Energie-Santé - Rencontre des thérapeutes du corps et de l'esprit

L’e-covoiturage en Isère

Le département de l’Isère a lancé pour la rentrée une expérimentation de covoiturage basée sur une mise en relation immédiate entre un passager et un conducteur, grâce à la téléphonie mobile, une première en France pour une collectivité publique.
e-covoiturage
e-covoiturageVous aussi dans les bouchons des heures de pointe vous constatez que le véhicule stoppé près de vous n’a qu’une seule personne à son bord ?
e-covoiturage
Si ça se trouve il fait le même trajet que vous… Faites la route ensemble !
e-covoiturage
Outre l’agrément de la route à deux, la formule du covoiturage permet de faire des économies de carburant, sur l’usure du véhicule
e-covoiturageet sur tous les frais annexes liés à l’entretien d’une voiture. Plus de temps perdu à chercher une place pour se garer, mais c’est aussi un moyen de sortir du "système" et d’agir autrement.
e-covoiturage
Tout le monde y gagne, y compris l’environnement. Les cours du pétrole sont au plus haut et il y a peu de chances que cela s’arrange dans les années à venir. Il faut reconsidérer la voiture comme un outil de transport qu’il faut utiliser dans la même philosophie que les transports en commun et non plus comme objet personnel.
Bientôt ce ne sera tout simplement plus viable économiquement de rouler seul !

Qu’est-ce que l’e-covoiturage ?
e-covoiturage
C’est le covoiturage du XXIe siècle. Un système inédit et unique en France, mis en place par le Département. Une nouvelle forme de covoiturage écologique et économique qui sera expérimentée sur le trajet plateau du Vercors – Grenoble, dès le 16 septembre.
e-covoiturage
Passagers et conducteurs s’inscrivent sur le site Internet du Conseil général et reçoivent les informations (demandes, disponibilités, points relais…) en temps réel sur leurs téléphones mobiles.
e-covoiturage
Le serveur informatique met passagers et conducteurs en relation en moins de 10 minutes. Le partage des frais est clair dès le début et la sécurité est assurée, conducteurs et passagers sont identifiés par un code confidentiel. C’est un système souple et pratique qui n’oblige pas à s’organiser trois jours à l’avance…

Pourquoi l’e-covoiturage ?
e-covoiturage
e-covoiturageLa voiture a atteint, aujourd’hui, ses limites écologiques : énergie, pollution, embouteillages. Elle représente aussi le deuxième budget des ménages, juste après le loyer. Alors qu’elle reste 95 % du temps dans le garage.
e-covoiturage
Le transport collectif a aussi ses limites : il ne peut répondre à toutes des les demandes de déplacements et il est financé pour l’essentiel par le contribuable (85 % du financement public).
e-covoiturage
Le Conseil général qui dispose de la compétence transport sur l’ensemble du département administre le réseau Transisère et y consacre une part importante de son budget (150 millions d’euros en 2010). C’est pourquoi, le Conseil général de l’Isère souhaite explorer une 3ème voie : l’é.covoiturage.
e-covoiturage
Le concept fondateur est simple : alors que des milliers de voitures se déplacent sans cesse dans tous les sens, pourquoi ne pas profiter de ce potentiel de places assises pour assurer le déplacement de tout le monde ?

Et aussi et surtout :
e-covoiturage
e-covoiturageDans cette société où nous vivons, toujours à la pointe de la technologie, nous finissons par oublier l’essentiel : l’HUMAIN et, nous nous isolons de plus en plus… Pour moi, l’avantage premier de cette approche, en dehors des considérations économiques et écologiques, est le rapprochement des humains, la communication
e-covoiturage
Au lieu de voyager seul, profitons de cette opportunité du covoiturage pour rencontrer l’Autre… celui que nous ne connaissons pas, même s’il est notre voisin… Aussi, ne pas hésiter : adhérer à la formule, c’est réellement une prise de conscience à plusieurs niveaux…

Expérimentation e-covoiturage
e-covoiturage
Cette expérimentation, menée entre le plateau du Vercors et Grenoble du 16 septembre au 26 novembre, vise à élaborer un modèle de structure fiable et pérenne permettant de réduire le nombre de véhicules en circulation. Près de 4.500 véhicules personnels, qui ne transportent que 1,4 passager, circulent quotidiennement entre le Vercors et Grenoble.
e-covoiturage
Une formule originale de covoiturage, basée sur la mise en relation immédiate entre le passager et le conducteur, grâce à la téléphonie mobile et l’internet, une "première en France" pour une collectivité publique.
e-covoiturage
Pourquoi avoir choisi le Vercors ?
• seules 2 routes ( RD 531 par Sassenage et RD 106 par Saint-Nizier) desservent le plateau du Vercors depuis Grenoble : facilité de mise en place de l’expérimentation.
• trafic  important presque 9 000 trajets par jour sur les 2 axes soit 4 500 allers et 4 500 retours
• deux lignes de bus Transisère 5100 et 5110 (possibilité de rabattement)
• population dynamique et ouverte à l’innovation
e-covoiturage
Objectifs de l’expérimentation :
e-covoiturage• vérifier l’acceptabilité de cette nouvelle forme de déplacement.
• vérifier l’efficacité des moyens techniques mise en œuvre par l’expérimentation et améliorer leurs performances.
• préparer le terrain pour une éventuelle généralisation d’un système similaire sur tout le département.
e-covoiturage
Les moyens mis en œuvre
Le projet exploite pleinement les nouvelles technologies de la communication en bénéficiant des dernières avancées technologiques, en matière de :
• géo-localisation
• internet mobile
e-covoiturage
Les volontaires pour cette expérimentation, réservée aux majeurs, doivent s’inscrire au site internet (www.itinisere.fr) et être équipés pour les conducteurs d’un smartphone muni d’un GPS et pour les passagers d’un téléphone portable.
e-covoiturage
Le passager envoie par SMS sa demande de covoiturage, immédiatement relayée au conducteur se trouvant dans la zone et qui peut aller le chercher à un arrêt de bus départemental géolocalisé, ou à l’un des 76 points relais d’"e-covoiturage" qui seront mis en place à Grenoble et aux environs.
e-covoiturage

Durant l’expérimentation, qui s’achèvera le 26 novembre, le conducteur sera rémunéré 10 centimes d’euros/km, en bons d’achat, pour compenser d’éventuels détours, qui devront toutefois rester limités pour des raisons écologiques, précise un responsable.
e-covoiturage
Des smartphones connectés à Covisoft, l’application dédiée au concept, ont été distribués aux 150 volontaires inscrits pour le temps de l’expérimentation, qui devrait coûter 70 000 euros au conseil général.
e-covoiturage
A terme, le conseil général espère que "d’autres territoires se manifestent" afin de pouvoir généraliser le système à l’ensemble du département, a souligné le président du conseil général, André Vallini. L’Isère, qui consacre 250 millions d’euros aux déplacements, dont 150 millions pour les transports collectifs (la somme la plus importante pour un département en France), se veut "pionnière des nouvelles mobilités", souligne Didier Rambaud, chargé des transports au conseil général. Une expérience de voiture en libre-service sur le mode Vélib’ sera mise en place prochainement.
e-covoiturage
Code secret
Si le concept venait à être adopté, aucune transaction financière n’aurait lieu au sein du véhicule. Grâce à un code secret inscrit par le passager sur le téléphone du conducteur à sa montée et à sa descente de la voiture hôte, les comptes des deux protagonistes seront, selon leur statut, crédités ou débités "à la manière d’un relevé bancaire, ajoute Didier Rambaud. Une manière de sécuriser le système et de repérer facilement, à l’aide d’un système de notation, tout comportement déviant".
e-covoiturage
L’expérience, qui doit permettre d’évaluer sur le terrain la fiabilité des moyens techniques mis en place et l’accueil réservé aux usagers, sera testée pendant deux mois par 150 volontaires. Pour la collectivité, l’objectif sera, à plus long terme, de diminuer le flux de circulation des 9 000 véhicules qui encombrent chaque jour les deux axes reliant le plateau du Vercors et Grenoble. Et pourquoi pas de généraliser le système à l’ensemble du département

www.itinisere.fr
e-covoiturage
Un nouveau site internet multimodal qui répond à toutes les questions des usagers des transports et des routes du Département en matière de modes de déplacements, horaires et itinéraires.
Les Isérois ont la possibilité depuis chez eux de se connecter sur le site Itinisère pour connaître le moyen le plus rapide de rejoindre une destination, tous transports confondus (car, tram, train, voiture et covoiturage).
e-covoiturage
Ce site multimodal reste inédit en France car toute l’offre de transport circulant sur le Département se trouve regroupée sur un seul et même site.
Les usagers pourront ainsi y trouver les horaires et les calculs d’itinéraire concernant et combinant :
• tous les trains, TGV, TER et Grandes lignes desservant au moins une gare de département de l’Isère (y compris les dessertes de Lyon et Paris par exemple)
• tous les cars du réseau Transisère du Conseil général
• les trams et bus de la CAPI, du Pays Voironnais et du Pays Viennois
• les solutions vélo proposées par les principaux acteurs du Département
• les dessertes en car de l’aéroport de Grenoble-Isère ainsi que les vols correspondants
• les possibilités du e-covoiturage
e-covoiturage
e-covoiturageSur ce site vous allez pouvoir décrire le(s) trajet(s) que vous souhaitez partager/trouver, et consulter toutes les annonces disponibles en Isère et Rhône-Alpes.
e-covoiturage
Un outil de recherche évolué permet de tenir compte des lieux de passages sur les trajets : une recherche sur un trajet B – C tiendra compte des annonces concernant un trajet A – C passant par B.
e-covoiturage
L’inscription, la publication, les modifications et la consultation des annonces de covoiturage sur ce site sont entièrement gratuites.
e-covoiturage
Jean-Paul Thouny

3 Commentaires
  1. christine dit :

    Nous expérimentons l’é-covoiturage dans le vercors (isere) mais pas si évident que ça !!! trop de véhicules chauffeurs mais pas assez de passagers !!!! il faut le temps que les habitudes changent et accepter de laisser un peu sa voiture. Par contre très bien pour les étudiants qui de toute façon remontaient en stop.

  2. Jean-Paul dit :

    Bonjour Brigitte,
    Le covoiturage, tel qu’il existe en Europe depuis un certain nombre d’années, ressemble effectivement bien au fonctionnement d’Allo-Stop, existant au Québec et c’est très intéressant comme concept.

    Par contre, l’e-covoiturage, actuellement en test dans l’Isère à ceci d’innovant, qu’il permet de mettre en contact instantanément un demandeur de covoiturage et un éventuel conducteur qui passe sur le trajet souhaité; ceci, grâce aux technologies combinées de la téléphonie sans fil sans fil et de l’internet.
    De plus dans ce projet, des espaces destinés au stationnement des véhicules non utilisés grâce au covoiturage, sont disponible en de nombreux endroits du parcours.

    Voilà pour la précision… Revenant d’une ballade dans le Vercors, je puis dire que si cette nouvelle approche communautaire est adoptée par les usagers, ce sera un grand bien, car…. 4500 véhicules par jour en moyenne sur ces routes… hallucinant !

    Amicalement
    Jean-Paul

  3. Brigitte dit :

    En fait, ça ressemble à ce qu’on a, ici , au Québec, dans plusieurs villes avec Allo-Sop, si? Mise à part quelques détails… J’ai utilisé à plusieurs reprises ce système de co-voiturage Allo-Stop (mais il en existe d’autres au Québec) depuis plusieurs années et n’en ai retiré que d’immenses bénéfices! Bravo!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.