Energie-Santé - Rencontre des thérapeutes du corps et de l'esprit

Peroxyde d’hydrogène contre virus

Le peroxyde d’Hydrogène ou l’Eau Oxygénée est un remède qui élimine les virus de manière sûre et efficace !

peroxyde d’hydrogèneUn traitement à domicile peu coûteux et facile à administrer peut-il traiter le nouveau coronavirus, le SRAS-CoV-2 ? Selon le Dr Thomas Lévy, la réponse est oui. Le remède en question est le peroxyde d’hydrogène, en aérosol dans n’importe quel nébuliseur standard.

Initialement conçu au début des années 90 par le Dr Charles Farr, le traitement au peroxyde d’hydrogène peut traiter avec succès la plupart des maladies respiratoires virales, y compris les coronavirus. Selon le Dr Thomas Lévy :

« Tandis que l’on peut s’attendre à ce que différents individus aient des degrés variables de réponse positive, cette intervention peut permettre d’éliminer les issues fatales de la maladie dans tous les cas, sauf les plus avancés. »

Il convient de garder à l’esprit que, bien que les personnes âgées et celles souffrant de problèmes de santé sous-jacents courent un risque accru de complications graves et de décès, le taux de mortalité global du COVID-19 semble être assez faible et très similaire à celui de la grippe.

Une compilation des statistiques de mortalité signalées dans le monde entier peut être trouvée dans le document, « Likelihood of Survival of Coronavirus Disease 2019 », publié dans The Lancet Infectious Diseases, le 30 mars 2020. Pour les dernières statistiques sur le COVID-19, consultez la page « Coronavirus COVID-19 Global Cases du Center for Systems Science and Engineering ».

Cela dit, compte tenu du fait que les scientifiques ne savent toujours pas si les patients atteints par le COVID-19 acquièrent une immunité à vie contre le virus, ou s’il agira davantage comme un virus du rhume et de la grippe à chaque saison présentant une nouvelle opportunité d’infection, disposer d’un moyen simple et peu coûteux de se traiter dès les premiers symptômes peut être une priorité pour beaucoup.

Comment agit le peroxyde d’hydrogène

Pour effectuer ce traitement, vous n’avez besoin que de deux éléments : un nébuliseur avec un masque facial qui couvre votre bouche et votre nez qui émet une fine brume et du peroxyde d’hydrogène de qualité alimentaire.

peroxyde d’hydrogèneLe peroxyde de qualité alimentaire est généralement disponible à des concentrations de 12 %. Vous devrez donc le diluer à 1 % pour l’utiliser comme je le décris dans la vidéo et le tableau ci-dessous.

Les virus ne sont pas « vivants » en soi. Ils ont besoin d’un hôte vivant dans lequel ils peuvent infecter des cellules vivantes qui répliquent ensuite l’ADN et l’ARN viraux. Une fois qu’une cellule est infectée, les virus nouvellement répliqués quittent la cellule et passent à la cellule suivante pour dupliquer le processus.

Donc, quand on parle de « tuer » un virus, il est vraiment question de l’inactiver en brisant sa structure. C’est pourquoi le savon fonctionne si bien. Les coronavirus sont consolidés par un revêtement lipidique (gras). Le savon, étant amphipathique (ce qui signifie qu’il peut dissoudre la plupart des molécules), il dissout cette membrane graisseuse, ce qui fait que le virus se désagrège et devient inoffensif.

Plus spécifiquement, les substances grasses du savon sont structurellement similaires aux lipides trouvés dans la membrane virale, de sorte que les molécules de savon rivalisent avec et remplacent les graisses de la membrane. Ce faisant, la « colle grasse » qui consolide le virus se dissout.

Le peroxyde d’hydrogène fonctionne de manière similaire. Comme l’a noté le Dr Thomas Lévy, « le moyen de contrôler toute infection virale n’est pas de tuer le virus. Il faut plutôt tuer les cellules infectées qui ont été transformées en usines à virus ». 

Vos cellules immunitaires produisent en fait du peroxyde d’hydrogène. C’est en partie ainsi que le système immunitaire tue les cellules infectées par un virus. En tuant la cellule infectée, la reproduction virale est arrêtée. Ainsi, la thérapie au peroxyde d’hydrogène aide essentiellement les cellules immunitaires à remplir plus efficacement leur fonction naturelle.

Le peroxyde d’hydrogène est également un agent de signalisation redox clé. Comme expliqué le 30 mars 2020 dans un article paru dans mon journal absolument préféré, Nature Reviews Molecular Biology, « Reactive Oxygen Species (ROS) as Pleiotropic Physical Signalling Agents » :

peroxyde d’hydrogène« Aux faibles concentrations physiologiques dans la gamme nano-molaire, H2O2 est le principal agent de signalisation via des cibles protéiques spécifiques qui s’engagent dans la régulation métabolique et les réponses au stress afin de soutenir l’adaptation cellulaire à un environnement en évolution et au stress…

Des avancées méthodologiques récentes permettent d’évaluer les interactions moléculaires de molécules spécifiques ROS [espèces réactives de l’oxygène] avec des cibles spécifiques dans les voies de signalisation redox.

En conséquence, des progrès majeurs ont été réalisés dans la compréhension du rôle de ces oxydants dans la physiologie et les maladies, y compris les systèmes nerveux, cardiovasculaire et immunitaire, les muscles squelettiques et la régulation métabolique, ainsi que le vieillissement et le cancer.

Par le passé, l’élimination non spécifique des ROS par l’utilisation de composés antioxydants de faible masse moléculaire n’a pas réussi à contrer le déclenchement et la progression de la maladie dans les essais cliniques. Cependant, le contrôle de voies de signalisation spécifiques, dont les ROS sont des intermédiaires, par un ciblage sélectif offre une perspective pour un avenir de la médecine redox plus raffinée. »

En bref, le peroxyde d’hydrogène est un ROS majeur, mais bien que les ROS soient généralement considérés comme « tous mauvais », il s’agit d’une simplification excessive. Comme indiqué dans cet article, l’élimination globale des ROS est déconseillée car ils remplissent en fait des fonctions de signalisation importantes.

Contrairement au stress oxydatif ou à la détresse oxydative, l’eustress oxydatif désigne un défi oxydatif qui a des effets positifs ou bénéfiques et qui est essentiel dans la signalisation redox.

Le peroxyde d’hydrogène possède une longue histoire d’application médicale

Comme expliqué dans un article du British Journal of Pharmacology publié en 2012, qui visait à évaluer le potentiel thérapeutique du peroxyde d’hydrogène dans le traitement de l’AVC ischémique :

peroxyde d’hydrogène« …À la lumière des découvertes récentes, [le peroxyde d’hydrogène] est reconnu comme une molécule endogène de la vie et omniprésente car son rôle biologique a été mieux élucidé. En effet, de plus en plus de preuves suggèrent que le H2O2 pourrait agir comme un deuxième messager avec un rôle pro-survie dans plusieurs processus physiologiques…

La présence de H2O2 dans les systèmes vivants a été identifiée en 1856. Cependant, ce n’est qu’en 1894 que du H2O2 pur à 100 % a été extrait pour la première fois… En 1888, la première utilisation médicale du H2O2 a été décrite par Love comme efficace pour traiter de nombreuses maladies, dont la scarlatine, la diphtérie, le catarrhe nasal, le coryza aigu, la coqueluche, le rhume des foins, l’asthme et l’amygdalite.

De même, Oliver et ses collaborateurs ont signalé que l’injection intraveineuse de H2O2 était efficace pour traiter la pneumonie grippale lors de l’épidémie qui a suivi la Première Guerre mondiale. Malgré ses effets bénéfiques, dans les années 40, l’intérêt médical pour de nouvelles recherches sur le H2O2 a été ralenti par le développement émergent de nouveaux médicaments prescrits sur ordonnance…

Notamment, le Dr Charles Farr est généralement considéré comme le pionnier de la « thérapie oxydative » avec sa proposition d’une perfusion intraveineuse de H2O2 pour traiter une grande variété de maladies. Plus tard, Willhelm a promu l’utilisation thérapeutique du H2O2 pour traiter le cancer, les maladies de la peau, la polio et les maladies mentales en lien avec des bactéries.

Il a défini le H2O2 comme « le système immunitaire donné par Dieu ». Un autre acteur de l’histoire du H2O2 fut Grotz, qui a obtenu un soulagement de la douleur en testant le H2O2 sur lui-même afin de traiter sa douleur arthritique. »

Comme vous pouvez le voir, alors que le Dr Charles Farr a été qualifié de charlatan par certains critiques, d’autres scientifiques et chercheurs ne sont pas si prompts à rejeter ses contributions à la science médicale.

Que disent les études ?

Des études ont également examiné l’utilisation du peroxyde d’hydrogène contre une variété d’agents pathogènes, y compris une étude de 1994 dans Poultry Science, qui a découvert qu’une brume en micro-aérosol de peroxyde d’hydrogène à 5 % désactivait complètement le « virus de la laryngotrachéite infectieuse ».

L’exposition à la brume a également réduit l’infectiosité du virus de la maladie de Newcastle, du virus de la bronchite infectieuse et du virus de la grippe aviaire, mais ne les a pas complètement inactivés. L’utilisation d’une brume de peroxyde d’hydrogène à 10 % fut nécessaire pour rendre le virus de la bursite infectieuse complètement inactif.

Une autre étude, publiée dans American Journal of Infection Control en 2009, a évalué l’efficacité du peroxyde d’hydrogène vaporisé contre les virus sur diverses surfaces, découvrant que l’exposition à la vapeur de peroxyde d’hydrogène à une concentration de 10 parties par million a entraîné une inactivation de 99 % après 2,5 minutes.

De même, une étude publiée en 2014 dans Journal of Hospital Infection a révélé que la vapeur de peroxyde d’hydrogène a éliminé un éventail de virus sur l’acier inoxydable, y compris l’adénovirus humain 1, le coronavirus de la gastro-entérite transmissible des porcs (TGEV, un substitut du SRAS-CoV), le virus de la grippe aviaire et le virus de la grippe porcine.

Selon les auteurs, « la vapeur de peroxyde d’hydrogène était virucide contre le calicivirus félin, l’adénovirus, le TGEV et le virus de la grippe aviaire au plus faible volume vaporisé testé (25 ml) ». Une étude de 1997 a également révélé que le peroxyde d’hydrogène vaporisé inactivait complètement une gamme de virus animaux exotiques.

La capacité du peroxyde d’hydrogène à désactiver les virus infectieux dangereux a également été mise en évidence dans la science des vaccins. Comme indiqué dans une étude de 2016 dans la revue Vaccine, le peroxyde d’hydrogène à 3 % a inactivé complètement et irréversiblement le virus de la rage en deux heures, réduisant ainsi le temps et le coût du processus d’inactivation requis pour la fabrication d’un vaccin contre la rage (qui contient le virus de la rage inactivé).

Pourquoi utiliser un nébuliseur ?

La thérapie présentée par le Dr Charles Farr consistait à administrer du peroxyde d’hydrogène par voie intraveineuse. Cependant, cela met la thérapie hors de portée pour la plupart de ceux qui souhaitent un remède rapide et facile à utiliser à domicile. Une alternative beaucoup plus économique et pratique consiste à inhaler la brume de peroxyde d’hydrogène à l’aide d’un nébuliseur, un petit appareil portable qui convertit le liquide en une brume très fine.

peroxyde d’hydrogèneLa brume microscopique, semblable à la fumée ou à la vapeur, peut être inhalée confortablement et profondément dans vos narines, sinus et poumons. Alors que les nébuliseurs sont couramment utilisés par les asthmatiques pour l’administration de médicaments dans leurs poumons, ce système d’administration affecte non seulement les poumons, mais l’ensemble de votre corps.

Comme indiqué dans l’article de revue de 2002, « Pulmonary Drug Delivery Systems: Recent Developments and Prospects », « le ciblage de l’administration des médicaments dans les poumons est devenu l’un des aspects les plus importants des systèmes… d’administration des médicaments systémiques ».

Dans le cas d’infections respiratoires, le nébuliseur a l’avantage supplémentaire de délivrer le peroxyde d’hydrogène directement dans les zones les plus touchées par les virus respiratoires, vos sinus, votre gorge, vos voies bronchiques et vos poumons.

« Une nébulisation efficace de peroxyde d’hydrogène littéralement, « coupe la tête du serpent » et le virus présent ailleurs dans le corps peut ensuite être facilement éliminé lorsque le nouvel afflux de virus a pris fin », a déclaré Lévy, en ajoutant :

« Il ne faut pas oublier que le peroxyde d’hydrogène tue très facilement les agents pathogènes au contact d’une plaie ouverte. Il doit donc être compréhensible que le fait d’administrer une fine brume de peroxyde d’hydrogène dans toutes les zones où la réplication virale est maximale place rapidement le corps sur la voie d’une guérison rapide. »

Le protocole au peroxyde d’hydrogène de Lévy

Pour éviter qu’une infection ne s’installe, commencez le traitement dès les premiers signes de symptômes. Le peroxyde de qualité alimentaire à des concentrations de 12 % devrait être diluer à 1 %. Consultez votre médecin avant le traitement.

Si la solution non diluée pique ou vous brûle le nez, vous pouvez la diluer jusqu’à 50 % avec de l’eau pure. Des concentrations encore plus faibles peuvent être utilisées, bien que les effets antiviraux soient réduits avec des concentrations plus faibles.

Si vous présentez déjà un écoulement nasal ou un mal de gorge, Lévy recommande d’utiliser le nébuliseur pendant 10 à 15 minutes quatre fois par jour jusqu’à ce que vos symptômes soient soulagés. Vous pouvez également nébuliser du peroxyde d’hydrogène pour la prévention et l’entretien, ce qui peut être conseillé pendant la saison de la grippe ou pendant que la pandémie de COVID-19 bat son plein. Lévy remarque :

« Comme il s’agit d’une thérapie totalement non toxique, la nébulisation peut être administrée aussi souvent que souhaité. Si cela est effectué au moins une fois quotidiennement, un impact très positif sur la fonction intestinale sera souvent obtenu car la destruction de la colonisation chronique des agents pathogènes présente dans la plupart des nez et de la gorge arrête la déglutition 24h/24 et 7j/7 de ces agents pathogènes et de leurs toxines associées.

peroxyde d’hydrogène

Si la prévention quotidienne n’est pas une option pratique, l’efficacité de ce traitement est optimale dans les cas où quelqu’un vous éternue au visage ou quand vous descendez de l’avion après un vol transatlantique. N’attendez pas les premiers symptômes. Nébulisez dès que l’occasion se présente. »

Conclusion

  • La thérapie au peroxyde d’hydrogène par nébulisation est un moyen peu coûteux et simple de traiter la plupart des maladies respiratoires virales
  • Tout ce dont vous avez besoin est un nébuliseur avec un masque facial, qui couvre votre bouche et votre nez, et du peroxyde d’hydrogène domestique dilué à 1%
  • Le peroxyde d’hydrogène (H2O2) se compose d’une molécule d’eau (H2O) avec un atome d’oxygène supplémentaire. L’oxygène inactive les agents pathogènes viraux en décomposant la structure virale
  • Pour éviter qu’une infection ne s’installe, commencez le traitement dès les premiers signes de symptômes. Consultez votre médecin avant le traitement
  • De plus, vos cellules immunitaires produisent du peroxyde d’hydrogène. C’est en partie ainsi que votre système immunitaire tue les cellules infectées. La thérapie au peroxyde d’hydrogène aide vos cellules immunitaires à remplir plus efficacement leur fonction naturelle

Précautions

Si vous avez déjà un nébuliseur à la maison, il n’est pas recommandé de prendre l’initiative d’un traitement au peroxyde d’hydrogène sans consulter votre médecin.
Par contre, si vous êtes intéressé par le peroxyde d’Hydrogène comme traitement antiviral potentiel, nous vous encourageons à en parler à votre médecin.

Dr Joseph Mercolat

Principales sources

• CDC : www.cdc.gov
• CDC : www.cdc.gov
• Cogito : www.cogiito.com
• DRWLC : www.drwlc.com
• EPFL : www.actu.epfl.ch
• Healthline : www.healthline.com
• Insider : www.insider.com
• McGill : www.mcgill.ca
• NIH : www.ncbi.nlm.nih.gov
• ScientificAmerican : www.scientificamerican.com
• Secondopinionnewsletter : www.secondopinionnewsletter.com

Suggestion du Dr Brownstein pour nébuliser correctement :

Nébulisation plus sûre d'un patient atteint de Covid-19

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et citez la source : www.energie-sante.net
Si vous aussi, souhaitez vous exprimer et être présent sur Energie-Santé, Contactez-nous
2 Commentaires
  1. Anny dit :

    Bonjour,
    pour moi c’est pareil que Cazali, j’ai cru comprendre que la dilution est de 1%, mais 1% de 17.5 volumes ?
    si c’est 1%, les 100ml de ma bouteille doivent être multipliés par 17.5 pour obtenir un liquide à 1%. Je trouve ça un peu trop dilué.
    Hier, pour la première fois, j’ai essayé avec 5ml d’eau et 1ml de peroxyde d’hydrogène, c’était peut être un peu fort mais je n’ai pas été démolie pour autant. Aujourd’hui j’ai mis 7.5 ml d’eau pour 1 ml de produit et je pense que c’est bien. Maintenant, c’est pas une vérité, c’est ce que je ressens pour moi.
    Je le fais pour des allergies et ce sera là pour plus en cas de besoin.

  2. cazali dit :

    Franchement, je n’ai pas compris grand chose concernant ce reportage. Je pense qu’il s’agit d’une mauvaise traduction. Pourrait-on expliquer – en français – le mode d’emploi exact. Pourquoi faut-il un masque déjà ? La dilution du peroxyde à raison de …..? Le vendeur a t’il prévu un contenant pour effectuer cette dilution ?
    Merci pour votre réponse.
    Personnellement, je fais des pulvérisations avec de l’argent colloïdal dilué.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.