Energie-Santé - Rencontre des thérapeutes du corps et de l'esprit

L’hôpital s’ouvre aux guérisseurs

Ils sont rebouteux, magnétiseurs ou coupeurs de feu. Ils posent leurs mains, récitent des prières et soulagent les patients. Entre ces thérapeutes aux pratiques mystérieuses et les médecins, le dialogue s’est enfin instauré.

Demander l’assistance d’un barreur de feu
guerisseur
guerisseurCela peut arriver à n’importe qui. Vous vous êtes brûlé, vous courez aux urgences. Vous souffrez affreusement malgré les antalgiques. Vous hélez l’infirmière qui réagit de façon imprévue : elle vous demande si cela vous dirait d’appeler un coupeur de feu. « Un quoi ? » Elle vous tend une liste de numéros de téléphone et dit à voix basse : « Ça peut paraître bizarre, mais ils ont déjà soulagé quantité de patients. Rien d’officiel, mais nous vous garantissons que c’est sans danger. » La douleur est telle que vous n’hésitez pas longtemps avant de pianoter sur votre portable. Une voix vous demande juste votre nom. Vingt minutes plus tard, la souffrance a disparu.
guerisseur
Cette scène est devenue presque banale dans certains services hospitaliers, à Saint-Brieuc, Rodez, Annemasse ou Marseille, où l’on nous confirme – de façon en général officieuse – que l’on fait régulièrement appel aux « coupeurs (ou barreurs) de feu ». Pour soulager la douleur, pour accélérer la cicatrisation des brûlures suite à un accident ou lors d’un traitement du cancer par radiothérapie.

Collaboration entre médecins et guérisseurs
guerisseur
Cette étrangeté n’est que la partie émergée d’un vaste ensemble. Contre toute attente, à l’ère scientifique, même dans notre très cartésienne France, médecins et guérisseurs (ou magnétiseurs, coupeurs de feu) collaborent de multiples façons. Pour traiter des urgences ou des troubles chroniques réputés inguérissables. Quels médecins osent en parler ?
guerisseur
guerisseurRarement les pontes, dont la plupart ne sont d’ailleurs pas au courant. Patron des urgences à l’hôpital Nord de Marseille, le docteur Philippe Jean lève un sourcil perplexe : « Coupeur de feu ? Connais pas. Mais je vais demander à mes infirmières si elles en ont entendu parler. » Ces dernières lui répondront par l’affirmative… sans s’avancer davantage, le sujet est risqué. Même curiosité étonnée de la part de la cancérologue Laure Copel, à l’institut Curie. Chef du service d’oncologie médicale à l’hôpital européen Georges-Pompidou, à Paris, le professeur Jean-Marie Andrieu, lui, a déjà eu vent de ces « magnétiseurs censés vous retirer le feu ». Mais il doute du sérieux de l’affaire : « Ça se saurait ! Dommage, je ne demanderais pas mieux, on a tant de complications en radiothérapie. Ramenez-moi un seul cas traité par vos magiciens et observé selon les critères scientifiques et on en reparle. »
guerisseur
Le flirt entre système hospitalier et guérisseurs se joue davantage dans le monde des infirmières que dans celui des médecins. Discrètement informés, les chefs de clinique laissent souvent faire… à condition que l’on n’en sache rien. Toutefois, certains s’y intéressent, avec un mélange de perplexité et de fascination, et prennent le risque d’en parler.

Leur diagnostic, un vrai scanner
guerisseur
Ancien chef de clinique en cardiologie puis en médecine interne, devenu psychiatre, enseignant en psychothérapie à la faculté de Bordeaux, le professeur Gérard Ostermann a depuis longtemps repéré les facultés hors normes de certaines guérisseuses. La première s’appelait Claudine. On la consultait discrètement à l’Institut de cancérologie de Reims, soit pour aider à déceler la source d’un mal qu’on ne parvenait pas à élucider, soit pour confirmer une hypothèse peu sûre.
guerisseur
La pertinence de son ressenti était stupéfiante. Elle devenait moins fiable quand elle tentait d’intellectualiser la chose et se piquait de donner ses interprétations. Depuis, des guérisseurs, j’en ai connu plusieurs. Leur capacité à soigner toutes sortes de maux de façon “énergétique” est indéniable – des brûlures aux rhumatismes, des abcès aux calculs. Je reste fasciné par leur diagnostic, un vrai scanner, et par leur humilité : « la majorité ne se fait pas payer. Les guérisseurs ne deviennent dangereux que lorsque leur ego enfle et qu’ils prétendent faire de la science. Globalement, ce qu’ils font bouleverse notre vision de la maladie, du corps, de la médecine, du réel… Tout est à revoir ! »
guerisseur
guerisseurPour la plupart des médecins qui osent évoquer leur collaboration avec les guérisseurs, celle-ci se justifie de façon très pragmatique. Ainsi, le docteur Alain Marre, chef du service de radio-oncologie du centre hospitalier de Rodez (Aveyron) : « Voilà plus de trente ans que j’oriente mes patients vers des guérisseurs pour soulager les douleurs, sans a priori : j’ai juste constaté que cela améliorait leur état. Dois-je refuser sous prétexte qu’on ignore comment ça marche ? »


Ils palpent des flux invisibles
guerisseur
D’une dizaine d’interviews de guérisseurs se dégage un profil type. Rares sont ceux qui voient leur « don » se déclencher en cours de vie, telle Patricia Alleli, d’Aix-en-Provence, qui l’a découvert à 48 ans, après un accident cérébral. Généralement, ça commence très jeune. Dès l’âge de 4 ans, Jean-Luc Bartoli ne supporte pas de voir quelqu’un souffrir et pose compassionnellement ses mains sur lui. Au même âge, Brigitte, de Besançon, sauve des lapins mortellement malades de sa grand-mère : ceux sur le ventre desquels elle a posé les mains. À 5 ans, Corinne, de Marseille, fait du bien à tous ceux qu’elle touche, notamment l’une de ses tantes souffrant d’arthrose : très vite, le voisinage entier sait que ses mains soignent.
guerisseur
guerisseurPour Josette, de Montélimar, le phénomène a démarré à 2 ans. « Je croyais que tout le monde était comme ça : quand je pose ma main sur quelqu’un, je ressens de l’électricité. Et quand j’arrive sur une zone souffrante, ça me pique, comme si une pointe jaillissait. Si je laisse ma main un moment, la piqûre s’en va et la souffrance de la personne aussi. Aujourd’hui, j’ai 85 ans et j’en ai soigné, des gens ! Jamais je ne me suis fait payer : ce don me dépasse, impossible de le monnayer. Je ne crois pourtant pas au bon Dieu… » Vivant de sa pension de veuve de gendarme, elle précise : « Si vous voulez que je vous soigne, ne me dites pas ce que vous avez ! Ma tête doit rester au repos. Si elle se met à gamberger, je ne suis plus bonne à rien. »
guerisseur
Notre esprit rationnel a d’autant plus de mal à comprendre que les guérisseurs ne se contentent pas de poser leurs mains sur leurs patients. Ils palpent aussi des flux invisibles qu’ils semblent peigner, ou rassembler, ou recoudre, vous expliquant, comme Pierre.
guerisseur
Yonas qui soigne l’équipe de handball de Savigny-sur-Orge : « J’ai senti une fuite d’énergie au niveau de l’omoplate d’un joueur, je l’ai colmatée. » L’affaire se corse quand on découvre que beaucoup soignent aussi à distance, souvent en se concentrant sur une photo du patient, et parfois à l’insu de la personne souffrante, celle-ci pouvant être un bébé ou un animal. « Par exemple, mes chevaux, dit Michelle, que je soigne depuis des années, après avoir appris, non seulement à les toucher, mais à me mettre à l’intérieur d’eux, à leur place. »

Hypothèses d’explication
guerisseur
Les guérisseurs eux-mêmes reconnaissent ne pas savoir « comment ça marche ». Beaucoup évoquent une grâce divine et quasiment tous insistent pour dire qu’ils ne servent que de catalyseur réveillant les capacités de guérison internes du patient. Nous interrogeons Brigitte Grimm-Laforest, présidente du Groupement national pour l’organisation des médecines alternatives (Gnoma) et vice-présidente du Syndicat national des magnétiseurs et praticiens des méthodes naturelles et traditionnelles (Snamap). « Notre vocation est d’abord de soigner, dit-elle. Des dizaines d’entre nous travaillent en France avec des médecins. Mais scientifiquement, nous sommes incapables d’expliquer notre efficacité. Aux chercheurs qui nous traitent de charlatans, nous renvoyons la balle : venez donc nous étudier et dites-nous pourquoi ça marche ! Après tout, c’est votre boulot, pas le nôtre. »

Les Guérisseurs, la Foi, la Science !plus d’infos ICI
Ce film retrace l’histoire de la guérison spirituelle et du magnétisme depuis l’antiquité, présente des portraits de guérisseurs célèbres. Ces guérisseurs soignent …

Les scientifiques étudiant ces pratiques ne sont pas légion : le sujet est tabou. Mais des recherches existent. Ces mains qui soignent, se dit-on, dégagent probablement un genre d’électromagnétisme dont on devrait pouvoir découvrir comment il guérit. Cela rejoindrait le courant de pensée selon lequel une médecine « quantique », fondée sur les rayonnements, devrait compléter au XXIe siècle la médecine « chimique », fondée sur les molécules. Mais avant cela, il y a l’explication « placebo » : l’influence des guérisseurs, surtout psychologique, reposerait sur la croyance et la confiance du patient.
guerisseur
À la question du « comment » les réponses des guérisseurs eux-mêmes sont divisées. Les uns pensent être traversés par une force « sacrée » que nulle science ne pourra jamais appréhender. Les autres affirment qu’il n’y a rien de magique dans ces phénomènes de libération énergétique et que la science médicale aurait tout intérêt à les étudier de près. Voyez-vous une troisième solution ?

Patrice van Eersel, Marie Borrel
Retrouvrez l’article dans son intégralité dans le Hors-Série Santé de CLES
www.cles.com

15 Commentaires
  1. Robert dit :

    Bonjour, ce message à l’attention de Guignard…
    Y a-t-il moyen de vous contacter svp? J’ai déjà voulu trouver un guérisseur pour des maux qui ne peuvent, je pense, se soigner que par cette voie, mais les bons (et les vrais) ne courent pas les rues ou sont trop connus et débordés ou difficiles à joindre… Serait-il possible de m’envoyer vos coordonnées pour que je puisse prendre contact avec vous? Un grand merci d’avance

  2. Guignard dit :

    J’ai découvert mes dons à l’âge de 7 ans. J’utilise certain de mes dons pour soulager les personnes ouvertes spirituellement.

    Pour les autres personnes, je refuse de m’y impliquer !

    Merci de me lire et d’en prendre compte.

  3. oxyfly dit :

    Thao : vos douleurs me parlent, je travaille souvent sur cette zone avec mes patients. Je ne sais pas comment rentrer en contact avec vous en mp

  4. Thao dit :

    Bonjour Lou,
    Pourriez vous soulager mes douleurs chroniques au dos et bassin?
    Comment pourrais je vous contacter?
    Merci.

  5. Naomi dit :

    Bonjour,
    Effectivement il faut faire confiance au traitement car le corps agit comme un émetteur/récepteur. Ceux qui ignorent ce phénomène sont le plus souvent en mode émetteur. Pour guérir, le patient doit se mettre en mode récepteur, il suffit pour cela d’accepter de recevoir la guérison (cad accepter que le guérisseur manipule son énergie). Sinon ça ne fonctionnera pas.
    Comprenez en cela qu’il s’agit d’une protection naturelle. Nous parlons ici de guérisseurs donc de personnes bien intentionnées. Maintenant imaginez un collègue de travail moins bien intentionné, qui rêve de prendre de votre poste par exemple, il peut manipuler votre énergie et vous causer une maladie. Croyez bien que si ça fonctionne dans un sens, ça fonctionne aussi dans l’autre.
    Ceux qui reconnaissent le pouvoir des guérisseurs doivent aussi reconnaître le pouvoir de la sorcellerie, magie noire, mauvais oeil, etc (peut importe le nom donné au phénomène).
    C’est une réalité certes effrayante mais la peur n’évite pas le danger !

  6. LOU dit :

    bonjour
    je suis coupeuse de feu, magnétiseuse si vous avez besoin n’hésitez pas a me repondre
    merci

  7. lyonnaise dit :

    Bonjour,

    Pour ma part, je crois beaucoup aux « vrais » guérisseurs. Aussi, parmi vous toutes et tous auriez vous une adresse à me communiquer sur Lyon ou son agglomération.

    A défaut, il m’arrive quelquefois de de venir sur Montélimar. Pourrais je avoir vos coordonnées via l’administrateur du site.

    Merci à vous tous

  8. Christian dit :

    bonjour , pour ma part cela s’est déclaré suite à un grave accident il y a 5 ans.
    Depuis gros travail sur soi tout d’abord avec prise de conscience , et rencontre de gens qui m’on permis de comprendre et maîtrise ce don. Depuis quelques mois je pratique et j’ouvre mon cœur pour les personnes qui en ont besoin .

  9. Barbara dit :

    Pour avoir une compréhension du phénomène, je pense qu’il faut chercher du côté de énergies (chakras, médecine chinoise et acupuncture, etc…) et de la physique quantique… et de la médecine quantique !, qui va à mon avis beaucoup se développer ces prochaines années…

  10. mabon dit :

    A l’hospital de POnchaillou a Rennes, les radiesthesistes travaillent depuis longtemps en communion avec les medecins, ils sont diplomes, en geobiologie, et autres.
    je suis souvent guerie par des rebouteux, et magnetisseurs.

  11. miab3 dit :

    J’ai commencé par passer ( réellement … ) les différents niveaux de Reiki jusqu’à la maîtrise mais je n’enseigne pas , je voulais seulement avoir une force supplémentaire en moi , le symbole maître . Il se trouve que le maître Reiki qui m’a initié était entourée de personnes ayant des dons divers dont la faculté de communiquer avec leurs guides et l’enseignement débordait considérablement du Reiki proprement dit ; au 1ier niveau pour nous montrer que les 1ières initiations avaient ouvert en nous des canaux subtiles de perception , nous faisions des exercices avec des baguettes , un pendule etc . , l’étude de l’arbre de la kaballe , les maîtres de Shambala et les initiations qui allaient avec etc . Au 3ième niveau on nous apprenait à déterminer le niveau vibratoire d’un lieu y compris en souterrain et en aérien , d’une personne dont n’importe lequel de ses organes ou région énergétique ( chakras , aura , etc etc ) , à distance , instantanément n’importe ou sur la planète , ( à la portée de toute personne ayant réellement passer les 3 niveaux de Reiki ) déterminer s’il y avait des entités , quel type et les faire monter dans la lumière selon une procédure mentale utilisant les symboles Reiki , idem pour les personnes qui seront elles mêmes parasitées par des entités en étant au contacte de leur énergie selon un processus déterminé ; déterminer si un défunt à son âme dans la lumière ce qui n’était pas le cas de mon grand père qui s’était suicidé et le faire monter etc . Ce même maître Reiki pour ceux que ça intéressait après le 3ième niveau faisait passer 7 niveaux de formations sur les radioniques ; à terme , plus de 700 . Depuis 1 an environ , la synthèse de 3 informations : 1) le fait d’avoir en nous de nombreuses cellules dont  » cellule de restructuration « ,  » cellule de transmutation « etc etc 2) le livre  » l’ADN et le choix quantique  » qui m’a fait découvrir la kinésiologie et la faculté de notre corps à répondre aux questions qu’on lui pose ou d’exécuter une action . 3) le livre  » Le Kybalion  » qui a été la révélation finale qui me permet aujourd’hui d’exécuter mentalement en quelque secondes ce qui me demandait l’utilisation des radioniques correspondant à un problème donné . Contrairement au guérisseur ou magnétiseur qui a un don dans un ou quelques domaines seulement , ces formations et initiations permettent dans un 1ier temps de déterminer les causes et les procédures correspondant grâce à ces tables de radioniques ; c’est donc une approche technique qui permet de déterminer par exemple si le problème est dû à une mémoire karmique , des énergies négatives dans l’habitation ou en souterrain , sur la personne , de la magie noire dont l’origine etc etc etc et la complexité est immense et demande plusieurs années de formations et de travail journalier sur ses propres énergies à l’aide de ces radioniques afin de pouvoir progressivement toucher à des énergies négatives de plus en plus lourdes .

  12. ALAINFREE dit :

    Pour moi çà ne me dérange pas que l’on dise que je fais un effet placebo, après tout si je suis un très bon placebo.

  13. yanou dit :

    Effet placebo? Mdr j’ai retiré des douleurs chroniques sans le dire aux personnes, puis je leur demandais l’air de rien « comment vas-tu aujourd’hui?
    – C’est marrant que t’en parles ça va super bien! »
    Ne pas essayer de juger ce qu’on ne peut comprendre

  14. Coronel Marie-Dominique dit :

    Bonjour. Je fais partie des personnes qui ont découvert ce don à l’âge mûr (43 ans) par ecchos des personnes que je touchais pendant ma formation de kinésiologue. Il ne s’est vraiment développé qu’au cours de la formation, au fur et à mesure de mon lâcher-prise. J’ai eu du mal à y croire car ma bataille contre l’école m’a amenée jusqu’à un doctorat de chimie.
    Ma compréhension du phénomène est une composante des deux dernières hypothèses que vous présentez. Un partie de ce que je fais est compréhensible donc probablement étudiable à court ou moyen terme. Une autre est tellement ésotérique qu’elle se sera probablement étudiable que dans une autre dimension. J’arrive parfois à faire la différence entre ce que j’ai appris de l’énergétique chinoise (dimension émotionnelle comprise) quand je prends conscience que j’ai cette énergie à circuler. Une autre partie est plus associée au don (de soi) quand je laisse les Guides manipuler l’Amour pour guérir à travers moi. Cordialement MDC

  15. POIDEVIN dit :

    Bonjour ! L’effet placebo…..gros argument utilisé par la médecine de faculté ( qui n’est pas la médecine traditionnelle) pour, au mieux, mettre en doute une efficacité quelconque de l’action des « magnétiseurs » – alors même qu’une démarche véritablement scientifique devrait conduire à étudier de très près cette manifestation surprenante de la puissance de l’ « esprit ». Cet effet placebo, les médecins le constatent relativement aux médicaments expérimentés en double aveugle. Et cela les conduit simplement à éliminer ou valider tel ou tel médicament selon que l’effet placebo aura eu prédominance ou non dans les résultats. Pour parodier Edmond Rostand et son Cyrano,  » c’est un peu court, jeune homme ! ». D’autant que lorsque cette croyance et cette confiance du patient, qu’ils évoquent comme élément intervenant dans l’efficacité des soins des magnétiseurs, ne leur pose aucun problème lorsqu’elles sont à eux adressées. Ils disent eux-mêmes aux patients :  » il faut faire confiance au traitement, c’est essentiel pour que cela marche ! ». Alors, ou sont la cohérence, l’honnêteté, la vraie démarche scientifique ?
    Cordialement.
    C.POIDEVIN

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.