Energie-Santé - Rencontre des thérapeutes du corps et de l'esprit

Mort et Renaissance

Carte non disponible
Date / Heure
Date(s) - 23/07/2020
20 h 30 - 22 h 00



Conférence sur l’internet

de Patrick Sorrel

jeudi 23 juillet 2020 à 14h30 (h. du Québec) et à 20h30 (h. de Paris)

Paradoxalement, les NDE sont une expérience de la mort, et ne sont pas une expérience de la mort. Encore faut-il s’entendre sur le concept de « mort ».

Une recherche personnelle sur les NDE

mortJ’ai la chance d’avoir fait partie pendant des années du comité scientifique de l’IANDS-France, qui étudie les expériences de mort imminente (EMI, encore appelées NDE en anglais : Near Death Experiences). J’ai cotoyé beaucoup de personnes ayant vécu une expérience paroxystique, comme les appelle Abraham Maslow, une expérience qui bouleverse toutes nos catégories existentielles, éthiques, relationnelles. Cette période de recherche m’a amené à changer ma vision de la mort. Non pas, comme on pourrait se l’imaginer, dans le sens d’une croyance en une forme de vie après la mort. Cela me paraît à la fois évident et absurde. Cette conférence entend justement expliquer ce point paradoxal.

Il y a mort et mort …

Paradoxalement, les NDE sont une expérience de la mort, et ne sont pas une expérience de la mort : c’est le 1er point à expliquer ici. Encore faut-il s’entendre sur le concept de « mort ». S’agit-il d’un état de non vie ? D’un état hypothétique qui succéderait à la vie ? De la frontière ultime de la vie ? Ou encore d’un autre état, indéfinissable ? Et si l’on cessait de définir la mort comme un état (en général caractérisé par la privation de quelque chose, que ce soit le mouvement, la perception, la vie, etc.) et que l’on envisageait plutôt le processus qui est en œuvre dans la mort, ce deuil de soi ? Que cela changerait-il ? Que peuvent nous apprendre les emistes sur ce point ?

Les invariants structurels de l’expérience

Ce que nous apprennent les 1ers chercheurs américains à s’être intéressés aux NDE, Bruce Greyson et Kenneth Ring par exemple, c’est que toute NDE possède un certain nombre d’invariants structurels (pour reprendre le concept élaboré par Lévi Strauss, en anthropologie, afin de tenter de comparer des cultures pourtant si différentes). Il y a des étapes qui certes ne sont pas toujours toutes présentes, ni toujours dans le même ordre, mais qui sont étonnamment proches, quelle que soit la culture de l’expérienceur :
  • mortL’expérience de la décorporation
  • L’expérience de l’accélération (souvent appelée « tunnel »)
  • L’expérience d’une « Lumière-Amour » (les 2 faces d’une même réalité)
  • L’expérience rétrospective, partielle ou totale, d’une « revue de vie »
  • Un enseignement sensitif, empathique et spirituel
  • L’expérience d’une frontière, au-delà de laquelle nul retour n’est possible
  • L’expérience du retour, souvent difficile.

Cataclysme et métamorphose

Mais ce que nous apprennent surtout les récits de NDE ne concerne pas l’expérience elle-même : cela concerne son intégration, qui peut prendre des dizaines d’années. Comment vivre le retour dans son corps ? Comment gérer les anciens problèmes maintenant que l’on n’est plus le même ? Comment conserver des relations qui ne nous conviennent plus ? Amoureuses, professionnelles…

mort

En bref, l’EMI est un cataclysme existentiel, une sorte de « Reboot » qui met à l’épreuve chaque expérienceur. Il s’agit, au sens 1er du terme, d’une véritable initiation, telle qu’il n’en existe plus dans nos sociétés occidentales. Une mort à ce que l’on était, et une renaissance à une vie qu’il faut entièrement redéfinir.

Voici ce que peuvent nous apprendre les NDE, et ce que je me propose d’expliquer dans cette conférence : comment pouvons-nous gérer nos propres initiations, ces instants où tout bascule, où l’on meurt à ce que l’on était, sans savoir à quoi nous allons renaître ? Et si c’était cela, la véritable expérience de la mort qu’on vécu nos ami-e-s emistes ?

Patrick Sorrel

Après 15 années d’enseignement de la philosophie dans de multiples établissements scolaires, j’ai décidé de mettre cette belle discipline au service du soin à la personne. Mes études de philosophie (master, agrégation) m’avaient donné le goût de la recherche mais je n’avais pas trouvé de réponse me convenant tout à fait dans mes nombreuses lectures. J’étais passionné par les méandres de la conscience, animale autant qu’humaine.

Patrick SorrelJ’ai commencé à m’intéresser aux expériences paroxystiques (encore appelées « état élargi de conscience »), et notamment aux expériences de mort imminente. Je me suis rapproché de l’association IANDS-France qui étudie scientifiquement les EMI, et ai fait partie du comité scientifique pendant quelques années. C’est à cette période que j’ai eu mes principaux enseignements, de la bouche même des expérienceurs. Un premier livre, puis quatre autres, sur l’expérience de la liberté intérieure, sont nés de cette longue recherche.

Enfin, frustré du rapport peu humain que produit l’éducation nationale, je me suis rapproché d’associations tentant de construire un autre modèle éducatif. J’ai intégré l’équipe de l’Atelier des Possibles et suis devenu facilitateur et directeur de cette belle école démocratique en 2017. Une école où chacun est libre d’apprendre selon son rythme et ses aspirations, et de participer à l’élaboration des règles de vie communes.

Aujourd’hui, en tant que philothérapeute, j’utilise tous ces apprentissages pour proposer un accompagnement personnalisé, soit en individuel, soit en groupe.
Chacune de mes pratiques s’inscrit dans le corps au moins autant que dans le mental. Nous n’apprenons réellement que par le corps, et c’est en lui que nous devons vivre nos émotions, les com-prendre et les habiter. J’ai donc développé un panel d’outils psycho-corporels pour invoquer ce thérapeute intérieur et accueillir l’aide qu’il nous propose.

Respiration profonde (inspirée de Stanislav Grof), mouvement authentique inspiré de la danse biodynamique et de la danse Sama, chant spontané, libération par le cri, expérience du jeûne ou de la cécité volontaire : autant de manières de dialoguer avec notre corps-propre pour mieux l’habiter.
La bienveillance est au cœur de ma pratique relationnelle. Il s’agit d’un partenariat, dans lequel chacun apprend de l’autre. Je me définis plus comme un catalyseur que comme un enseignant.

Patrick Sorrel
Philothérapeute et praticien en respiration profonde - Grenoble (Isère) France
Facilitateur d'apprentissage et enseignant en philosophie
Tél.: 06 10 99 89 34
Conférence accessible en deux clics
Conférence en accès libre
Pour obtenir le lien d’accès à la salle virtuelle où se déroulera la conférence, il n’est pas nécessaire d’être déjà « Membre Energie-Santé », mais simplement de s’inscrire. Par contre, l’enregistrement de la conférence ne sera accessible qu’aux « Membre Energie-Santé » dont le compte est actif, pour visionnements en différé, sans limitation.
Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et citez la source : www.energie-sante.net
Si vous aussi, souhaitez vous exprimer et être présent sur Energie-Santé, Contactez-nous

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.