La Thérapie Crânio-Sacrée

La Thérapie Crânio-Sacrée est une méthode d’évaluation et de traitement qui vise à corriger les différentes restrictions qui affectent notre système crânio-sacré, de sorte que les méninges ainsi que les os du cerveau retrouvent leur liberté de mouvement naturelle et, que le rythme soit restauré.

Historique de la Thérapie Crânio-Sacrée

Au début du vingtième siècle, William G. Sutherland, un étudiant en ostéopathie du Missouri – élève d’Andrew Still, le fondateur de l’ostéopathie – était hanté par l’idée que les os du crâne étaient construits en fonction d’un mouvement possible qui les impliquerait tous. Au début des années 1930, après avoir longuement expérimenté sur lui-même, il a découvert que la mobilité sacrée était synchronisée avec la mobilité crânienne. Il a établi un modèle qui place le sphénoïde comme clé de voûte des os du crâne et, met au point une méthode d’évaluation des os du crâne, qui lui permet de commencer à obtenir du succès avec certains patients.

En 1937, le Dr Sutherland est arrivé à la conclusion que le crâne présentait des mouvements rythmiques qui se prolongent toute la vie durant. Il base sa thèse sur le fait que les sutures du crâne ne se consolident pas tout à fait après la naissance. Il reste toujours, selon lui, une mobilité relative comparable à l’oscillation d’une membrane. Une de ses remarques bien connues est que « s’il n’y avait pas de possibilité de mouvement dans le crâne, à quoi donc servirait l’architecture complexe de la boîte crânienne humaine ? Quelle est la fonction de sutures crâniennes existantes ? ».

Une affirmation étonnante à propos d’une structure rigide telle que le crâne, puisqu’on ne peut pas voir les os du crâne bouger les uns par rapport aux autres. Évidemment, on le classe alors comme un peu « ésotérique » et il embarrasse passablement les milieux médicaux.

Mouvements rythmiques

En 1970, John E. Upledger visualise en direct le mouvement rythmique du fameux système hydraulique qu’il nomme crânio-sacré, pendant une opération chirurgicale du cou. Il avait alors observé que la dure-mère du cou avait un mouvement rythmique de va-et-vient qui se situait autour de 10 cycles à la minute. Il en déduit alors que la pression à l’intérieur de la membrane fluctuait aussi de façon rythmique. Surpris et passionné par cette découverte, Upledger entreprit des recherches scientifiques avec d’autres personnes, afin de découvrir la cause de ces mouvements rythmiques

En 1972, il enseigne les premières explications des découvertes de Sutherland. Puis, il entre à l’université du Michigan (1975) pour y effectuer d’autres recherches et expliquer de façon scientifique les principes du système crânio-sacré.

Sur base de ces recherches, il développa une thérapie à laquelle il donna le nom de Thérapie Crânio-Sacrée.

Liquide céphalo-rachidien

Les mouvements rythmiques des os du crâne, aussi appelés rythme crânio-sacré, servent de base à cette thérapie crânio-sacrée.

Ce rythme est dû à l’augmentation et la diminution du fluide céphalo-rachidien à l’intérieur et autour du système crânio-sacré. Ce système est constitué du cerveau et de la moelle épinière (le système nerveux central), le liquide Cérébro-Rachidien (qui protège le cerveau et la moelle épinière), les méninges, les os de la colonne vertébrale et du sacrum.

“Le crâne est une structure très délicate. Il faut le traiter avec le plus grand soin et posséder une compréhension approfondie de son mécanisme. La force motrice est produite par l’utilisation des forces naturelles du corps, avec la collaboration du patient. Ainsi, une technique douce et dénuée de force normalisera la position de la structure du crâne.” William G. SUTHERLAND

La Thérapie Crânio-Sacrée

La Thérapie Crânio-Sacrée est une méthode d’évaluation et de traitement qui vise à corriger les différentes restrictions qui affectent notre système crânio-sacré, de sorte que les méninges ainsi que les os du cerveau retrouvent leur liberté de mouvement naturelle et, que le rythme soit restauré.

On l’appelle crânio-sacrée parce qu’elle englobe tous les os du crâne, de la face, de la bouche et s’étend à la partie inférieure de la moelle, par un concept d’hydraulique et de membranes, jusqu’au sacrum. Par exemple, une chute sur le coccyx peut influencer la partie crânienne du système crânio-sacré. Ce type de thérapie implique une approche beaucoup plus douce qui laisse le système crânio-sacré s’accorder harmonieusement, comparativement à une approche plus mécanique qui « évalue et répare » le problème.

La Thérapie Crânio-Sacrée contribue à lever les obstacles que le système physiologique normal n’arrive pas à équilibrer. Elle accompagne le corps dans son rôle naturel « d’autocorrection » du système crânio-sacré. Ainsi, lorsque les règles d’approche sont respectées, il ne peut y avoir d’erreurs ou d’effets secondaires sérieux de la part du thérapeute lui-même car c’est le système lui-même qui décide comment la correction doit être faite. Un thérapeute ne fait que lever les obstacles, activer et renforcer le système.

Comment ça fonctionne ?

La Thérapie Crânio-Sacrée est une technique douce, non agressive (pression maximum de 5 gr) qui travaille sur les membranes et le liquide céphalo-rachidien, contenu dans ces membranes entourant le cerveau et la moelle épinière. On utilise rarement des pressions excédant quelques grammes ; lors de l’évaluation, l’obstacle créant le problème est parfois levé tout de suite et le système complète lui-même l’autocorrection.

Les os du crâne, le sacrum et le coccyx sont assez facilement palpables par la main du thérapeute car ils ont des attaches aux membranes qui supportent le liquide céphalo-rachidien (LCR). Le système agit donc de façon semi-hydraulique avec des pressions qui se bâtissent lorsque le niveau de liquide s’accentue ; ce dernier est alors stimulé à bouger vers le haut et vers le bas, ce qui amène les membranes à bouger à un rythme normal de 6 à 12 cycles/minute.

Le manque d’amplitude du rythme crânio-sacré indique une faible vitalité du sujet ; or, si la vitalité est basse, il y a une plus grande possibilité d’obstacles musculo-squelettiques et viscéraux. Les asymétries du système crânio-sacré, ainsi que le manque d’amplitude sont donc responsables de nombreux problèmes.

Le fascia étant un tissu conjonctif continu, tout manque de mobilité, dans quelque région du corps que ce soit, peut servir à localiser un blocage du système crânio-sacré. Probablement via le système nerveux, le fascia est constamment en relation avec le système crânio-sacré. Grâce à des attaches directes et par des ancrages osseux communs, le fascia extra-dural et les méninges sont interreliés et interdépendants au niveau mouvement. Ce sont donc les qualités palpatoires du thérapeute qui sont les seules limites quand à l’information qui peut être perçue.
Les os du cerveau sont ici les contreforts rigides des méninges.

En les utilisant comme points d’impact, on exerce une influence sur la totalité du système crânio-sacré. En plaçant les mains doucement et précisément sur le crâne ou sur n’importe quelle partie du complexe crânio-sacré ou du corps, où le Système Crânio-Sacré est perceptible, un thérapeute expérimenté peut percevoir le rythme avec ses mains. C’est ainsi que les parties ou régions où des blocages se situent peuvent être détectées et traitées.

Les anomalies de structure ou de fonctionnement des systèmes nerveux, musculo-squelettique, cardio-vasculaire, lymphatique, endocrinien ou respiratoire peuvent influencer le système crânio-sacré.

Le rythme crânio-sacré et ses influences sur le corps

Dans le système crânio-sacré, et les tissus conjonctifs, s’opère un mouvement appelé rythme crânio-sacré. Ce rythme est indépendant de la respiration et de la pulsation cardiaque. Il est palpable partout sur le corps. Le Dr John Upledger a entre autres démontré, avec une équipe de scientifiques, la relation entre ce rythme et les mouvements biomécaniques de tout le corps. Les changements de tension dans le système crânio-sacré peuvent être à l’origine de nombreux problèmes physique et psychique.

La Thérapie Crânio-Sacrée permet, grâce à la détente obtenue dans le corps et le système crânio-sacré, une facilitation de la circulation du liquide céphalo-rachidien, et donne ainsi au corps la possibilité de retrouver un équilibre perdu. La circulation céphalo-rachidienne est facilitée aussi par les biorythmes crânio-sacrés naturels.

La technique consiste à exercer une pression légère et spécifique sur la structure en lésion, ce qui facilitera les mécanismes d’autorégulation du corps humain. Le rythme joue un rôle primordial comme « détecteur de signification » du processus déclenché.

La main délicate du thérapeute évalue et augmente le fonctionnement physiologique du corps. Le praticien relâche les restrictions du système crânio-sacré pour augmenter le fonctionnement du système nerveux central.

Ainsi le processus naturel d’autorégulation du corps permettra de retrouver un fonctionnement équilibré. Cette technique peut aussi être utilisée en temps que prévention.

Jean-Paul Thouny
Thérapeute énergéticien, formateur - Voiron (Isère) France
Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et citez la source : www.energie-sante.net
Si vous aussi, souhaitez vous exprimer et être présent sur Energie-Santé, Contactez-nous
céphalo-rachidiencéphalo-spinalcranio-sacrérythme crânio-sacrésystème crânio-sacréthérapie crânio-sacrée
Commentaires (3)
Ajouter un Commentaire
  • galy

    ou peu t’on trouver des adresses de personnes pratiquant la thérapie cranio sacrée
    sur Toulouse
    merci

    • Virginie

      Tous les ostéopathes pratiquent cette technique . Mais juste le cranio-sacré est insuffisant (je suis moi même ostéopathe). 😉

      • Jean-Paul

        Désolé de vous contre-dire Virginie,
        Mais tous les ostéopathes ne pratiques pas forcément le cranio-sacré, du moins tel qu’il a été enseigné par John Upledger.
        « Insuffisant » pour quoi ? 😉