provoquer une infection pulmonaire.

Ce que le reflux gastro œsophagien peut cacher

Lorsque les sucs gastriques refluent régulièrement dans l’œsophage, on parle de reflux gastro-œsophagien ou RGO. Dans ce cas, les sucs gastriques risquent de provoquer une inflammation, appelée « œsophagite de reflux », qui rend difficile et douloureuse la déglutition. Cette inflammation peut parfois rétrécir l’œsophage. A la longue, un ulcère de sa paroi peut apparaître. Chez des personnes affaiblies, le reflux peut pénétrer dans les voies respiratoires et provoquer une infection pulmonaire.

brûlures d'estomacCertains facteurs facilitent sa survenue : se pencher en avant, dormir sur le dos après le repas, le surpoids. Si vous êtes régulièrement sujet à un RGO, le contact permanent de l’acide avec le revêtement interne de l’oesophage va provoquer une inflammation plus ou moins importante de l’oesophage : c’est l’oesophagite. A long terme, mieux vaut savoir qu’une oesophagite non traitée entraînera un rétrécissement de l’oesophage, mais, beaucoup plus rarement un cancer de l’oesophage.

Dans d’autres cas, le reflux est lié à l’existence d’une particularité anatomique, la hernie hiatale. Le diaphragme (le muscle qui sépare le thorax de l’abdomen) présente un orifice pour laisser passer l’oesophage. Quand une petite partie de l’estomac remonte de l’abdomen vers le thorax à travers cet orifice, c’est la hernie. C’est pourquoi la femme enceinte a souvent le brûlant durant le dernier trimestre de sa grossesse suite au refoulement de l’estomac vers le haut par le fœtus.

Quelles sont les causes des brûlures d’estomac ?

Il existe plusieurs causes de brûlures d’estomac, parmi lesquelles :
  • une perte d’efficacité des attaches du diaphragme qui enserrent le bas de l’œsophage, entraînant une remontée d’une partie de l’estomac dans la cage thoracique (hernie diaphragmatique ou hernie hiatale) ;
  • une surproduction de sucs acides de l’estomac ;
  • une augmentation de la pression exercée sur l’estomac (imputable, par exemple, à un excès de poids ou à une grossesse) ;
  • des repas irréguliers, trop gras ou trop copieux ;
  • certains aliments (épices, aliments acides, boissons alcoolisées, café, etc.) ;
  • la prise de certains médicaments, en particulier ceux destinés à lutter contre les inflammations ;
  • l’usage du tabac ;
  • le stress.

Souvent aucune cause n’est décelable, en particulier quand les brûlures d’estomac sont occasionnelles.

Que faire en cas de brûlures d’estomac ?

En cas de brûlures d’estomac occasionnelles, il est possible de recourir à l’automédication en prenant un médicament sans ordonnance pour neutraliser l’acide gastrique (médicaments antiacides) ou inhiber sa formation (médicaments inhibiteurs de la pompe à protons).
Vous pouvez également chercher si un changement alimentaire n’est pas à l’origine des brûlures (aliments sucrés ou acides, nouvelles boissons, etc.), afin d’éviter de le reprendre.

Conduite à tenir en cas de brûlures d’estomac ?

brûlures d'estomac

Que fait le médecin en cas d’aigreurs d’estomac ?

Souvent, le diagnostic ne nécessite pas d’examen particulier.
Les symptômes (sensation de brûlure douloureuse, régurgitations acides) suffisent au médecin pour prescrire un traitement destiné à réduire l’acidité et la douleur. Il pratiquera des examens à la recherche d’une autre maladie de l’estomac, si les symptômes persistent malgré le traitement. L’examen complémentaire le plus courant est la fibroscopie œsogastrique (ou œsogastroduodénale) qui peut se faire sous anesthésie légère.

Après avoir insensibilisé la gorge, le médecin introduit délicatement par la bouche et le long de la gorge un tube très mince, muni à son bout d’une minuscule fibre optique permettant d’obtenir des images précises de l’œsophage, de l’estomac et du duodénum. Elle permet d’observer d’éventuelles lésions occasionnées par les remontées d’acide le long de l’œsophage. Si nécessaire, le médecin peut également prélever un petit fragment d’œsophage pour analyse. Chez certaines personnes, une sonde est laissée en place quelques heures durant, pour enregistrer la fréquence des reflux et mesurer leur acidité.

Mesures à prendre pour diminuer les brûlures d’estomac ?

Quelques mesures hygiénodiététiques simples vous permettront de diminuer la fréquence des brûlures d’estomac.

Sélectionnez vos aliments
Certains produits ont tendance à favoriser ces troubles : les agrumes, la choucroute, les tomates, les plats épicés, les aliments conservés dans le vinaigre, le miel et les confitures, le chocolat, le café et les colas, le thé, la bière, les boissons alcoolisées, etc. Ces aliments diffèrent selon les individus. A chacun d’identifier les aliments qui lui portent préjudice.

Mangez lentement et fractionnez vos repas
Essayez de prendre plusieurs repas légers et évitez de trop manger le soir.

Buvez au bon moment
Evitez de trop boire pendant les repas, pour ne pas augmenter le volume contenu dans l’estomac.

Évitez les repas copieux et les aliments gras
Les aliments trop riches en matières grasses augmentent les brûlures d’estomac.

Attendez avant de vous allonger
Après un repas, mieux vaut laisser s’écouler deux à trois heures avant de se coucher, car la position allongée favorise les reflux gastro-œsophagiens.

Surélevez la tête de votre lit
Remontez la tête de votre lit de 10 à 15 cm (sauf si vous avez des problèmes d’insuffisance veineuse, comme des varices par exemple) au moyen de cales ou de briques placées sous ses pieds.

Arrêtez de fumer
Si vous fumez, essayez d’arrêtez. Le tabagisme favorise les reflux acides.

Portez des vêtements larges
Les ceintures ou les pantalons serrés compriment le bas du ventre et favorisent le reflux.

Détendez-vous
Le stress contracte vos muscles, y compris ceux de votre estomac. Essayez diverses méthodes de relaxation pour relâcher votre tension nerveuse.

Ne faites pas d’exercice après avoir mangé
L’acide gastrique risque de remonter dans votre œsophage et provoquer des brûlures d’estomac.

Perdez du poids
Si vous souffrez d’excès de poids, la perte de quelques kilos peut suffire à soulager les brûlures, en diminuant la pression exercée par votre surpoids sur l’estomac.

Faites attention aux anti-inflammatoires
Si vous prenez un médicament contre les inflammations, assurez-vous de le prendre au milieu d’un repas.

Lorsque les mesures d’hygiène de vie sont insuffisantes, votre médecin ou votre pharmacien peut vous conseiller plusieurs types de médicaments destinés à traiter les brûlures d’estomac et les renvois acides. Leur mode d’action diffère selon les catégories.

Quels sont les traitements pour les brûlures d’estomac ?

Les médicaments antiacides d’action locale permettent de diminuer ou de neutraliser l’acidité du suc gastrique. Les antiacides sont parfois associés aux alginates, des substances formant un gel visqueux qui surnage dans l’estomac. Leur effet est immédiat, mais parfois de courte durée. Lorsque les symptômes se produisent plus d’une fois par semaine, le médecin peut prescrire un inhibiteur de la pompe à protons. Ces médicaments ont un effet prolongé, mais retardé : 2 ou 3 jours de traitement peuvent être nécessaires pour soulager les douleurs.

Les antiacides d’action locale dans le traitement des remontées acides
Les antiacides d’action locale seuls ou associés aux alginates agissent sur les symptômes. Ils doivent être pris au moment des troubles ou dans les situations pouvant les favoriser (repas copieux, etc.). Leur effet est rapide. Ces médicaments sont disponibles sans ordonnance et peuvent être pris sur les conseils du pharmacien.

Jean-Paul Thouny
Thérapeute énergéticien, formateur - Voiron (Isère) France

Article complémentaire :

Des remèdes simples pour les brûlures d’estomac, reflux, ulcères… (à venir)


Principales sources :

• Alternative Santé : www.alternativesante.fr
• Ameli : www.ameli.fr
• Passeport Santé : www.passeportsante.net
• Vidal : www.vidal.fr

Formation "Thérapeute Énergéticien - niv.1"
astrologieFormation animée par Jean-Paul Thouny, débutant (groupe A) : samedi 10 et dimanche 11 septembre 2022 -à Voiron (Isère), ayant pour objectifs :
• Apporter les connaissances permettant une aisance et une maîtrise indispensable dans la pratique du magnétisme et des soins énergétiques, tant à titre personnel (première année) que professionnelle (3 années). Vous découvrirez l’univers de l’énergie, dans tout ce qui nous entoure et développerez vos perceptions et ressentis.
• En fin de première année (niveau 1), vous aurez appris à ressentir l’énergie, à vous connecter, à vous ancrer, à vous centrer, afin de pouvoir pratiquer en toute sécurité pour vous et pour les autres, un certain nombre de soins complets.
• A l’issue de la formation complète (3 ans), vous disposerez d’une gamme étendue en possibilités de soins, vous permettant d’aborder nombre de problématiques que pourront vous soumettre vos consultants, dans une approche globale de l’être.
Informations et réservation, à la page : Formation Thérapeute Energéticien - niv.1.
Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et citez la source : www.energie-sante.net
Si vous aussi, souhaitez vous exprimer et être présent sur Energie-Santé, Contactez-nous Print Friendly and PDF
1 Commentaire
  1. Dominique Monette dit :

    Bonjour et merci pour votre article… qui est celui de la médecine orthodoxe.
    Savez-vous que à l’âge de 60 ans 75% des personnes présentent une a- ou une hypochlorhydrie, et donc qu’elles manquent d’acide gastrique (voir le livre du docteur J.V.Wright « why somach acid is good for you: natural relief from heartburn, indigestion and GERD »? Savez-vous que les brûlures gastriques sont soulagées par la prise de Bétaïne HCl ((voir l’excellent article du naturopathe Martin Miller dans le Health Sciences Institute)?
    Cordialement,
    Dominique Monette, médecin de formation

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.