Energie-Santé - Rencontre des thérapeutes du corps et de l'esprit

Le pétrole bleu

Conversion accélérée du Co2 en pétrole !

Après 5 années de recherche menées en coopération étroite avec les universités d’Alicante et de Valence, Bio Fuel Systems (BFS) a mis au point le premier « procédé de conversion énergétique accélérée » qui permet de transformer les rejets excessifs de CO2 en un pétrole de qualité.

Solution pour notre avenir énergétique ?
conversion pétrole
conversion pétroleLes préoccupations planétaires quant aux variations climatiques et les conséquences immédiates sur notre environnement impliquent un changement radical de nos comportements. Nos sociétés occidentales et orientales absorbent ainsi les composantes énergétiques, fossiles en particulier, l’épuisement des ressources apporte une réflexion sur nos capacités de régénération.
Comment produire sans contribuer au réchauffement climatique, comment contribuer aux objectifs sans compromettre la stabilité des Etats, autant de défis qui imposent la mise de secteur de recherche pour des solutions innovantes.
conversion pétrole
C’est ainsi qu’une société franco-espagnole BFS, Bio Fuel System, a mis au point et breveté un procédé de conversion accélérée du CO2 en pétrole artificiel.
conversion pétrole
Ce système repose sur les effets conjugués de la photosynthèse, de l’énergie lumineuse et des propriétés organiques du phytoplancton, mobilisé comme puissant catalyseur, pour obtenir un carburant comparable au pétrole fossile et offrant les mêmes possibilités de produits dérivés (plastiques, polymères, etc.).
La culture intensive de phytoplancton s’opère dans des photobioréacteurs verticaux à partir de souches sélectionnées pour leur teneur en lipides et cela sans prélèvement sur la biodiversité.
conversion pétrole
conversion pétroleLa régénérescence continue des micro-algues et la captation massive du CO2 s’effectue dans un espace clos, à l’intérieur de photobioréacteurs optimisant le contrôle et la rentabilité des propriétés de cet espace. Ces micro-organismes s’apparentent aux phytoplanctons, qui sont à l’origine de la vie animale et végétale. Leurs dégénérescences entraînent un processus de décomposition vers les formations géologiques provoquant une roche liquide carbonée, le pétrole. La particularité de ces organismes est la capacité de produire de la matière organique tout en procédant à la réduction de matière inorganique comme le carbone. Un principe de photosynthèse en quelque sorte. Véritables fabriques biochimiques contrôlant la régulation du CO2, ces micro-organismes fixent près de 50 % le CO2 sur notre planète, véritable puits de carbone.
conversion pétrole
conversion pétrole« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme disait Lavoisier. Aujourd’hui, il est désormais possible de valoriser le CO2 en une véritable source d’énergie de qualité, similaire au pétrole d’origine fossile, propre, inépuisable et économiquement viable. »
Bernard Stroïazzo-Mougin, Président-Fondateur de Bio Fuel Systems
conversion pétrole
La formule de synthèse brevetée et développée par BFS utilise des composants comme l’énergie solaire (comme source principale d’énergie), la photosynthèse et les champs électromagnétiques associés aux propriétés organiques du phytoplancton (micro-algues marines) pour convertir le CO2 issu des rejets industriels, en une biomasse puis en un pétrole artificiel similaire au pétrole fossile, sans soufre et sans métaux lourds.

amande
Conversion du CO2 en pétrole
conversion pétrole
Dans une forêt de tubes de huit mètres de haut, près d’Alicante en Espagne, macère peut-être le carburant de demain : du biopétrole produit avec des micro-algues qui s’alimentent du gaz carbonique rejeté par une usine voisine.
conversion pétrole
conversion pétrolePrès de 400 tubes vert foncé, où grouillent des millions de micro-algues, se dressent sur une plaine du sud-est de l’Espagne, à côté d’une cimenterie, dont le CO2 est capturé et transporté via un pipeline jusqu’à la petite usine de pétrole « bleu ».
Le concept, encore expérimental, est développé depuis cinq ans par des chercheurs espagnols et français de la petite société Bio Fuel Systems. A l’heure où les industriels redoublent d’imagination pour trouver des alternatives au pétrole, l’idée est de reproduire et d’accélérer un processus qui s’est étalé sur des millions d’années et a permis la production du pétrole fossile. « Nous essayons de simuler les conditions qui existaient il y a des millions d’années, quand le phytoplancton s’est transformé en pétrole. De cette façon, nous obtenons un pétrole équivalent au pétrole actuel », explique l’ingénieur Eloy Chapuli.
conversion pétrole
Les micro-algues, issues d’une dizaine de souches tenues secrètes, ont été pêchées en Méditerranée et dans l’océan Atlantique. Dans les tubes, elles se reproduisent à grande vitesse, se dédoublant quotidiennement par photosynthèse et grâce au CO2 émis par la cimenterie. Tous les jours, une partie de ce liquide très concentré est extrait et filtré, permettant l’obtention d’une biomasse, qui produira le biopétrole.
conversion pétrole
L’eau restante est réintroduite dans les tubes. Pour ses concepteurs, l’autre grand avantage du système est qu’il est dépollueur : il absorbe du CO2 qui serait autrement déversé en excédent dans l’atmosphère. « C’est un pétrole écologique » , assure le président et fondateur de BFS, l’ingénieur français Bernard Stroïazzo-Mougin.

Développement industriel projeté
conversion pétrole
L’usine d’Alicante fait encore figure de laboratoire. « Il nous faudra entre cinq et dix ans de plus pour passer à une production industrielle », assure-t-il, en espérant pouvoir développer à court terme un premier projet à grande échelle, en Espagne, puis un autre sur l’île portugaise de Madère.
conversion pétrole
« Une unité qui ferait 50 km sur 50 km, ce qui n’est pas quelque chose d’énorme, dans des zones désertiques du sud de l’Espagne, on pourrait produire environ 1,25 million barils par jour », soit presque autant que les exportations quotidiennes de pétrole irakien.
conversion pétrole
BFS cherche aujourd’hui à négocier avec « plusieurs pays pour qu’ils subventionnent l’installation de champs pétroliers artificiels ». La société assure qu’elle pourra vendre ses barils à un prix compétitif, en s’appuyant sur la vente de produits dérivés, comme des acides gras de type Omega 3.

Enjeu écologique
conversion pétrole
A l’heure où les capacités de régénération de la planète semblent dépassées, la percée technologique de BFS se révèle être une solution de premier plan pour éliminer les rejets industriels de CO2, répondre aux objectifs européens de lutte contre le réchauffement climatique et réduire la vulnérabilité énergétique des pays vis-à-vis des hydrocarbures.
conversion pétrole
Au cours du processus de transformation, de multiples coproduits et sous-produits à forte valeur ajoutée, tels les acides gras essentiels (type oméga 3 ou 6), peuvent par ailleurs être extraits du gisement de biomasse obtenu, assurant ainsi la rentabilité d’une installation-type.
conversion pétrole
conversion pétroleSur un cycle complet, de l’absorption du CO2 à la combustion du pétrole BFS obtenu à la suite du processus de transformation, le carburant BFS présente un bilan carbone négatif.
conversion pétrole
Pour produire 1 baril de pétrole, BFS absorbe 2,168 kg de CO2 et neutralise définitivement 937 kg de C02 après combustion. Ainsi, en prenant en compte l’ensemble du cycle de production de l’énergie consommée, à distance parcourue égale (100 km) et à puissance égale (135 chevaux), une voiture fonctionnant avec le pétrole BFS est la seule à avoir un bilan carbone négatif (- 48 kg de CO2), largement devant la voiture roulant grâce au pétrole fossile (+ 19 kg de Co2) ou encore la voiture électrique alimentée à l’énergie nucléaire (+0,3 kg de co2).
conversion pétrole
A la différence des biocarburants produits à partir de matières premières agricoles qui ne peuvent être utilisés qu’à hauteur de 5 voire 10 % dans les moteurs, le pétrole issu de la technologie BFS est un excellent substitut au pétrole d’origine fossile. Il en présente les mêmes caractéristiques en matière de densité énergétique avec un pouvoir calorifique élevé, prouvé et certifié, de 9 700 kcal/kg. Une fois raffiné, il peut donc être utilisé sans aucune adaptation particulière dans les moteurs. Ses coûts de raffinage sont par ailleurs moindres car exempts de soufre et de produits secondaires toxiques. À l’instar de son cousin d’origine fossile, le pétrole BFS peut également servir à fabriquer des plastiques, des solvants, des résines synthétiques, des détergents ou des engrais.
conversion pétrole

Elaboré à partir des émissions de CO2 des industries dites polluantes telles les cimenteries, les déchetteries, les centrales thermiques ou encore les raffineries, le pétrole BFS est produit directement sur place ou, selon les options retenues, sur un site distant de transformation.
conversion pétrole
D’autres projets similaires sont à l’étude dans d’autres régions du monde.
En Allemagne, le groupe d’énergie public suédois Vattenfall a lancé en 2010 un projet d’absorption par des algues du dioxyde de carbone émis par les centrales au charbon. Le géant américain du pétrole ExxonMobil a prévu un investissement allant jusqu’à 600 millions de dollars dans les recherches sur le pétrole produit avec des algues.
Les industriels, en particulier dans le secteur aéronautique, s’intéressent de près à ces recherches, espérant y trouver des solutions de remplacement au pétrole classique, aux prix fluctuants et qui se raréfie.

Conclusions
conversion pétrole
Cette nouvelle technologie d’énergie renouvelable à l’aide de photobioréacteurs serait particulièrement bienvenue dans tous les pays occidentaux disposant d’un ensoleillement suffisant, pour sortir réellement du nucléaire, tout en s’affranchissement des énergies fossiles.

Par contre, la mise en place de ce projet nécessitant une autre ressource : l’argent… L’énergie ainsi obtenue risque de s’avérer aussi coûteuse pour le consommateur que l’énergie fossile, sinon plus, en passant par la case « bourse – marché aux matières premières – produits dérivés… et spéculation ! ».

Sources :
• BFS France : www.bfs-france.com
• Blog Habitat Durable : www.blog-habitat-durable.com
• Inter Objectif : www.interobjectif.net
• L’Express : www.lexpress.fr
• Néo Planète : www.neo-planete.com
• Résistance Inventerre : www.resistanceinventerre.wordpress.com

conversion pétrole
Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et que vous citiez la source : www.energie-sante.net

2 Commentaires
  1. Serge Queudevile dit :

    Une solution de plus pour faire payer à la pompe ! Parlons plutôt de l’énergie libre !

  2. Georges Calzia dit :

    La somme d’incohérences de ce texte sur le plan technique et scientifique ne fait que renforcer l’impression d’escroquerie aux budgets de recherches;Exemple :
    « … à l’intérieur de photobioréacteurs optimisant le contrôle et la rentabilité des propriétés de cet espace. » Rentabilité ?? Financière??
    « Leurs dégénérescences entraînent un processus de décomposition vers les formations géologiques provoquant une roche liquide carbonée, le pétrole. » Le pétrole une roche liquide? C’est une vrai découverte ça !!
    Régulièrement il y a quelques malins qui trouve un procédé fantastique qui va résoudre le problème de l’énergie.
    Allez dans le sud de l’Italie il y a une usine (et le port pour réceptionner le pétrole et exporter la matière obtenue et qui est inutilisé) qui était destinée à fabriquer du steak de pétrole. Elle n’a servie qu’à pomper les budgets européen.
    En conclusion, au lieu de soutenir les économies d’énergies on mets en avant la possibilité de continuer à consommer, produire du CO2 et donc manger les budgets sans changer les mentalités pour que le système se perpétue.
    Que le comité de lecture ne laisse pas raconter n’importe quoi ou bien rajoute un commentaire critique.
    Cordialement Georges

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.