Energie-Santé - Rencontre des thérapeutes du corps et de l'esprit

Les maladies cardio-vasculaires et la silice végétale

Bien que j’aie déjà édité un article sur les qualités exceptionnelles de la silice végétale et de sa carence dramatique dans notre alimentation moderne, des éléments complémentaires me sont parvenus concernant les recherches initiales du Docteur Yves Baccichetti (décédé).

silice végétaleUn élément qui interpelle l’attention est que l’on a remarqué qu’il y a une diminution des cas d’accidents cardiaques et des maladies cardiovasculaires au sein des populations résidant dans les régions où les eaux de boisson sont riches en silicium.

Or, des études entreprises ensuite concernant ce phénomène ont permis de constater que chez les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires, les artères atteintes de plaques d’athéromes contiennent 14 fois moins de silicium que la normalité ; ceci a amené les chercheurs à essayer d’administrer des suppléments de silice végétale à ces patients, et ils constatèrent alors que leurs plaques diminuaient rapidement.

Processus de restauration des vaisseaux

Les parois des vaisseaux sanguins sont constituées principalement de collagène donnant la résistance et d’élastine donnant la souplesse. Le silicium est indispensable à la synthèse de ces deux constituants. Or, la perte d’élastine induit une rigidité des artères, ce qui favorise les dépôts de plaques d’athéromes. De son côté, le collagène maintient sa cohésion grâce aux propriétés électriques de la silice.

En définitive, il apparait clairement que c’est la carence de silice
qui induit le durcissement et la fragilité des vaisseaux sanguins.

  1. Même en présence d’un taux élevé de cholestérol sanguin, les plaques
    d’athérome ne se forment que si les parois sont rigides.
  2. En outre, la fragilité des parois vasculaires peut entrainer des ruptures locales tels des AVC, ou des varices au niveau veineux.
  3. Une bonne souplesse des artères leur permet de moduler leur diamètre et donc le débit sanguin et la pression artérielle. Voilà pourquoi la sclérose artérielle favorise l’hypertension lorsqu’elle n’est pas d’origine nerveuse.

Autres actions de la Silice

Il est intéressant de remarquer que les personnes ayant des problèmes cardio-vasculaires ont très souvent de l’arthrose et/ou de l’ostéoporose, ce sont les symptômes d’une carence en silicium qu’on attribue à tort à la vieillesse. Vieillir n’est pas une maladie et le seul tort de l’âge est de révéler les problèmes accumulés par des années de carences ou mauvaise hygiène de vie.

Une action anti inflammatoire générale
Les maladies cardiovasculaires sont très souvent associées à de l’inflammation. La silice végétale travaille en association avec la vitamine C pour combattre les foyers inflammatoires.

Une restauration ostéoarticulaire et cutanée
Nous avons vu plus haut que le collagène et l’élastine nécessitent du silicium pour leur formation. Or ils sont les principaux constituants du cartilage, de l’os et de la peau. C’est pourquoi une cure de silice est particulièrement indiquée dans le cas d’arthrose (atteinte du cartilage), de l’ostéoporose (chute de la densité osseuse) et des problèmes de vieillissement de la peau (rides, peau flasque, vergetures, etc…).

Une action énergétique dont on ne parle jamais
La silice nourrit les mitochondries (microcentrales d’énergie au sein de chaque cellule). Le résultat général se vérifie en particulier chez les sportifs qui voient leurs performances augmenter après une cure de silice végétale. Même chose chez les personnes âgées qui retrouvent un regain de force souvent spectaculaire.

Considérations métaphysiques
Si l’on observe le tableau des éléments chimiques de Mendeleïev, on peut observer que le silicium est juste au-dessous du carbone – A savoir que tous deux sont tétravalents, c’est-à-dire qu’ils ont tous deux 4 crochets magnétiques pour se marier avec d’autres éléments ou radicaux ; toute la chimie organique est celle du carbone. Or il se dit dans la recherche prédictive que la structure de l’homme du futur va muter vers une chimie organique de la silice au lieu de celle actuelle du carbone.

On remarquera aussi que l’ensemble de l’informatique fonctionne par la silice, et qu’il est logique que la silice moléculaire soit le support organique de l’intelligence – cette approche est évidente en homéopathie (Silicea). Je ne pense donc pas prendre de risque en affirmant que la prise de silice végétale, si indispensable pour les tempéraments phosphoriques, est néanmoins bénéfique pour tous, car elle facilite et stimule l’évolution physique, intellectuelle et spirituelle.

Quelle forme de silice végétale prendre ?

Peu de formes minérales sont directement assimilables par notre organisme ; il faut passer par un intermédiaire végétal ou animal pour qu’elles soient biocompatibles. Par exemple, manger du sable (silice pure) ne vous apporterait rien.

Même les plantes ont besoin d’une collaboration microbienne dans le sol, qui prédigère les éléments minéraux et secrète une forme de miellat dont se régalent les radicelles des plantes.

L’ortie est pourvoyeuse de deux éléments majeurs : la Silice et le Fer, minéraux qu’elle a végétabilisés. Dans le sol, des milliards de micro-travailleurs attaquent (entre autres) ces éléments pour en faire un miellat comestible par les radicelles des plantes. Nous, animaux humains, avons besoin de ces deux intermédiaires, pour pouvoir profiter de ces précieux minéraux ainsi rendus assimilables.

Déjà Rudolph Steiner, père de la médecine anthroposophique, avait déjà compris cela en son temps, puisqu’il donnait SILICEA PER URTICA (homéopathie d’ortie poussée sur terrain sableux).

Nota : L’utilisation massive des engrais chimiques brûle cette précieuse flore bactérienne souterraine ; il s’ensuit que les plantes se retrouvent carencées, fragiles, voire malades, ainsi que les animaux et les humains qui s’en nourrissent.

silice végétale
Prêle

L’ortie piquante et la prêle qui sont les plantes reminéralisantes par excellence et riches en vitamines, sont indubitablement aussi les meilleures formes de silicium organique d’origine naturelle. A noter que ce silicium est encore plus efficace lorsqu’il est extrait par du glycérol végétal, car le glycérol est une molécule présente naturellement dans l’organisme et elle est donc un passeport pour les cellules du corps. Ce détail permet en plus d’offrir un silicium 100% naturel sans aucun additif. 

Quant à la silice (Si O²), il faut savoir que l’ortie piquante (urtica dioïca) est la championne « toutes catégories » de production, devant la prêle qui la suit de près, puis des outsiders connus tels que les nœuds de bambou, les farines complètes de céréales bio, etc.

Mais il y a encore une possibilité étonnante et peu connue de la silice végétale, qu’elle soit d’ortie ou de prêle, c’est de recharger les organismes en calcium par “transmutation à basse énergie” – (le magnésium peut faire la même chose). En effet, en raison de l’utilisation intensive des engrais qui brûlent et exterminent la plupart des micro-organismes du sol, les cultures céréalières se trouvent carencées en minéraux indispensables à leur structuration et à leurs métabolismes basiques – non seulement ces cultures sont malades avec des défenses affaiblies, mais elles transmettent leurs problèmes à toute la chaîne alimentaire qui arrive jusqu’à chacun de nous. Les expériences de Kervran (Bretagne) ont prouvé que des poules ne pouvant picorer que du sol granitique (silice) donnaient sans limite des œufs… avec une belle coquille en calcaire.

La Silice, antidote de l’aluminium
Dans un précédent article concernant la silice de prêle (Contr’Infos n°3), j’avais montré comment l’aluminium stocké dans le cerveau des gens atteints d’Alzheimer avait pu être neutralisé et éliminé par la présence de silice, ce qui peut être une explication de la maladie et aussi un espoir curatif.

Ce qui est vrai pur la prêle l’est, bien sûr, encore plus pour l’ortie. Mais encore faut il que des membres de la famille des malades essayent, car ce n’est pas la médecine officielle qui le fera. L’ordre veille !!! Navré, on ne m’invite pas à la télé pour diffuser l’info…

Récapitulatif général des indications

  • Acné
  • silice végétaleAluminium cérébral : piège et évacue
  • Artériosclérose (durcissement des artères)
  • Arthrite
  • Arthrose
  • Athéromes artériels (plaques)
  • Calculs rénaux
  • Céphalées
  • Collagène : déficit
  • Crampes d’estomac
  • Diarrhées
  • Eczéma – Dartres
  • Elastine : déficit
  • Epuisement
  • Estomac : crampes ulcère 
  • Foie et rate : troubles
  • Glaires gastriques ou pulmonaires
  • Goutte
  • Hémorragies
  • silice végétaleHémorroïdes
  • Inflammations urinaires
  • Mycose des ongles
  • Ostéoporose
  • Peau vieillie, ou ridées, ou flasque
  • Pipi au lit
  • Prurit intense
  • Pulmonaire : maladies
  • Rétention d’eau (diurétique)
  • Rhumatismes
  • Sang vicié : dépuratif
  • Ulcères gastriques et intestinaux
  • Varices
  • Vergetures

Posologie commune à la Prêle ou à l’Ortie
20 ml par jour (un bouchon doseur le matin), soit un flacon pour une cure de 1 mois.
Problème de santé : cure conseillée idéalement 3 à 6 flacons.
Prévention : de 1 à 3 flacons.

La forme de Silice la plus efficace

Pour être vraiment bio disponible, donc parfaitement assimilable et efficace, le silicium doit être issu de la voie végétale, et n’être associé à aucun additif toxique.
Alors attention aux conservateurs, arômes et stabilisateurs. Quel est l’intérêt de prendre un produit sain si c’est pour le mélanger avec des parabènes perturbateurs endocriniens, de l’acide phosphorique déminéralisant ou du benzoate de sodium cancérigène ?

Par ailleurs, ce que l’on appelle du « silicium organique » n’est absolument pas naturel, tel celui de la famille des G5 et dérivés qui sont en fait du mono-méthyl-silane-triol de synthèse.

Une Silice d’Ortie non toxique à long terme

Phytonika (Maison Baccichetti), avait déjà mis au point un procédé de fabrication de silicium organique permettant de produire le premier concentré 100% naturel totalement dépourvu de quercétol, de conservateurs et d’additifs.

Jusqu’à présent, l’ortie était déconseillée sur le long terme car l’acide formique et d’autres substances qu’elle contient, responsables de l’effet urticant bien connu au toucher, sont néfastes pour les reins. C’est pourquoi les anciens savaient que les soupes et tisanes d’orties ne devaient pas être prises quotidiennement sur une longue durée.

Feu Dr Yves Baccichetti considérait que l’ortie aurait été une excellente source de silicium sans ce problème. L’élimination de l’acide formique nécessitait une transformation chimique, perturbant l’énergie naturelle de la plante. La Prêle était donc la meilleure plante existante avec les technologies d’extraction connues.

A la fin 2013, les biochimistes de Phytonika – Adrien et Katerina Baccichetti – ont réussi à trouver un procédé doux permettant d’éliminer à froid les composés toxiques de l’ortie, tout en conservant les principes actifs intacts, et la rendant à la fois efficace et inoffensive pour une prise régulière sur le long terme. Le silicium est encore plus efficace lorsqu’il est extrait par le glycérol végétal fabriqué à base de plantes, car le glycérol est une molécule organique présente naturellement dans l’organisme et elle est donc reconnue par les cellules du corps. Elle passe naturellement la barrière intestinale par les transporteurs des cellules de l’intestin grêle, favorisant avec elle le passage du silicium. C’est donc la meilleure forme de silicium organique d’origine naturelle qu’il est actuellement possible d’extraire à froid.

NOTA : Bien que les extraits glycérinés soient généralement vendus à des prix élevés en raison du coût important de la matière première, Phytonika grâce à sa technique innovante réussit à fournir une silice d’ortie de qualité dans une gamme de prix similaire aux produits classiques utilisant la simple extraction aqueuse.

Michel Dogna
Naturopathe. auteur, enseignant
Site web : www.micheldogna.fr
Article complémentaire : L’ortie, la plante aux mille vertus

Où se procurer les Silices

silice végétale

Silice d’Ortie
de Laboratoire Phytokina

Sans conservateurs, sans additifs, hydroglycériné.
Le seul silicium végétal en Europe hautement concentré, sans additifs, sans conservateurs.
Ingrédients : 100% d’extrait d’orties.
Contient 2 kg/l de feuilles d’ortie.
Silicium organique végétal.
Flacon de 500 ml.
Conseils d’utilisation : prendre un demi bouchon-doseur deux fois par jour entre les repas, à diluer dans un grand verre d’eau.

silice végétale

Silice de Prêle
de Laboratoire Phytokina

Extraits aqueux par presssion à froid
Silice de Prêle, formule Baccichetti.
Silice de prêle extraite par pression à froid.
Contient 100 g /l de pur extrait de prêle.
Silice organique et végétale.
Flacon de 500 ml.
Conseils d’utilisation : prendre 20 ml par jour à jeun ou entre les repas.

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et citez la source : www.energie-sante.net
Si vous aussi, souhaitez vous exprimer et être présent sur Energie-Santé, Contactez-nous
3 Commentaires
  1. Deborah dit :

    Zut ! On ne retrouve pas ce produit au Canada … 🙁

  2. Millet dit :

    Bonjour
    Merci pour cet article sur la silice très instructif. Je me permet de vous poser une question existe-t-il une ou des plantes qui pourraient agir sur le gonflement des canaux lymphatiques aux niveau des canaux vestibulaires.
    Cordialement Christiane

  3. Damien MÉRUT dit :

    Très bon article, bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.