Energie-Santé - Rencontre des thérapeutes du corps et de l'esprit

La maison autonome ET sans factures !

Bien sûr, il faut mettre les « mains dans le cambouis » si l’on veut gagner notre autonomie… Mais l’enjeu en vaut la peine !
maison autonome
Qui n’a jamais rêvé de ne plus recevoir de factures, de s’affranchir du réseau électrique, de ne pas être raccordé à celui de l’eau ? Se sentir libre de tous ces fils à la patte et surtout faire beaucoup, beaucoup d’économies tout en contrôlant enfin sa consommation grâce à la prise de conscience de ses besoins réels.

L’énergie sans compteur
maison autonome
maison autonomeAllumer la lumière, c’est aussi facile qu’un clic sur un bouton, pourtant chez Christophe, dans sa chaleureuse petite maison au bord du Vidourle, c’est une autre histoire !
maison autonome
Ici, on est complètement autonome, on se débrouille tout seul pour produire l’électricité dont on a besoin et on pompe l’eau en fonction de sa consommation. La vie de cette famille de 4 personnes est-elle pour autant pavée de sacrifices, de privations et de restrictions ? Non pas du tout ! Ils sont tous très bien portant, heureux et surtout fiers et c’est ça qui nous a beaucoup plu.
maison autonome
4 panneaux solaires photovoltaiques assurent l’entière couverture de leurs besoins en électricité. Ils sont installés bien verticalement à l’entrée de la maison. L’avantage ? Un simple coup de jet suffit comme entretien et la pose est très facile.maison autonomeL’énergie est stockée dans des batteries, qui distribuent le courant aux différents postes de la maison. Voir l’article : Fabriquer un panneau solaire thermique pour moins de 5 euros !maison autonome
Pour se contenter de si peu, il n’y a pas de secret, il faut consommer peu de courant. Laissons tout de suite de côté les radiateurs électriques, les plaques de cuisson, les halogènes, la machine à laver, le sèche-linge, le four électrique et tout autre appareil énergivore. Christophe utilise l’électricité avec parcimonie et ses seuls besoins vont vers quelques lampes, une chaîne hifi « home made », maison autonomeun ordinateur portable, un lecteur de DVD et un chargeur de piles.
maison autonome
Résultat : La famille consomme moins que l’électricité produite par les quatre panneaux solaires. Et pour le reste, comment font-ils ?
Et quand il n’y a pas de soleil ou qu’il faut alimenter de gros outils (électroportatifs un peu gourmands, etc.), il y a un groupe électrogène à diesel, qui tourne avec de l’huile de friture recyclée ! Vous trouverez en bas de page une fiche de recyclage de l’huile de friture …

Dans la cuisine ?
maison autonome
maison autonomemaison autonomemaison autonomeIls ont un four et des plaques de cuisson à gaz. L’hiver, ils l’alimentent avec des bouteilles et l’été, ils compostent leurs déchets et fabriquent leur propre bio méthane !!maison autonome
C’est beaucoup plus facile que ce que l’on imagine : on accumule les déchets dans une cuve, que l’on emboîte d’un couvercle de taille juste inférieure avec un robinet sur le dessus. Les déchets fermentent en dessous et le couvercle remonte, poussé par le gaz. On branche alors un tuyau sur le robinet vers un réchaud et hop on cuisine !
maison autonome
Pour faire cuire de grandes quantités d’aliments, ou en appoint du gaz, ils ont un poêle à bois d’extérieur fait maison à très fort rendement. Il suffit de peu de branchettes pour l’allumer et l’alimenter, toute la chaleur se concentre directement sur la cocotte au dessus ! Vous trouverez une fiche technique du cuiseur à bois, en bas de page pour en construire un vous aussi …
maison autonome
maison autonomeDans les jours de beaux temps, Christophe a aussi bricolé un four solaire, pour cuire des gâteaux ou pour les cuissons lentes. Il est différent de celui que nous avons ici, chez Bruno à Vauvert. Celui-là se présente sous la forme d’une boîte avec des miroirs à l’intérieur. On cuit en beaucoup plus de temps qu’avec les cuiseurs paraboliques, mais au moins on n’a pas à trop surveiller l’installation, rien ne déborde et on évite de se brûler.
maison autonome
Dans la cuisine il n’y a pas de réfrigérateur. Cela ne veut pas dire qu’ils ne consomment pas de produits frais, au contraire même ! La famille est végétarienne, ce qui évite de se poser des questions concernantmaison autonomela conservation de pas mal de produits. En ce qui concerne les périssables, ils les consomment rapidement après ouverture (comme le lait de riz, une brique dans la journée) et vont faire les courses plusieurs fois par semaine chez le maraîcher bio à deux pas de là !

L’alimentation en eau
maison autonome
Dans le lavabo, on pompe de l’eau directement dans la source d’eau potable 5 mètres au dessous. Ils sont chanceux d’avoir cette installation et en sont conscients. L’action de pomper aide à n’utiliser que ce dont on a besoin. C’est plus facile d’être économe qu’avec un robinet !

maison autonomeNéanmoins, un système de récupération des eaux pluviales, dans une grande poubelle en plastique, suivie d’un système de filtration, permet de palier aux risques de manquement de la source.

Les déchets
maison autonome
Les poubelles de la cuisine sont minimalistes. Les épluchures et autres déchets organiques finissent au compost et retourneront à la terre d’ici 6 mois/1 an. Les contenants sont bien entendu recyclés, ce qui laisse peu de place aux autres déchets non identifiables…

Dans le salon ?
maison autonome
maison autonomeLe chaleureux salon est équipé d’un petit lecteur de DVD pour les enfants, des livres et des jeux de société pour les longues soirées d’hiver. Pas besoin de beaucoup d’électricité, juste de quoi s’éclairer !
maison autonome
maison autonomePour se chauffer, ils ont disposé un poêle à bois avec des briques de terre compressée tout autour, pour accentuer l’inertie thermique et répartir la chaleur. La maison est bien isolée (bois et paille) il suffit donc de quelques stères l’hiver pour être heureux au chaud !

Et pour laver le linge ?
maison autonome
maison autonomeNe vous inquiétez pas, la maman n’est pas redevenue lavandière au lavoir du coin ! Christophe a bricolé un astucieux système de lave-linge à pédale. C’est un objet incroyable, qui nous a beaucoup plu ! Il a démonté le tambour d’une vieille machine et l’a couplé avec une courroie à la roue arrière d’un vieux VTT.
maison autonome
maison autonomeIl suffit de pédaler 15 minutes pour laver son linge ! On ajoute simplement un peu d’eau chaude chauffée au poêle à bois dehors et on rince à l’eau froide. Pour essorer on redonne quelques tours comme avec un panier à salade et hop ! Le linge est prêt à être étendu avec peu d’efforts et en prime un peu de sport.
maison autonome
La force musculaire, c’est la plus économe après tout ! Par ailleurs, on redécouvre les notions de « propre » et de « sale ». En fait, on devient efficacemaison autonomeet on réduit les gaspillages que l’on est plus tenté de faire lorsque l’on n’a qu’un seul bouton à presser. Fiche technique du lave-linge à pédales, en bas de page…
maison autonome
Idéal pour remplacer le « Fitness »… et gratuit en plus !

Et la salle de bain ?
maison autonome
La salle de bain est très minimaliste, un lavabo avec une pompe et un bac de douche. Ils ont choisi de se doucher à la cruche, avec de l’eau chauffée au poêle à bois à l’extérieur. C’est un choix que certains trouveront extrême, j’y pensais justement et je me disais qu’avec une douche solaire que l’on accroche au mur et que l’on chauffe avec un panneau thermique ou avec de l’eau chauffée au poêle, on peut vraiment s’en sortir économiquement et écologiquement sans trop sacrifier son confort.
maison autonome
maison autonomeLes toilettes sont près de l’entrée et sont sèches bien entendu ! Quelle aberration de dépenser des litres d’eau potable pour tirer la chasse… Ils ont installé une pièce avec un trône tout à fait digne des fessiers royaux, avec un grand tonneau de sciure à côté. Christophe nous expliquait que si c’était à refaire, il ferait des « toilettes brouette ». C’est-à-dire qu’au lieu d’un seau que l’on vide quand il est plein, on remplit une brouette que l’on sort par une porte de derrière et qu’on dépose au compost beaucoup plus facilement…
maison autonome
Il recouvre ensuite son tas de compost (remplit donc d’épluchures et des déchets des toilettes) de paille et au bout d’un an environ, il a un super-engrais !
maison autonome
Ce n’est pas la peine de faire la moue, sachez que de toute façon, la terre c’est du caca de vers de terre ! Et ne parlons pas du fumier et du lisier 😉

Et les eaux usées ?
maison autonome
maison autonomeOù vont les eaux grises s’ils ne sont pas raccordés au réseau ? Elles vont dans la phytoépuration ! Deux premiers bacs avec des gros cailloux et des roseaux pour filtrer une première fois l’eau sale (qui vient donc de la douche et des lavabos), et trois autres niveaux avec des plantes de différentes sortes pour sortir à la fin une eau si claire qu’on en boirait !
maison autonome
Mais attention, il n’a pas encore fait d’analyses précises pour étudier la pureté de l’eau, on l’utilise alors pour le jardin !

Un choix de vie
maison autonome
Bon, avec tout cela je suis sûr que vous vous dites que cela prend un temps fou de s’occuper de toutes ces installations et qu’on a mieux fait de vivre avec des factures. He bien sachez que Christophe et sa femme ne travaillent pas, pour justement prendre le temps de vivre comme ils ont envie. À quoi bon passer sa vie à la gagner si l’on a presque plus de dépenses ? Des petits boulots qui leur conviennent, des échanges de services leur suffisent pour vivre de manière simple et agréable et surtout, ils ont le temps de profiter de leurs deux enfants, de les élever dans l’amour et de faire pleins de loisirs enrichissants avec eux. Christophe fait l’école à la maison à sa fille de 10 ans et en profite pour voir toute la journée son bout de chou d’un an, elle n’est pas belle la vie ?
maison autonome
Vous pensez peut-être que cette façon de vivre est extrémiste, c’est aussi ce que j’ai pensé jusqu’à ce qu’on aille leur rendre visite. Ils ont l’air tellement heureux, en bonne santé, plein de sourire et loin du stress. Leur maison est simple mais si belle et chaleureuse… Pourquoi ne pas prendre exemple sur cette façon de vivre en piochant ce qui nous intéresse en l’adaptant à notre propre quotidien ?
maison autonome
Et pourquoi tout ça ? Pour une empreinte écologique soutenable pour la planète, par rapport au nombre d’habitants. L’empreinte idéale c’est 1,8 ha par habitant. Le français moyen est à 5 ha, un américain à 8. Christophe pense, à juste titre que prendre plus que sa part prive forcément quelqu’un ailleurs, puisque nos ressources ne sont pas infinies. Il nous a d’ailleurs cité cette maxime de Ghandi : « Vivre simplement, pour que d’autres puissent simplement vivre ». Chez Christophe, l’empreinte est à 1,2 ha ce qui est excellent au regard des chiffres évoqués plus haut. À savoir, 2 des particularités du mode de vie de Christophe qui leur permet d’avoir ce chiffre si bas : l’absence de voiture dans la famille et leur végétarisme.
maison autonome
Christophe n’est pas avare et partage très volontiers ses inventions avec qui le veut. C’est pour cela que nous vous proposons en premières « fiches de savoir », celles qu’il a réalisées pour son site internet « les outils de l’autonomie », qu’il nous a très gentiment prêté pour vous !
maison autonome
Fiches techniques à télécharger :
maison autonome
• Cuiseur à bois
• Cuiseur solaire parapbolique
• Lave-linge à pédales
• Recyclage d’huile de friture

Conclusions
maison autonome
Que ferons-nous si demain, black-out énergétique total, catastrophe naturelle, conflit… faisant que l’énergie « au bout du fil, derrière le compteur » ne sera plus disponible ?
Cet article déjà largement diffusé, n’apporte peut-être pas toutes les solutions, mais certainement des embryons de solutions qui ne demandent qu’à être développés… Alors, on se retrousse les manches et optons pour des solutions autres que celles offertes par « M. Energies », « M. Brico » …

Sources :
• Nature construction : www.nature-construction.com
• Outils autonomie Jimdo : www.outils-autonomie.jimdo.com

maison autonome
Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et que vous citiez la source : www.energie-sante.net

11 Commentaires
  1. veyrenc patricia dit :

    Bonjour Michel
    je suis patricia la fille de Dominique et Monique de Montpellier
    nous souhaiterions vous revoir mais mes parents ont perdu vos coordonnées
    merci de me contacter 06 64 82 95 43 ils seront très contents

  2. Jérôme Audibert dit :

    Bonjour, je souhaiterai faire une éco-habitation sur un terrain de 1000 m2 avec mon amie en co-habitation sur Redessan, c’est possible de prendre contact .

    Merci pour votre réponse.

    Cordialement,

  3. DeSuziana578 dit :

    Bonjour,
    Un bel exemple de maison à énergie autonome. Une telle maison d’ici 2020 pourrait recevoir un oscar. A combien couterait chacune des installations. Certainement, le coût total d’une telle maison ne serait pas accessible à tous ? Je voudrais en évaluer le coût, avec ceux qui mon été proposés sur climamur. J’ai opté pour une construction entièrement en brique isolante, en campagne.
    J’attends impatiemment votre réponse. Je vous enverrais d’ailleurs l’évaluation du budget qui m’a été proposée précédemment.
    Cordialement,

    DeSuziana578

  4. Thierry dit :

    Quelle belle façon de vivre ! Sans les tracas des factures, sans stress, dans le calme et la tranquillité. Sans activité depuis peu de temps , je bricole un four solaire type mini Odeillo, pour la popote, et pour faire tourner une turbine vapeur pour produire du courant electrique, et en parallèle, une trottinette modifiée electrique, avec 4 batteries de 4L et un moteur a aimants de lave linge, vive la bricole et l’agitation des neurones !

  5. uvier denis dit :

    salut a toi michel c’est denis le belge de charleroi et copain de Philippe des Cévennes et d’alain vilain d’auvergne tu m’avais donner un tas de renseignement sur les projet en cours chez toi mais j’ai planter mon vieux ordinateur et pas moyen de récupèrer pour le moment je construis des petite maison mobiles pour sdf et un peu plus grand maisonnette avec palette, mais je voudrai m’attaquer a la maison autonome octogonal mais je n’ai plus les document que tu m’avais donner ,je vais appeler la maison auto n’homme un peu comme celle que tu a fais , dis moi comment pouvoir récupérer ses documents,merci et bonjour sur la montagne

  6. rita laman dit :

    Merci de partager les bonnes pratiques! Cependant pourquoi pas passer à un développement durable économique artisanale? Nous en avons assez des multinationales prédateurs de notre environnement? Association et pratique de certains créatifs nous semble être possible pour réaliser une entreprise spécialisée dans chaque département .unissez -vous!

  7. Guillermain dit :

    Cher Michel Rosell.
    J’ai eu votre adresse grâce à un médecin qui c’était arrêté lorsque j’ai eu ma Renault 19 TXE en panne sur la route de Nerac.

    J’ai besoin de votre adresse courriel pour vous écrire concernant mon invention de générateur électrique propre et autonome.

    Cordialement.

  8. bénézech dit :

    Très bien, compliment à toute la famille

  9. Olympe dit :

    Pour être plus précise dans le message ci-dessous les coordonnées exactes de Michel Rosell sont : Le Chabian, 30 700 AIGALIERS

  10. Olympe dit :

    En complément, une visite à l’Université d’écologie appliquée et solidaire, si elle existe toujours, serait édifiante : située entre Uzès et Alès, elle est à l’initiative de Michel Rosell, architecte DPLG qui s’est intéressé à l’habitat d’urgence, à moindre coût, et à la phyto épuration, et évolue dans le milieu alternatif depuis plusieurs dizaines d’années.

  11. TARLET dit :

    Très beau reportage en effet, une vie simple vers laquelle nous devrions tous aspirer et s’inspirer. Nous sortons d’une semaine de vacances au mas de la griffe dans les Pyrénées loin de la civilisation où Christine et Marco on à quelques chose pret le même mode de vie, ils invitent les touristes curieux de cette vie à partager leur cotidien en yourte ou en camping. Pour le reste c’est identique toilettes sèches, douche avec bassine et eau chaude provenant d’un ballon solaire, pas d’électricité et végétarien. Une semaine riche et très agréable…
    Sinon dans le genre on a aussi le refuge de Sarenne à 2 pas de l’alpes d’huez(38) ou Fabrice André a construit un superbe refuge a energie positive a 2000m d’altitude qui fonctionne avec des énergies renouvelables comme le solaire l’éolien, une micro centrale hydraulique, pico et nanoturbine… Un vrai centre de recherches sur les énergies que l’on peut visiter, où l’on peut dormir et manger bio local, et on peut s’inspirer.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.