Energie-Santé - Rencontre des thérapeutes du corps et de l'esprit

Astrologie holistique

Signes : Gémeaux-Cancer

astrologie

La roue des Signes et le cycle de vie

astrologieJe rappelle que ces descriptions très sommaires se veulent surtout le reflet d’une logique de parcours, fondée uniquement sur les signes. Elle peut être totalement modifiée par les planètes.

Ange poursuit son aventure astrale. Après s’être bien manifesté en bélier, avoir bien été nourri en Taureau, que se passera-t-il pour lui ?
Par exemple, en Gémeaux ?

3- Les Gémeaux : tiens !

Un autre moi-même existe !

Les Gémeaux sont le troisième signe du Zodiaque.

Débutant au 21 mai, ce signe correspond au dernier mois du printemps, très lumineux car les jours continuent à s’allonger. La lumière prédomine. C’est la transition avec l’été. Elle symbolise un passage : la fin d’une énergie se mélange au début d’une autre. Les Gémeaux sont donc un signe de médiation.
Ainsi, après s’être construit lui-même en Bélier, après avoir construit sa demeure et engendré sa progéniture en Taureau, Ange est enfin prêt à se tourner vers l’extérieur. S’il a acquis la force d’action et l’ambivalence du sentiment, il lui manque encore une chose essentielle : la pensée.
C’est donc par l’énergie Gémeaux qu’Ange acquiert l’ouverture intellectuelle indispensable à fixer les bases de la communication.
Alors, après l’homo centrage des signes précédents, il va s’hétéro-centrer car il ressent que c’est indispensable à son évolution. D’ailleurs, à la crèche ou au jardin d’enfants, il n’a pas le choix. De plus, comme c’est là que lui sont inculquées les notions de base sociales, il ressent ses premières frustrations. Eh oui ! L’autre existe !

Dans l’énergie Gémeaux, Ange passe du « moi » au « toi » puis au « nous ». Il n’est plus le centre du monde. Sa mère n’est plus l’unique personnage de sa vie. Les copains, les amis, l’entourage, prennent de l’importance.
Ainsi, est-ce un hasard que les Gémeaux soient deux ? Ce signe double ne symbolise-t-il pas la capacité de sortir de soi-même pour rencontrer l’autre ? Mais quel autre ?
En Gémeaux, Ange cherche surtout un autre « moi-même ». Son jumeau homozygote. En effet, encore en phase d’adolescence, en pleine construction d’ego, il ne concède pas encore la place à un autre « différent de lui ». Alors, dans son cheminement tout neuf, pas un instant il n’imagine que l’autre puisse penser différemment. Pour Ange, l’autre est son double.

La vibration Gémeaux pousse Ange à « communiquer », c’est-à-dire « rendre commun ». Ses premières notions de partage se mettent en place. Mais un partage intéressé ; Ange attend toujours un retour. De plus, dans son échange intellectuel, le besoin de parler prédomine, à sens unique, sans écoute. Ange tient à s’affirmer par la relation, quelle qu’elle soit, pourvu qu’elle lui permette de se faire remarquer par l’autre, même si lui n’offre rien en retour.
Donc, en Gémeaux, Ange devient volubile. II a la parole facile, le sens du verbe, l’esprit d’à propos.
C’est un cérébral. À corps perdu, il se lance dans l’intellect. Et ça lui réussit.
Signe double les Gémeaux ? Forcément. Il faut bien quelqu’un en face de soi pour parler ! De plus, autre particularité, après Mars du Bélier si masculine et Vénus du Taureau si féminine, Mercure, la planète maîtresse des Gémeaux est hermaphrodite. Pas d’attirance pour un sexe ou l’autre. Pas de manque non plus dans ce domaine. Car Mercure n’est ni active, ni aimante. Elle n’est que pensée, réflexion et communication.
Mais ce n’est pas grave puisqu’Ange a déjà acquis les notions d’action et d’amour dans les signes précédents.

En Gémeaux, Ange arrive donc à l’équilibre de base de sa personnalité : l’association de l’action, du sentiment et de la pensée. Superbement intelligent, curieux de tout, capable d’apprendre, de comprendre et d’enseigner, il brille parmi les autres qui l’admirent pour son savoir dire. Et son savoir tout court car il a réponse à tout.
Son esprit est d’une richesse infinie car tout l’intéresse. Mais rien en profondeur. Il est ce qu’on appelle un « superficiel large ». Poète, romancier, humoriste, peintre, l’art de l’écriture n’a aucun secret pour lui. Il en est de même pour l’art oratoire. À lui les grandes causes à défendre par la parole, la faculté de persuasion, la diplomatie surtout. Oui, en Gémeaux, Ange est vraiment l’as du bagout.
Personnalité double, Ange ? Oui, s’il cède au piège de la dualité. Mais dans ce cas, attention à son équilibre. À trop se disperser, il risque de perdre le fil de lui-même.

De plus, sa facilité verbale reste lettre morte si elle ne s’associe pas aux deux autres énergies d’action et de sentiment. Dans ce cas, Ange ne sait qu’être brillant en public mais vide en lui. Et vite décevant, fatigant. Car, à part parler, que fait-il ?

En Gémeaux, Ange développe ses capacités intellectuelles : logique, mémoire, observation, esprit d’analyse, don scientifique et mathématique, sens critique. C’est l’intelligence pure de Mercure, illimitée car elle ne s’encombre pas de scrupules puisque Mercure ne ressent rien et n’agit pas. Mercure ne sait que penser.
Mais Ange a satisfait ses instincts primaires dans les signes précédents. Il peut donc à présent se dégager du concret matérialiste pour se lancer dans la transcendance de l’esprit des Gémeaux. Et il ne s’en prive pas.

Grâce à ses dons mercuriens, Ange a vite fait d’attirer un public d’admirateurs impressionnés par son savoir. Alors, il en profite pour briller.
Mais lorsqu’il se retrouve seul, ce n’est plus pareil. Son esprit ressent bien que la parole n’est qu’artifice, comédie. Il lui manque à nouveau quelque chose. Être entouré de manière aussi factice ne le comble pas longtemps. Et face à lui-même, sans sa cour pour lui renvoyer une image valorisante, Ange se sent bien misérable !

Si tous ses discours n’étaient qu’illusion ? Une façon de cacher sa peur ?

« Que vaut la parole sans l’échange, sans la capacité d’écoute ? » lui souffle sa petite voix, lorsqu’Ange est capable de se taire un instant. Oui, Ange. Qui es-tu dans le silence ?
Alors, Ange se met en quête de sa capacité d’écoute.
Mais qui Ange doit-il écouter d’abord, pour être capable d’écouter l’autre ?
C’est dans le signe du Cancer qu’Ange devra chercher la réponse.

4- Le Cancer : bizarre ! Je ressens des choses…

Ange poursuit son aventure astrale. A travers chaque signe, il se construit peu à peu, d’après une logique d’existence toujours plus évolutive. Mais le chemin est encore long et plein de surprises.

Que se passera-t-il pour lui ?
Par exemple, en Cancer ?

Le Cancer est le quatrième signe du Zodiaque.

Il commence le 21 juin, au solstice d’été. C’est le premier mois de l’été, le début de la saison. C’est aussi le jour le plus long de l’année, symbolisé par les feux de la Saint Jean, qui, à l’origine, étaient une bénédiction des moissons.
Bien protégé par la terre, timide, le grain commence à germer. Osera-t-il s’aventurer à l’extérieur ? Quelle sera la récolte ?
Mais, c’est aussi la période où les jours recommencent à raccourcir.
Le Cancer est donc un signe de mûrissement intérieur et d’éveil.
Ainsi, après être né en Bélier qui lui a donné l’énergie vitale, avoir traversé le Taureau qui l’a bien nourri, Ange est devenu un beau bébé, en pleine santé, comblé dans ses besoins primaires et suffisamment solide pour expérimenter son entourage, dans les Gémeaux.

Ces bases acquises, Ange arrive en énergie Cancer. Il fait une pause car il ressent petit à petit que certaines choses le touchent, le font rire ou pleurer. Le rendent spontanément content ou triste, sans qu’il sache vraiment pourquoi. C’est qu’après l’expérience des autres différents de lui, il s’intériorise pour se retrouver et mieux se connaître.
Il retourne à son miroir. Et commence à s’analyser en tant que personnalité en construction.
Dans l’énergie Cancer, Ange découvre ses premières émotions, dont les plus classiques : le plaisir, la peur, la colère, le chagrin, le dégoût. Celles qui le poussent dans les bras de sa mère ou le font hurler à la vue d’une moustache.

Carle Cancer est le signe des émotions, mais avant tout, celles qui doivent nous protéger, essentiellement la peur. Pour cette raison, en Cancer, Ange éprouve le constant besoin d’être rassuré. Sur tout, partout et tout le temps.
Difficile de grandir et de se responsabiliser dans ces vibrations hyper sensibilisantes qui ne donnent qu’une envie : se cacher pour fuir la réalité. Et dans ce cas, quel meilleur refuge que la pensée profonde, le repli sur soi ? Mais aussi, la mère rassurante, la famille affectueuse, le domicile chaleureux et le passé qu’on connaît si bien ?
En Cancer, les émotions fournissent à Ange les premiers repères sur lui-même. Il y découvre ce qu’il est capable de supporter. Mais rien de plus, car ce n’est que dans le signe suivant, le Lion, qu’il trouvera la force de dépasser ses limites.

Le maître du Cancer est la Lune, astre changeant, instable, mais fixé sur la mémoire, l’instinct, l’imagination.
La Lune fait rêver, ressentir. Mais elle n’éprouve pas de sentiments et n’agit pas. Rien de concret avec elle. Elle ne fait que maintenir Ange dans un état de nonchalance, très créatif sur le plan artistique, mais totalement stérile au niveau matériel.
Ange ne vit pas, il rêve sa vie.

Qu’il profite. Car dans le Cancer, Ange connaît encore le repos. Mais c’est le dernier, avant de se lancer à la conquête de lui-même, puis du monde.
Dans cette eau matricielle du Cancer, calme, tiède et enveloppante, Ange se sent indolent, doux, replié, mélancolique, à la recherche du bonheur perdu, celui de la chaleur du sein maternel ou du foyer parental. Qu’il n’a aucune envie de quitter.

L’avenir lui fait peur. Il préfère de loin se réfugier dans le passé dont il garde une mémoire exceptionnelle. Encoder pour longtemps ses souvenirs, comme autant de trésors bien cachés au fond de lui. Et auxquels il s’accroche et se réfère, le plus souvent. C’est rassurant, certes, mais sclérosant pour son évolution.
Comme il a peur de l’inconnu, Ange reste fidèle. À tout et à tout le monde, mais plus par paresse que par sentiment. Il s’illusionne de romantisme, aspire au grand amour, au bien-être. Mais ne met aucune énergie pour les trouver. Il se contente de les espérer.
La larme facile, incapable de se défendre, il essaie de se protéger d’avance de toutes les blessures de la vie. Trop vulnérable, au moindre risque, il se retire dans sa coquille infranchissable où rien ne peut l’atteindre.

Signe fragile par excellence, le Cancer symbolise le berceau accueillant, la félicité utérine dont Ange garde la nostalgie. Car l’énergie Cancer nous garde petit, bébé, immature, loin de toute responsabilité, à la charge des autres. Et surtout, sans souffrance.
Une énergie bien tranquille que celle du Cancer. Discret, timide, ne voulant ennuyer personne, Ange fait tout pour maintenir autour de lui la paix et la stabilité dont il a besoin.
À tel point que, petit à petit, Ange commence à s’y ennuyer !
Exit l’infantilisme du craintif qui ne rêve que devant ses vidéos. Ange commence à se trouver à l’étroit dans son cocon. Il étouffe et se sclérose. Il manque d’air et de lumière.
N’est-il pas temps pour lui d’oser pousser la porte et de se confronter enfin au monde et à la société ? En un mot, aux autres ? Aux différents de lui ?

Le Cancer carapace devient Cancer pinces. Il découvre ses armes redoutables qu’il n’a jamais utilisées jusqu’à présent. Et qui, d’un coup, le rassurent sur ses capacités combatives.
Si le moment arrivait ?
Fini la sensiblerie qui n’apporte plus rien d’exaltant. Ange a passé le cap. Tant pis s’il marche de travers, il se décide à, enfin, sortir de son auto contemplation pour rencontrer les autres.
Car il est temps que le Cancer brise sa carapace et sorte de sa coquille. Dont il gardera les pinces, tout de même ! Prêtes à servir !

Mais comment et pourquoi ?
C’est dans le signe du Lion qu’Ange devra trouver la réponse.






Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.