Maladie de Lyme ou Borreliose

La maladie de Lyme, ou borréliose de Lyme, est transmise lors d’une piqûre de tique infectée par une bactérie de la famille des spirochètes. Heureusement, un traitement existe pour cette maladie invalidante.

maladie de lymeVoilà un syndrome complexe pour lequel je suis souvent contacté et devant lequel la médecine officielle est démunie.

Il s’agit d’une maladie endémique induite par certaines tiques (Ixodes) porteuses d’un micro-organisme spiralé, le Borrelia burgdorferi, de la famille des spirochètes.

Origine de la maladie de Lyme

Les troubles ont été identifiés pour la première fois dans les années 1970 à Lyme, dans le Connecticut (USA), puis dans d’autres états américains. Cette affection se développe terriblement en Europe depuis quelques années. Le problème réside dans le fait que les symptômes sont paradoxaux, ce qui fait que, souvent, le malade n’est pas pris au sérieux. De plus, ces symptômes peuvent varier considérablement d’un malade à l’autre.

Liste des troubles possibles (non exhaustive) :
  • Algies arthritiques locales ou généralisées,
  • Erythème chronique et migratoire,
  • Etats dépressifs,
  • Fibromyalgie,
  • Inflammation destructive du tissu cardiaque,
  • Lupus,
  • Maladie d’Alzheimer,
  • Maladie de Crohn,
  • Méningo-encéphalite,
  • Neuropathies diverses,
  • Syndrome de l’intestin irritable,
  • Syndrome de la fatigue chronique,
  • Sclérose multiple,
  • Troubles de la mémoire,
  • Troubles divers indéfinissables.

Développement de la maladie de Lyme

Il est à noter que la maladie de Lyme se développe en deux phases : l’incubation, allant de plusieurs semaines à quelques années, puis des poussées aux intersaisons, aux anniversaires des piqûres, et même lors de grosses contrariétés.
Les troubles sont accompagnés d’une augmentation de la vitesse de sédimentation, mais les tests classiques de la médecine officielle ne décèlent rien.

maladie de lymeLes traitements aux antibiotiques se révèlent catastrophiques, car, pendant qu’ils sécurisent les malades sur le moment, ils obligent le parasite de s’infiltrer plus profondément dans l’organisme.

Aux Etats- Unis, 1,8 million de cas ont été détectés, mais les experts considèrent que ce chiffre ne représente que 10 % de la réalité, en raison du défaut d’identification de la maladie, ce qui porterait le nombre de sujets atteints(qui s’ignorent souvent) à 18 millions.

Curieusement, l’on détecte actuellement de nombreux cas de maladie de Lyme, dont l’origine remonte à 15 ans et plus, et qui ont stagné silencieusement sous une forme enkystée depuis, avant de se manifester.

L’infection est souvent sans symptôme mais peut dans certains cas entrainer une maladie parfois invalidante (douleurs articulaires durables, paralysie partielle des membres…).

Comment cela commence ?

maladie de lymeVous allez vous promener dans les bois, une tique se laisse tomber d’un arbre, et toc ! Vous tombe dessus. La sale bête étant munie d’une vrille perce immédiatement un petit trou dans votre peau (sous anesthésie), rentre la tête, et verrouille son ancrage avec les pattes.
Là, elle peut à loisir se gorger de votre sang jusqu’à ce que vous vous aperceviez éventuellement qu’une petite boule émerge de votre peau.

Rappelez-vous qu’il existe en pharmacie des kits de « démonte-tiques », sorte de mini pied-de-biche avec lequel on dévisse la tique dans le sens anti horaire. (Il ne faut pas l’arracher, la tête étant verrouillée restera.)

Une autre méthode consiste à mettre du savon de Marseille liquide sur la tique qui sortira toute seule ne pouvant plus respirer.
En tout état de cause, à chaque retour de promenade, bien explorer la surface de la peau, surtout celle qui n’était pas protégée par les vêtements. A noter qu’il faut éviter d’appuyer sur le ventre du parasite rempli de votre sang, car cela le ferait régurgiter dans votre système sanguin avec l’éventuel Borrélia si la tique est infestée.

Il convient toujours de désinfecter l’endroit avec une huile essentielle telle que la Giroflé par exemple.
En principe, l’infestation peut se manifester dans les 3 à 30 jours par l’apparition d’un érythème migrant (rougeur ronde qui grandit), ce qui donne lieu à une alerte que l’on pouvait traiter précédemment in situ au « tic tox », une composition spécifique d’huiles essentielles, jusqu’à ce qu’il soit curieusement interdit – mais dans 50% des cas il peut hélas n’y avoir aucune manifestation visible.

Tests d’identification et différentes variétés de maladie de Lyme

Pour lever le doute, il existe un pré-test français 0 positif – 0 négatif qui coûte 29 €, mais qui n’est fiable qu’à 30 % car il n’est pas suffisamment spécifique. Ce pré-test est un passage obligé pour accéder au test Western Blott qui est plus fiable (quoi que…) et qui coûte 48 €.

Il y a 800 sortes de tiques répertoriées dans le monde abritant près de 25 types de Borrelia dont :
  • maladie de lymeLe burgdorferi (américain) – qui entraîne des inflammations musculaires et articulaires très douloureuses amenant progressivement au fauteuil roulant.
  • Le garinii (européen) – neurotoxique qui amène des maladies neurologiques diverses, par exemple au niveau optique ou auditif.
  • L’afzelii (asiatique) – qui donne des manifestations cutanées tardives
  • Le lusitiana (Portugal).
  • Le japonica (Japon)…

Le Borrelia peut se manifester sous 3 formes principales : SPIRALÉE, en L, ou KYSTIQUE, et passer de l’une à l’autre forme selon ses besoins stratégiques de survie.

La maladie de Lyme est d’autant plus complexe à identifier qu’elle peut donner lieu à plus de 300 symptômes plus ou moins aléatoires d’ordre physique et psychiques, et allant en s’aggravant avec le temps, jusqu’à devenir dramatiques, tels que douleurs arthritiques paralysantes, fibromyalgie, myocardites avec troubles rythmiques graves, dépression et confusion mentale, fatigue chronique, etc., ceci se manifestant toujours par poussées.

Les traitements classiques

La plupart des traitements officiellement proposés sont des antibiotiques et des corticoïdes ; ils sont décevants, inefficaces et même dangereux puisqu’ils ne font que faire retrancher le parasite dans des organes de plus en plus profonds et de plus en plus vitaux (souvent le cœur) sans jamais l’éliminer.

En effet, tous les médicaments du type stéroïde, corticoïde ou immuno-suppressifs sont contre-indiqués ; tous les médicaments immuno-dépressifs sont à proscrire.

NOTA : Rappelez-vous que la médecine est tenue des moyens mais pas des résultats !

Stratégie d’attaque symptomatique

maladie de lymeLe Borrelia produit en permanence des neurotoxines qui s’accumulent dans l’organisme qui à un moment de saturation a un besoin impératif de se purger. C’est une condition de survie.

Généralement, ce sont les organes les plus faibles qui sont atteints en premier lieu. La première chose à faire est d’éliminer un maximum de toxines, ce qui aboutit à faire régresser rapidement les symptômes les plus pénibles.

Donc, premier geste : CHARBON ACTIVÉ : 1 cuil. à soupe matin et soir dans de l’eau froide jusqu’à résolution de la poussée. (Boire beaucoup d’eau car le charbon a tendance à dessécher l’intestin.) Le charbon crée en plus une barrière au niveau intestinal dans le trajet migratoire classique du Borrelia : tissus graisseux – bile – sang – nerfs. Il faudra réitérer la cure de neutralisation des toxines à chaque fois que des poussées se manifesteront.

Mais attention, se rappeler que le charbon absorbe les médicamentations éventuelles…et la pilule !

Protocole curatif : le Sanchlor

C’est la seule méthode avec laquelle j’ai obtenu des guérisons définitives avec la maladie de Lyme.
  • Mettre dans un verre 1 goutte de chlorite de sodium et ajouter 5 gouttes de jus de Citron pressé pour transformer le chlorite en dioxyde de chlore ionique. (ClO²–)
  • La réaction demande 3 minutes à sec, puis ajouter de l’eau (non javellisée). Boire aussitôt. On peut ajouter du jus de fruit pour le goût.
  • Faire cela matin et soir
  • Chaque jour, ajouter une goutte de chlorite de sodium et 5 gouttes de citron par goutte de chlorite – ex : 10 gouttes de citron pour 2 gouttes de chlorite… 15 gouttes pour 3 gouttes, etc
  • Monter progressivement selon la tolérance à 12 gouttes matin et soir, et continuer 15 jours avant de redescendre à 6 gouttes sur plusieurs mois si nécessaire et surtout jusqu’à cessation des troubles.
  • Si une nausée se fait sentir, ne pas attendre les vomissements et la diarrhée – baissez le dosage et bloquez tout par un petit verre de bicarbonate de soude (25 g par demi-litre d’eau à avoir sous le coude).
  • Puis reprendre prudemment l’augmentation ou en rester au dernier dosage selon votre ressenti. Noter que les réactions possibles sont plus désagréables que dangereuses.

maladie de lymeNota : – Vous pouvez trouver une fiche technique détaillée sur le fonctionnement du MMS dans « Prenez en main votre santé »  tome 3. (Avec l’expérience j’ai un peu modifié le protocole).

Autre protocole
Il existe une autre méthode pour gagner du temps dans l’activation, au lieu de citron on utilise un activateur fournit dans un kit, soit de l’acide citrique à 50% soit de l’acide chlorhydrique à 4%. C’est moins naturel mais beaucoup plus pratique car on divise par 6 le temps d’activation.

Mettre dans un verre vide une goutte de chlorite de sodium et une goutte d’acide citrique 50% (Kit Sanchlor) ou d’acide chlorhydrique 4% (Kit chlorite de sodium), agiter le verre pour faire en sorte que les deux gouttes sont en contact et se mélangent.

Attendre 20-30 secondes que la réaction se fasse, remplir le verre d’eau ou de jus de fruit et boire immédiatement. Ne pas attendre plus de 30 secondes sinon le gaz s’évapore et l’action devient nulle.

Pour commander les kits :

Et aussi, le Feralen
Si l’on veut éviter la forte odeur de chlore qui se dégage du verre ou si l’on veut aider les proches qui ne sont pas trop ouverts à l’idée de prendre un produit à usage sanitaire détourné, le Feralen peut constituer une excellente alternative.

Il est constitué d’un radis oriental rustique, non traité et non muté, le Cochlearia rusticana, utilisé traditionnellement pour renforcer le système immunitaire. Ce radis est très riche en peroxydases, et surtout en catalase qui est une enzyme antioxydante permettant d’éliminer dans les tissus le peroxyde d’hydrogène (H2O2) résiduel, en le transformant en dioxygène (O2) et en eau (H2O), ce qui provoque dans l’organisme une libération d’oxygène stabilisé.

Son action est donc très proche de celle du Sanchlor, l’avantage étant qu’il est proposé sous forme de gélules et l’on évite le goût de chlore dans la bouche.
Cde : https://apoticaria.com/products/feralen?ref=4

Michel Dogna
Journaliste, écrivain, naturothérapeute
Tél.: 09 82 99 13 89
Site web : www.micheldogna.fr

Pour en savoir plus :

Prenez en main votre santé – tome 3
de Michel Dogna, aux Éditions Guy Trédaniel

Tome 3, Innovation majeures
Savez-vous quelle est la maladie qui fait le plus de morts chaque année dans le monde ? La Malaria, mais personne n’en parle, aussi est-elle classée pour convenance commerciale dans la rubrique SIDA. Mais savez-vous aussi que cette maladie mortelle peut être guérie en quelques heures grâce au dioxyde de chlore (MMS) ? Connaissez-vous l’exceptionnelle cure Gerson, pratiquement inconnue en France bien que vieille de plus d’un demi-siècle aux Etats-Unis, méthode des plus puissantes pour faire régresser des dizaines de maladies graves et mortelles, dont les cancers, et pour lesquelles la médecine officielle reste très médiocre ? Les technologies se développent actuellement si vite qu’on a de plus en plus de mal à suivre. Pourquoi n’en serait-il pas de même pour les médecines naturelles ? Il n’est pas question de renier le passé, mais de mettre à disposition des outils de plus en plus performants dans divers domaines thérapeutiques de pointe. Nous vivons une époque à la fois passionnante et dangereuse où l’épouvantable côtoie le merveilleux. La machine à broyer les individus ne peut fonctionner que sur ceux qui obéissent sans réfléchir. La vigilance et l’autonomie sont les deux maîtres mots de la sauvegarde de la santé, surtout en ce qui concerne l’alimentation, car  » les mortelles séductions de la facilité  » nous guettent partout. Enfin, les dossiers noirs de la santé publique permettent de mieux situer où est l’ennemi et quelles sont les règles du sinistre jeu dans lequel nous sommes tous enrôlés de force. L’ignorance, pierre d’achoppement du pouvoir absolu, perd chaque jour du terrain malgré le matraquage mensonger de la télévision, mais il reste encore à vaincre bien des peurs…

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et citez la source : www.energie-sante.net
Si vous aussi, souhaitez vous exprimer et être présent sur Energie-Santé, Contactez-nous Print Friendly and PDF
Vous pourrez aussi aimer
1 Commentaire
  1. Ghislaine Bachard dit :

    IL Y A + DE 30 ANS ..
    MERCI MICHEL POUR TOUTES SES INFOS …. JE PENSE SOUVENT A TOI MON PREMIER COURS EN ENERGIE CE FUT AVEC TOI A PARIS … MERCI GHISLAINE B A VERSAILLES

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.