Energie-Santé - Rencontre des thérapeutes du corps et de l'esprit

L’orange, le fruit santé de l’hiver

Ce fruit : l’orange, est souvent associé à Noël car autrefois il était offert en cadeaux aux enfants sages. L’oranger est originaire du sud-est de l’Asie, mais on ne sait pas exactement quand il a été domestiqué. Il faudrait plutôt parler des oranges. En effet, c’est d’abord l’orange amère ou bigarade qui a foulé le sol européen.

La petite histoire de l’orange

orangeOn retrouve des traces de l’oranger il y a environ 2200 ans sur les contreforts de l’Hymalaya et le Sud-est de l’Asie. On ne sait cependant pas exactement quand il aurait été domestiqué. On fait mention de ces fruits pour la première fois dans un livre médical de la littérature sanskrit : La Charaka-Samita.

Il faut attendre l’ère chrétienne pour qu’elle se propage en Inde. C’est à l’époque des croisades (XIe siècle-XIIIe siècle) que l’orange amère la bigarade fait son apparition en Europe par la Sicile, puis en Italie et en Provence.

Les oranges vont probablement suivre la route de la Soie vers l’Europe car on en trouve en Espagne au début du XVe siècle traversant le Moyen-Orient et le Proche-Orient où elles ont trouvé un climat adapté à leurs besoins. De là, elles gagnent le sud de l’Europe.

Ce sont les Portugais qui sont à l’origine de l’expansion de l’orange douce en Europe. En effet, en 1520 ils rapportèrent de leurs comptoirs chinois et de Ceylan, des plants d’orangers (Citrus sinensis). Ils mirent au point de nouvelles méthodes de cultures et l’orange du Portugal deviendra la norme de qualité et de référence dans toute l’Europe. Dans les pays arabes on cesse de l’appeler narandj pour l’appeler bortugal, nom qui serait encore usité.

L’orange va donc petit à petit s’installer en Europe. Le climat peut propice dans certaines contrées pour la culture de ce fruit du soleil va donner naissance à des abris privés spécialisés, les orangeries (où l’orange était cultivée en bacs) que l’on retrouve dans des châteaux, (les plus célèbres furent celles d’Amboise, pour le roi Charles VIII, et de Versailles pour Louis XIV). En effet, ce fruit était très apprécié à la cour et il était considéré comme un objet précieux, un produit de luxe inaccessible au peuple. Il était offert comme cadeaux à Noël aux enfants des aristocrates et de la noblesse.

orangeJusqu’au début du XXe siècle, l’orange sera le cadeau traditionnel que les enfants des familles les plus démunies retrouveront dans leur bas de Noël. Et pour chacun ce simple cadeau était un véritable bonheur. Nous sommes loin aujourd’hui de cette ambiance tant le marketing et la profusion ont envahit notre société.

C’est seulement après la Seconde Guerre Mondiale que l’orange trouvera une place sur la table des ménages. Aujourd’hui, l’orange est le deuxième fruit le plus consommé en France avec plus de 6 kg par an et par personne après la pomme. L’oranger est l’arbre fruitier le plus cultivé dans le monde. L’orange provient essentiellement d’Espagne, du Maghreb (de novembre à mai, ce sont les meilleures), d’Israël, d’Italie, d’Afrique du Sud et des États-Unis (en été). En France, il existe une petite production de cet agrume localisée en Corse et dans les Pyrénées-Orientales.

Jusqu’en 1920, son fruit est surtout consommé à l’état frais. Puis son jus riche en vitamines C sera commercialisé et sa consommation dépassera en peu de temps celle du fruit.

Aux États-Unis, 40 % de la production des orangeraies va à la préparation de concentré de jus congelé. On retrouve les sous-produits de cette transformation – huile essentielle, pectine, écorce confite, pulpe – dans l’industrie agroalimentaire.

Origine du nom orange

Les hindous appelèrent ce fruit « naranj » – un mot que les musulmans diffusèrent plus tard dans tout le bassin de la Méditerranée.
En passant par le « nerantzion byzantin », puis par le latin nouveau « arangium », « arantium » et « aurantium », le terme devin en espagnol naranja, en italien arancia, en portugais laranja pour devenir enfin orange en France.
Le mot orange désigne la couleur depuis 1553.

Un peu de botanique

orangeL’oranger (Citrus sinensis) est un petit arbre fruitier de la famille des Rutacées à feuilles persistante de 4 à 10 cm et qui peut atteindre 10 m de haut. Il ne supporte pas les températures inférieures à -2° qui font des dégâts sur les feuilles, les fleurs et les fruits, alors qu’un gel de -9 ou -10° entraîne la mort de l’arbre. Les orangers aiment l’eau et ne supportent pas la sécheresse et fleurissent au mois d’avril. Un oranger adulte peut produire 60 000 fleurs blanches et parfumées, mais seul 1 % des fleurs donneront des fruits. Les oranges grossissent jusqu’au mois d’octobre, puis le fruit vert se colore de jaune orangé. Plus les températures sont fraîches, plus la coloration orange sera intense. Son fruit est appelé orange douce pour le différencier de l’orange amère (Citrus aurentium) fruit du bigaradier, c’est de ses fleurs que l’on retire l’eau de fleur d’oranger et l’essence de néroli (huile essentielle utilisée en parfumerie)

Il est cultivé dans les régions où le climat est chaud, comme le pourtour méditerranéen, mais on en trouve également en Inde, Floride et Californie, les Antilles.

On retrouve 4 variétés d’oranges

  • les navels ou « oranges à nombril » de l’anglais navel qui signifie nombril, elles sont sans pépins et les plus précoces (dès la fin octobre)
  • les blondes, de couleur orange. Oranges d’hiver provenant de la région de Jaffa en Israël.
  • les sanguines, les oranges sanguines comprennent un colorant bleu, l’anthocyanine, dissout dans le jus. Ce colorant se développe uniquement lorsque la température baisse à moins de 13 degrés pendant quelques heures. On retrouve comme variété la Maltaise cultivée en Tunisie qui en est le seul producteur et exportateur mondial, et la Moro qui mûrit en Sicile, qui a une peau et une pulpe plus ou moins veinée de rouge, elles sont vendues de décembre à avril.
  • Valencia Late, les oranges à jus les plus appréciées, à chair claire, avec peu de pépins, viennent surtout d’Espagne (Valancia) et de l’hémisphère sud.

La belle histoire d’un petit oranger devenu royal…

orangeLa vie du plus vieil oranger de France aurait débutée en Espagne en 1421, sous le règne de la reine de Navarre. Elle aurait semé dans un pot cinq pépins d’une Bigarade au goût savoureux.

En 1499, son arrière petite fille, envoya le pot contenant les cinq orangers à sa cousine Anne de Bretagne, lors de son mariage avec Louis XII. Les pieds s’étant soudés en se greffant par approche, l’oranger à cinq branches passa entre les mains du connétable de Bourbon, de Charles-Quint, de François 1er, puis de Louis XVI qui le fit transporter dans l’orangerie du château de Versailles en 1687 avant même la fin des travaux.

Le vieil arbre est depuis cette date à Versailles, il fait maintenant plus de 7 mètres de haut. Son tronc très court se divise en cinq grosses branches charpentières qui correspondent aux cinq pépins plantés par la reine à Pampelune en 1421. (L’existence de cet oranger s’acheva en 1894).

L’orange et notre santé : que contient l’orange?

Les flavonoïdes
Comme dans tous les agrumes, on retrouve différents types de flavonoïdes dans l’orange, des composés de la familles des polyphénols qui permettent de neutraliser les radicaux libres du corps jouant ainsi un rôle de prévention contre les maladies cardiovasculaires et certains cancers.

Caroténoïdes
Dans les différents caroténoïdes contenus dans l’orange on retiendra le béta-carotène, la luthéine et la zéaxanthine. Consommer des aliments riches en caroténoïdes diminuerait le risques de maladies comme les maladies cardiovasculaires et le cancer.

Acide citrique
Avec 10 mg/g de jus d’orange ce qui représente une forte concentration d’acide citrique, sa consommation permet une alcalinisation de l’urine. Selon une étude, 500 ml de jus d’orange absorbé a causé chez des femmes, une alcalinisation de l’urine pendant 24 heures.

L’orange est également une source importante de vitamines
La vitamine C
orangeL’orange est particulièrement riche en vitamines C (53 mg/100 g). Le jus d’orange comporte une forte quantité d’antioxydants, de 56 à 77 % qui proviendraient de la vitamine C. Sa richesse en antioxydants joue un rôle préventif et permet de diminuer les risques de maladie, comme les maladies cardio-vasculaires et les cancers.

Sa peau épaisse la protège de l’oxygène de l’air qui détruit la vitamine C. C’est le fruit de l’hiver qui nous aide à lutter contre le froid et la fatigue.

Elle est riche en énergie et peu calorique (45 cal/100 g). L’orange est aussi une excellente source de calcium (40 mg/100 g au lieu de 10 mg/100 g pour la plupart des fruits).

En dehors de la vitamine C fortement présente dans l’orange, on retrouve :
Vitamine B1 c’est une coenzyme, importante pour la production d’énergie puisée dans les glucides que nous absorbons. Elle favorise la transmission de l’influx nerveux et aide à une bonne croissance.

Vitamine B5 qui une fois dans l’organisme se transforme en coenzyme A et agit sur le système nerveux et les glandes surrénales, on l’appelle aussi « vitamine antistress ».

Vitamine B9, joue un rôle essentiel dans la fabrication de toutes les cellules de notre corps, dont la production de notre matériel génétique, le bon fonctionnement du système nerveux et immunitaire. du calcium et du cuivre, important pour la fabrication de l’hémoglobine et du collagène.

Les bienfaits de l’orange

orangeL’orange jouerait un rôle dans la prévention de certains cancers, comme celui de l’œsophage, de l’estomac, du côlon, de la bouche et du pharynx.
En plus de prévenir, les antioxydants contenus dans les agrumes permettraient de ralentir la prolifération de cellules cancéreuses (seins, estomac, poumon, bouche et côlon) selon des études effectuées in vitro.

Maladies cardiovasculaires
La consommation régulière de vitamine C contenue dans le jus d’orange permettrait de réduire l’oxydation des lipides sanguins et ainsi de prévenir des maladies cardiovasculaires

Augmente le taux de « bon » cholestérol
Des études ont démontré que la consommation quotidienne de 750 ml de jus d’orange augmente le taux de cholestérol HDL (le « bon » cholestérol) chez des personnes souffrant d’hypercholestérolémie. Lorsque le cholestérol HDL s’élève, le risque cardiovasculaire diminue. Les chercheurs attribuent cet effet à un flavonoïde contenu dans l’orange : l’hespéridine principal flavonoïde de l’orange qui retrouve en grande quantité dans la partie blanche de la pelure et les membranes du fruit, ainsi qu’en plus petite concentration dans le jus et les pépins.

Anti-inflammatoires
Les gens qui consomment peut de vitamines C pourraient être plus sujet à des maladies inflammatoires comme la polyarthrite rhumatoïde.


Interactions médicamenteuses

Il est conseillé d’éviter de consommer des oranges ou du jus d’orange lors de prise de médicaments anti-acides.
En effet, plusieurs agrumes augmentent l’absorption de l’aluminium contenu dans les antiacides. Il vaut mieux espacer de 3 heures la prise d’antiacides et d’agrumes ou de leur jus.

L’orange et le jus d’orange sont déconseillés chez les personnes souffrant de reflux gastriques, d’œsophagite peptique et de hernie hiatale (lésions du tube digestif). L’acidité de ces fruits peut causer une irritation de la muqueuse de l’œsophage ou des brûlures épigastriques.

Dans le cas d’autres prises de médicaments pour le traitement du cancer, de la dépression, de l’hypercholestéromélie, de l’hypertension artérielle, de problèmes cardiaques et autres, la consommation de l’orange Bigarade (ou orange de Séville, orange amère) tout comme celle du pamplemousse peut avoir des effets indésirables importants. Ces fruits contiennent des substances qui empêchent un enzyme de métaboliser ces médicaments, entraînant ainsi une augmentation de leur concentration dans le sang. Consultez votre médecin ou votre pharmacien afin de connaître les effets indésirables.

L’orange en cuisine

L’orange est utilisée en jus, confiture, en pâtisserie sur des tartes. L’association chocolat et orange est une pure merveille pour les gourmets et gourmands. Le zeste entre dans la composition de gâteaux, cakes et friandises ou elle peut être confite, mais également dans des salades pour aromatiser une vinaigrette ou tout simplement apporter un peu de fraîcheur. On l’associera également dans des recettes salées pour accompagner un poisson par exemple, dans du riz, avec une volaille.

Quelques recettes avec l’orange

Confitures d’oranges

Ingrédients

  • orange2 kg d’oranges non traitées
  • le jus d’un citron
  • Sucre semoule
  • 1 gousse de vanille (ma touche personnelle)

Préparation

  • Lavez les fruits, piquez l’écorce de chaque orange avec une fourchette sur toute leur surface.
  • Mettez les oranges dans une grande marmite, couvrez-les d’eau et portez à ébullition.
  • Jetez l’eau et répétez l’opération encore deux fois.
  • Laissez refroidir les fruits puis coupez-les en quartiers, séparez la pulpe des écorces.
  • Coupez les écorces en très fines lanières et mettez-les dans une casserole, couvrez d’eau et faites cuire environ 10 minutes. Égouttez.
  • Ajoutez les écorces et la pulpe des oranges, pesez le tout et ajoutez le même poids en sucre
  • Mettez les fruits dans une bassine à confiture ou à défaut un grand faitout, à feu doux, ajoutez le sucre.
  • Fendez la gousse de vanille et ajoutez la pulpe et les deux morceaux de vanille, mélangez.
  • À mi-cuisson, ajoutez le jus de citron. Le citron est très riche en pectine, il aura un effet gélifiant et il donnera une petite note acidulée à votre marmelade.
  • Si vous voulez la gélifier un plus vous pouvez ajouter de l’agar-agar.
  • Quand la marmelade est prête, mettez-la en pots immédiatement.
  • Un régal sur des tartines briochées.

Pavé de saumon, effilochade d’endives glacées à l’orange

Ingrédients (pour 2 personnes)

  • orange2 pavés de saumon
  • 1 c à s de miel
  • 3 c à s de jus d’orange
  • sel, poivre
  • un peu de vin blanc
  • 4 endives
  • 25 g de sucre
  • 1 noix de beurre
  • 10 cl de jus d’orange

Préparation

  • Effilochade d’endives glacée à l’orange.
  • Lavez les endives si besoin et retirez le cœur. Coupez les endives en quatre dans le sens de la longueur.
  • Dans une poêle faire fondre le beurre puis ajoutez les endives, faites-les rissoler de toute part en les retournant délicatement.
  • Saupoudrez de sucre et remuez les endives pour qu’elles caramélisent. Salez, poivrez et versez le jus d’orange, laisser confire et caraméliser doucement.
  • Badigeonner les pavés de saumon avec le mélange ½  c à s de miel et 1 c à s ½ de jus d’orange. Saler et poivrer.
  • Préchauffez le four à 230°. Mettez les pavés de saumon sur une plaque anti-adhésive ou sur du papier cuisson et cuire au four environ 7mn ou jusqu’à ce que la chair du saumon se détache facilement de la fourchette (la chair doit rester légèrement brillante à l’intérieur).
  • Entre-temps préparez la sauce d’accompagnement en utilisant le jus d’orange et le miel restant.
  • Faites réchauffer le miel et de jus d’orange, ajoutez un peu de vin blanc, laissez épaissir ou réduire légèrement.
  • Nappez les pavés de cette sauce et accompagnez de l’effilochade d’endives.

La pomme d’Ambre ou la pomme de senteurs

orangeAu départ la pomme d’Ambre était un bijou en forme de pomme qui contenait des parfums précieux comme l’Ambre gris, le musc ou la civette. Les nobles la portaient en pendentif. Elle a été inventée au Moyen-Age, à une époque ou tous les moyens étaient bons pour lutter contre les épidémies qui se répandaient comme des traînées de poudre à cause du manque d’hygiène. Les classes moins riches avaient également leur pomme d’Ambre : une orange plantée de clous de girofle.

De nos jours nous avons oublié son utilité pour désodoriser les cuisines, réfrigérateurs et autres armoires à vêtements, car le clou de girofle a aussi la propriété d’éloigner les mites et les moustiques et de chasser les odeurs de renfermé.

Pour fabriquer votre pomme d’Ambre, vous aurez besoin d’une orange fraîche, de clous de girofle, et d’un objet pointu pour trouer la peau de l’orange.

On peut réaliser des motifs out tout simplement planter les clous de girofle de manière aléatoire, l’important étant de savoir que plus vous mettrez de clou de girofle plus l’orange se desséchera et se rétractera, ce qui ne nuira pas trop à l’efficacité mais beaucoup à l’esthétisme.

La Pomme d’Ambre peut se suspendre à l’aide d’une ficelle et trouver sa place dans un placard, une armoire ou à une simple poutre. Un excellent cadeau fait maison pour les fêtes.

Jackie Thouny
Conseillère en loisirs culinaires, Voiron (Isère) France

Principales sources :

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et citez la source : www.energie-sante.net
Si vous aussi, souhaitez vous exprimer et être présent sur Energie-Santé, Contactez-nous
1 Commentaire
  1. Jacqueline Drevet dit :

    Bonsoir Jackie et merci pour cet excellent exposé de cet agrume que je consomme depuis des années et que j’affectionne particulièrement, je ne connaissais pas toutes ses vertus cependant…
    Quelques petites recettes qui me plaisent beaucoup…
    Une excellente soirée de mardi, des bisous à vous deux
    Jacqueline

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.